Trois frères condamnés à six ans de prison pour le viol de leur cousine

    vendredi 30 septembre 2016

    frères

    Ils ont nié le viol au cours de l’audience, mais deux d’entre eux avaient reconnu les faits en garde à vue, à la gendarmerie. (Photo : illustration)

     

    Terrible dossier que celui évoqué, hier matin, à l’audience du tribunal correctionnel. Trois frères, de 21, 23 et 30 ans, comparaissaient pour atteinte sexuelle sur leur cousine, âgée de 13 ans le jour de son agression.

     

    Un viol collectif, en réalité, mais les faits ont été requalifiés, en accord avec la jeune victime, notamment pour éviter à celle-ci, dixit la procureure, “le choc d’un procès aux assises sur plusieurs jours”. Dans la nuit du 6 au 7 novembre 2015, au cours d’une fête à Moorea, les trois prévenus avaient profité que leur cousine soit seule avec son frère au domicile familial qui se trouvait à proximité pour s’introduire dans la chambre où elle était endormie.

    Selon le récit de la victime, l’aîné s’est placé sur elle tandis que les deux autres lui tenaient les bras et lui plaquaient la main sur la bouche pour qu’elle ne puisse se débattre et crier. Après avoir fait sa besogne, le plus âgé avait laissé la place à son cadet. Le benjamin est lui revenu plus tard dans la soirée pour s’en prendre à son tour à la préadolescente.

    J’ai essayé d’appeler mon frère, mais il ne m’a pas entendu”, avait témoigné la jeune fille, peu après son agression. Devant les juges, hier, les trois frères se sont montrés mutiques, niant les faits du bout des lèvres. Une posture qu’ils avaient également adoptée dans le bureau du juge d’instruction. Mais pas chez les gendarmes lors de leur garde à vue.

     

    “L’horreur des actes commis”

     

    Deux d’entre eux avaient, en effet, reconnu ce jour-là le viol en donnant des détails qui corroboraient les accusations de la victime. En outre, les experts psychiatres et psychologues, qui se sont entretenus avec les trois prévenus, ont décelé chez eux des “mécanismes de mensonge”, un “fonctionnement manipulateur”. Les analyses médicales ont, enfin, démontré que la victime avait bien été déflorée.

    Autant d’éléments qui, pour la procureure, comme pour l’avocat de la jeune fille, ne laissaient que peu de doute quant à la culpabilité des trois frères. “Ils sont aussi taiseux que pendant l’instruction. Incapables d’expliquer leurs contradictions. Les déclarations de la victime, elles, ont été constantes”, a tonné la représentante du parquet lors de sa prise de parole.

    Compte rendu de leurs profils psychologiques, de la gravité des faits, de leur attitude et de leur absence de regrets”, le magistrat a requis une peine de six ans de prison ferme. L’avocate de la jeune fille a dénoncé dans sa plaidoirie “l’horreur des actes commis”, mais aussi l’attitude nonchalante des agresseurs : “Ils viennent dire : ‘on n’a rien fait, c’est une menteuse’. Ce discours-là est totalement destructeur”.

    Jusqu’au bout les trois frères n’ont pas bronché, même quand lorsque les gendarmes leur ont passé les menottes à l’annonce de leur peine : six années de prison ferme. Outre la détention, ils ont également été condamnés à verser 3 millions de francs de dommages et intérêts à leur cousine et leurs noms figureront désormais dans le fichier national des auteurs d’infractions sexuelles.

     

    Compte rendu d’audience :
    J.-B.C.

     

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete