Trump limoge le patron du FBI

    mercredi 10 mai 2017

    trump

    Le limogeage du patron du FBI, James Comey, par le président des États-Unis, a provoqué une onde de choc à Washington. (© AFP)

    Le président des États-Unis Donald Trump a limogé hier le patron du FBI James Comey, une décision surprise qui a provoqué une onde de choc à Washington où des élus démocrates ont évoqué le souvenir du Watergate.

    La police fédérale américaine est en particulier chargée de l’enquête sur les liens éventuels entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.

    “Le FBI est l’une des institutions les plus respectées de notre pays et aujourd’hui marquera un nouveau départ pour l’agence-phare de notre appareil judiciaire”, a indiqué Donald Trump dans un communiqué.

    La recherche d’un nouveau directeur du FBI débute “immédiatement”, a précisé la Maison Blanche.

    Dans un courrier adressé à James Comey, et rendu public par l’exécutif américain, Donald Trump lui signifie qu’il met fin à ses fonctions “avec effet immédiat”.

    “Si j’ai apprécié que vous m’ayez informé, en trois occasions distinctes, du fait que je ne faisais pas l’objet d’une enquête, je suis cependant d’accord avec l’analyse du ministère de la Justice selon lequel vous n’êtes pas capable de diriger de manière efficace le Bureau”, ajoute-t-il.

    Ironie de l’histoire : la raison officiellement avancée par l’exécutif américain pour ce limogeage est la façon dont James Comey, 56 ans, a géré le dossier des emails de l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton, rivale de Donald Trump durant la campagne de 2016.

    Le 28 octobre, James Comey provoquait une véritable déflagration dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle : il annonçait au Congrès la découverte de nouveaux messages justifiant une relance des investigations closes au mois de juillet précédent sur les emails d’Hillary Clinton.

    Ce n’est que deux jours avant le scrutin du 8 novembre que James Comey annoncera n’avoir finalement rien trouvé de pénalement répréhensible.

    L’ex-candidate démocrate a estimé il y a quelques jours que sans l’initiative de ce dernier—et la diffusion par Wikileaks d’emails de sa campagne–, elle aurait emporté l’élection présidentielle.

    L’annonce de ce limogeage-surprise a fait l’effet d’une bombe au Congrès.

    “Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois, vous faites une grave erreur”, a déclaré le chef de file de l’opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer, qui a dit en avoir averti le président américain lorsque celui-ci l’a appelé pour l’informer de sa décision.

    Lors d’une conférence de presse au Capitole, il a appelé à la nomination d’un magistrat indépendant pour prendre en main l’enquête russe, actuellement menée par le FBI, jugeant que les Américains étaient en droit de soupçonner que ce limogeage était une tentative d’“étouffer” l’affaire.

    “Toute tentative d’arrêter ou de saper l’enquête du FBI soulèverait de graves questions constitutionnelles”, a déclaré le sénateur démocrate Dick Durbin.

    Le sénateur démocrate Patrick Leahy a trouvé “absurde” la justification donnée par le président Trump, selon laquelle Hillary Clinton aurait été traitée avec partialité.

     

    AFP

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Votez pour votre candidate préférée à Miss Tahiti 2017 :

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete