Habillage fond de site

Trois détenus pourrissent la vie de leur compagnon de cellule

mercredi 7 décembre 2016

nuutania

(© archives LDT)

 

Trois détenus comparaissaient, hier, devant le tribunal correctionnel de Papeete, pour des faits d’une rare violence, psychologique plus que physique. Embastillés pour des faits répétés de violence, de vols et de consommation de stupéfiants, les trois détenus ont vu arriver un “petit nouveau” dans leur cellule exiguë de dix mètres carrés et ont cru bon de lui montrer quelles étaient les règles à suivre.

“Ce sont les conditions de vie lamentables qui conduisent à ça”, expliquait hier l’avocate commise d’office qui représentait les trois prévenus. “La prison a une responsabilité. La victime est un primo-délinquant, mis en cellule avec des condamnés multirécidivistes.”
Pendant deux mois, le jeune détenu sera d’abord brimé, avant d’être violenté physiquement et psychologiquement. La famille du jeune détenu s’alarmera de cette situation, voyant que ce dernier avait perdu près de 20 kilos en l’espace de deux mois.

La liste des violences est longue et diverse. Coups aux épaules et aux jambes, les trois prévenus qui comparaissaient hier seraient même allés jusqu’à déféquer dans le gâteau au chocolat du “petit nouveau”.

À la barre, les trois détenus ont nié en bloc et solidairement avoir été à l’origine de la dégradation de l’état de santé du plus jeune. Pourtant, entendu par les surveillants pénitentiaires, ce dernier aurait même témoigné qu’ils avaient tous les trois essayé de pénétrer son rectum avec des objets.

“Il est tombé d’une échelle, c’est pour cela qu’il avait des bleus”, se sont contentés d’ânonner les trois détenus tour à tour. Le leader de la bande a tout de même bien voulu expliquer les conditions de détention. “Je suis le plus ancien dans la cellule. C’était normal que je lui fasse comprendre les règles. Je devais lui montrer comment ça marche”, assurant que ce n’était là qu’une question de respect de la propreté de la cellule. “Je n’ai rien fait. Je clame mon innocence. Il a tout inventé”, conclura-t-il pour sa défense.

Le tribunal a condamné hier les trois détenus à huit mois de prison supplémentaires pour ces faits de violence.

 

Compte rendu d’audience Bertrand Prévost

281
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete