Un troisième cas de dengue de type 2 confirmé

    jeudi 16 février 2017

    moustique dengue pulvérisation

    La lutte antivectorielle a débuté. (© archives LDT)

     

    Ils sont désormais trois joueurs de l’équipe de football du Vanuatu à avoir déclaré une dengue de type 2. Les autorités sanitaires du Pays dégîtent et pulvérisent dans toutes les zones qui ont logé et continuent d’accueillir la délégation de football du Vanuatu. Selon le médecin de la fédération tahitienne, “on saura dans un mois si on a une épidémie ».

     

    Un troisième cas de dengue de type 2 a été confirmé hier matin. Il s’agirait encore d’un joueur de l’équipe du Vanuatu. Selon le médecin de la Fédération tahitienne de football, Charles Tetaria, il serait toujours question de cas importé. “Ce troisième cas a été déclaré lundi. Nous sommes donc sûrs que ce malade, comme les deux précédents, est arrivé avec la dengue. Sinon, on n’en parlerait pas car il faut compter cinq à sept jours d’incubation.”

    Les autorités sanitaires du Pays sont à pied d’œuvre pour éviter toute transmission du virus à la population locale. “Nous avons pris et continuons de prendre les mesures nécessaires pour éviter le  risque de contamination”, a-t-on précisé au bureau de veille sanitaire.

    En effet, dès l’annonce de l’arrivée des équipes de football sur le territoire, la direction de la santé a pris des mesures préventives. “Quand on a reçu la liste des équipes participantes, on a vu que trois régions étaient en pleine épidémie. On a donc pris des mesures de prévention immédiates et on a réuni le comité organisateur du tournoi pour qu’il livre le message à toutes les délégations d’utiliser des répulsifs et d’alerter la direction de la santé en cas de symptômes”, a expliqué Glenda Melix, la chef du centre d’hygiène et de salubrité publique (CHSP).

    Dès le 30 janvier, soit huit jours avant l’arrivée des joueurs, les équipes de la section de lutte antivectorielle du CHSP, conduites par Stéphane Loncke, entomologiste, ont procédé aux dégîtages et ont pulvérisé tous les sites identifiés. Depuis la confirmation lundi des deux premiers cas de dengue, de nouvelles pulvérisations ont eu lieu et continuent d’avoir lieu.

    “Ce matin (hier, NDLR), nous avons pulvérisé au stade Pater, à Arue et à Mahina. Pour l’instant, les personnes qui nous inquiètent sont les joueurs du Vanuatu car tous les cas sont focalisés chez eux. Il n’y a pas eu de transmission locale pour l’instant et on espère que suite à nos actions de lutte périfocale, nous arriverons à éviter la propagation”, a expliqué Stéphane Loncke, avant d’ajouter : “Nous avons prévu de continuer les pulvérisations jusqu’au lundi 27, date de départ des dernières délégations, pour être certains de tuer les moustiques qui auraient pu être infestés.”

     

    “La phase virémique est terminée”

     

    Le chef de la section de lutte antivectorielle précise toutefois qu’il pourrait modifier sa stratégie si les joueurs du Vanuatu partaient plus tôt. En effet, dans le cas où leur équipe ne se qualifierait pas demain, les joueurs reprendraient l’avion dès samedi. En attendant, ils doivent s’entraîner cet après-midi, de 15 heures à 17 heures, au stade Excelsior de Pirae.

    Hier matin, les deux premiers malades n’étaient plus sous leurs moustiquaires. Selon l’un des médecins du bureau de veille sanitaire, “ils avaient pour consigne de rester au lit jusqu’à ce matin (hier, NDLR). Pour eux, la phase virémique est terminée”, a-t-on assuré.

    Pour le médecin de la fédération tahitienne, malgré les mesures de prévention prises, il faudra attendre les prochaines semaines pour savoir si la Polynésie a pu ou non se protéger : “On saura dans un mois si on a une épidémie. Et comme la dernière épidémie de dengue de type 2 a eu lieu en 1997, si on a une épidémie, tous ceux qui n’étaient pas nés ou qui n’étaient pas sur le territoire à ce moment-là vont risquer de l’attraper.”

     

    Jen.R. avec B.B.

    À Arue, la lutte contre les moustiques a commencé

    dengue moustique

    (© John Hiongue/LDT)

    Un plan d’action de dégîtage a été mis en place à Arue suite aux cas de dengue détectés. Mardi après-midi, trois équipes d’agents ont été constituées à la mairie pour aller à la rencontre de la population, leur expliquer les conséquences de la présence de la dengue de type 2 et procéder au dégîtage des endroits susceptibles d’accueillir des moustiques.

    Le musée de James-Norman-Hall a été passé au peigne fin, ainsi que la servitude Vaipoopoo. Une autre équipe est allée côté mer jusqu’à hauteur de l’école Ahutoru. Hier matin, le centre d’hygiène et de salubrité publique est passé avec son véhicule afin de pulvériser de l’insecticide autour du fare amuira’a Peterehema, où logent les joueurs de l’équipe de Vanuatu.

    “Le problème, lorsqu’un moustique  pique, c’est qu’il y a un temps d’incubation avant que la dengue ne soit déclarée, mais pendant ce laps de temps, d’autres moustiques peuvent venir piquer”, explique le responsable de ce plan d’action sanitaire, Aimana Bernière, de la mairie de Arue.

    Le traitement insecticide qui a été fait hier sera renouvelé demain, puis les 20, 23 et 27 février, toujours dans le même secteur et aux mêmes horaires. Les pulvérisations seront suspendues en cas de pluie mais elles reprendront dès le retour du beau temps.

     

    Les cartes des traitements insecticides prévus

    CARTE_1_actions_LAV_semaines_7-9

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    CARTE_2_actions_LAV_semaines_7-9

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    Capture d’écran 2017-02-16 à 10.01.12 Capture d’écran 2017-02-16 à 10.01.19

     

    Lire l’intégralité de notre dossier dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        La politique d’immigration de Trump ainsi que les droits d’entrée se durcissent aux États-Unis. Pour vous…

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete