Trois bateaux de braconniers pourchassés par la Nouvelle-Zélande

    jeudi 22 janvier 2015

    Les autorités néo-zélandaises ont repéré les trois bateaux de braconniers dans les eaux de l’Antarctique contrôlées par l’Australie.  
    Un avion australien a repéré les trois navires, puis le Wellington a fait route vers eux la semaine dernière. Ce bâtiment de la marine néo-zélandaise a dû renoncer à les aborder car les trois bateaux de pêche ont pris trop de vitesse.  
    Les trois pirates battent pavillon équato-guinéen. Mais selon Murray Mc Cully, le ministre kiwi des Affaires étrangères, les braconniers travaillent en réalité pour une organisation espagnole, Vidal Armadores, déjà condamnée pour braconnage et mise à l’amende en 2008 par le gouvernement espagnol.
    « Le propriétaire de ces trois bateaux devrait être mis à l’amende, conformément à la loi espagnole et à la loi européenne. L’Union européenne subventionne les pêcheurs et elle pourrait donc demander le remboursement de ses subventions à cette organisation. Le gouvernement espagnol peut faire la même chose », explique Elvira Jimenez, la porte-parole de Greenpeace Espagne.
     
    Le signalement des trois navires pirates a été diffusé par Interpol en début de semaine. On attend de voir dans quel port ils vont tenter de décharger leur cargaison de légines, pour arrêter les équipages.  
    En décembre, un navire de Sea Shepherd, l’ONG qui se consacre à la protection des océans, a pris en chasse un autre braconnier de légines, le Thunder. Il serait lui aussi lié à une entreprise espagnole. Le poursuivi et le poursuivant sont actuellement au large des côtes africaines.  
    Selon le président de la Coalition des entreprises de pêche à la légine, basée en Australie, les braconniers sont en train de perdre la partie.  
    « Sea Shepherd traque le Thunder, la marine néo-zélandaise a débusqué trois autres navires. Concrètement, ça les empêche de braconner. Leurs prises de légines seront donc très modestes. Ces quatre bateaux pirates ont pêché un peu moins de 1 000 tonnes cette année, ce qui représente un trentième de leurs prises annuelles il y a quelques années », affirme Martin Exel.
    À la fin des années 90, 55 navires pirates braconnaient la légine. Aujourd’hui ils ne seraient plus que six.
     
    Radio Australia
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete