Trois ouragans simultanés autour de Hawaii

    mardi 1 septembre 2015

    En fin de journée samedi dernier, trois cyclones de catégorie 4, sur l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, ont balayé le Pacifique central et oriental.
    L’archipel de Hawaii s’est retrouvé coincé entre les typhons Kilo au sud-ouest et Ignacio et Jimena au sud-est, soufflant jusqu’à 220 km/h.
    “C’est la première fois qu’il y a trois cyclones actifs dans l’océan Pacifique central et oriental cette saison, et ce sont tous des typhons majeurs”, a écrit la Nasa sur son site Internet.
    Les ouragans Kilo et Ignacio ont commencé à faiblir dès dimanche, mais le premier devrait “demeurer un cyclone majeur jusqu’à jeudi”, selon la Nasa, tandis que le second devait passer au nord-est de Honolulu hier, selon le Central Pacific Hurricane Center.
    Le phénomène a fait parler sur les réseaux sociaux. Eric Blake, un spécialiste américain des ouragans, qualifiait ainsi ce trio cyclonique “d’historique” sur Twitter. “Pour la saison, c’est normal dans l’hémisphère nord”, tempère en revanche Daniel Nouveau, chargé de communication à la direction interrégionale en Polynésie française de Météo France. “On les suit tous les matins, mais ces cyclones ne vont pas concerner le fenua, ajoute-t-il, puisqu’on n’est pas en saison chaude.”
    Selon le spécialiste, un cyclone, qui puise son énergie dans l’océan, ne peut se former que lorsque la température de la mer atteint au moins 27 degrés sur 60 mètres de profondeur.
    “Lorsqu’on arrive à 29 ou 30 degrés, il y a de forte chance que l’atmosphère se réchauffe et qu’un ouragan apparaisse”, explique Daniel Nouveau.
    Justement, Météo France a annoncé dans un communiqué publié vendredi dernier que “tous les climatologues s’accordent à dire que l’océan Pacifique équatorial présente des conditions de El Niño”, c’est-à-dire des températures anormalement élevées, qui peuvent dépasser actuellement les 28 degrés…
    “Il y a donc un risque cyclonique assez fort dans le Pacifique équatorial pour la saison chaude qui arrive, reconnaît Daniel Nouveau. Mais dont l’intensité reste à définir dans les prochaines semaines.”

    Marie Guitton

    L’épisode El Nino sera parmi les plus intenses, prévoit l’ONU

    Réapparu il y a quelques mois, le courant équatorial chaud du Pacifique El Nino devrait faire partie des quatre épisodes les plus intenses observés depuis 1950, a indiqué mardi l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM).

    La température de l’eau en surface dans le centre est du Pacifique tropical va probablement dépasser la normale de deux degrés Celsius, indique l’agence de l’ONU qui s’attend à ce que l’épisode gagne en intensité avant la fin de l’année.  

    Ce courant périodique est souvent associé à des précipitations au-dessus de la normale en automne et en hiver aux Etats-Unis. Il réduit aussi la fréquence des tempêtes et ouragans dans l’Atlantique qui, cette année, connait une saison (juin à fin novembre) au-dessous de la moyenne annuelle.

    Une telle hausse de la température du Pacifique n’avait été enregistrée que trois fois dans les annales au cours des 65 dernières années: 1972-73, 1982-83 et 1997-98.

    El Nino intensifie la formation de tempêtes dans l’est et le centre du Pacifique.

    Généralement, une fois bien installé un épisode El Nino devrait atteindre son intensité maximale entre octobre et janvier et persister le plus souvent durant une bonne partie du premier trimestre avant de s’affaiblir, précise l’OMM.

    L’organisation rappelle que les phénomènes El Nino et La Nina (température anormalement basse des eaux équatoriales du Pacifique) ne sont pas les seuls facteurs qui déterminent les régimes climatiques à l’échelle du globe.
     Agence France-Presse

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete