Trump “met en danger la paix en Europe”

    mardi 30 mai 2017

    trump

    Pour Sigmar Gabriel, la politique des États-Unis “est contraire aux intérêts de l’UE”. (© AFP)

    Emboîtant le pas à Angela Merkel, le chef de la diplomatie allemande a lancé hier une salve contre Donald Trump. Il l’a accusé d’affaiblir l’Occident, des propos illustrant l’agacement de la première puissance européenne vis-à-vis du président américain.

    “Toute personne qui accélère le changement climatique en réduisant la protection de l’environnement, qui vend plus d’armes dans une zone de conflit et qui ne veut pas résoudre politiquement des conflits religieux, eh bien cette personne met en danger la paix en Europe”, a souligné le ministre des Affaires étrangères allemand Sigmar Gabriel, selon un communiqué.

    “La politique à courte vue du gouvernement américain est contraire aux intérêts de l’Union européenne”, a-t-il ajouté, quelques jours après la fin de la première tournée à l’étranger de M. Trump qui l’a conduit en Arabie Saoudite, en Israël à Bruxelles et au sommet du G7 en Italie.

    S’exprimant devant la presse, M. Gabriel a aussi estimé que les tergiversations américaines sur le climat et les 110 milliards de dollars  de contrats d’armement à l’Arabie Saoudite, pays très critiqué pour son bilan en matière de droits de l’Homme, ont rendu “l’Occident plus petit, ou en tout cas plus faible”.

    La veille, c’est la chancelière Angela Merkel, une atlantiste convaincue, qui avait ouvert le bal en estimant que l’Europe ne pouvait plus totalement compter sur les États-Unis de Donald Trump et le Royaume-Uni post-Brexit.

    “L’époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue. C’est mon expérience de ces derniers jours. Nous, Européens, devons prendre notre destin en main”, a-t-elle dit.

    “Notre amitié avec les États-Unis, avec le Royaume-Uni, notre bon voisinage avec la Russie, aussi avec d’autres pays, cela compte bien sûr. Mais nous devons savoir, nous devons nous battre pour notre propre futur, pour notre destin”, a insisté la dirigeante la plus puissante d’Europe et qui vise un quatrième mandat.

    Jusqu’ici ni les États-Unis ni les autres capitales européennes n’ont réagi directement aux propos de Mme Merkel et de son diplomate en chef.

    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, “reste partisan de bâtir des ponts”, s’est borné à commenter hier son porte-parole Margaritis Schinas.

    Cette sortie critique exceptionnelle pour la chancelière faisait suite au sommet du G7 qui n’a notamment pas abouti à un engagement américain à respecter l’accord de Paris sur le climat.

    AFP

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete