Habillage fond de site

Trois jours autour de l’insertion professionnelle des handicapés

jeudi 26 avril 2018

DSC05150

Les élèves de la classe Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis) qui poursuivent une scolarité au lycée hôtelier de Punaauia, accompagnés de leur professeur Samuel Sezestre et de leur auxiliaire de vie scolaire. Ils vendent leurs délicieux muffins et financiers.

Les Journées polynésiennes du handicap se tiennent depuis hier à jusqu’à vendredi sur le site de la pointe Vénus, à Mahina. Organisées par la fédération Te niu te huma que préside Henriette Kamia et par la Fédération polynésienne des sports adaptés et handisports, ces journées sont l’occasion de réunir les différents acteurs qui œuvrent pour les personnes handicapées au fenua : établissements d’accueil, associations, partenaires publics comme le service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi) ou la Cotorep, communaux et privés. Henriette Kamia, qui a représenté la Polynésie française au Forum Pacifique du handicap à Apia, à Samoa, en février dernier, a invité cette année ses homologues de Fidji, Vanuatu et Nouvelle-Calédonie. Elle souhaite que la Polynésie accueille en 2021 ce forum, qui se tient tous les deux ans.

Le thème retenu cette année est celui de l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Plusieurs ateliers (cuisine, conduite, par exemple) et conférences sont prévus, comme la “Job Academy” animée par le club Face et les entreprises partenaires, dont le détail est à retrouver sur la page Facebook “Journées polynésiennes du handicap 2018”.

Parmi les avancées qui pourraient bientôt voir le jour, le maintien de l’allocation handicapé, même pour les personnes ayant un emploi. Le texte de loi serait en préparation. En effet, cette allocation est pour l’instant automatiquement supprimée lorsqu’une personne handicapée trouve un travail salarié. Conséquence : les personnes handicapées hésitent à prendre un emploi et les postes qui leur sont réservés dans l’administration et certaines entreprises peinent à être pourvus. Rappelons que la Polynésie française compte environ 9 000 personnes handicapées et que les handicapés adultes sont les plus mal lotis en termes de structures d’accueil.

C.P.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete