Tubuai- Dysfonctionnement : les habitants témoignent

    jeudi 25 août 2016

    tubuai

    Devant la poste de Mataura, un groupe d’abonnés internet exaspérés par les dysfonctionnements continuels, s’est réuni : “Pour internet aussi, nous avons droit à la continuité territoriale.” (Photo : TT Teipoarii/LDT)

     

    Pour l’île, les communications “c’est interNIET”

     

     

    Même si sur certains archipels, les connexions internet ont repris un rythme plus régulier depuis le début de la semaine, les utilisateurs de Tubuai espèrent une amélioration réelle et durable. Ils se sont réunis mardi, devant le bureau de l’OPT, pour manifester leur exaspération.

     

    Réunis mardi devant l’office des postes de la commune de Mataura. Ils étaient plus d’une vingtaine d’utilisateurs à exprimer leur ras-le-bol face aux dérangements occasionnés sur leurs lignes internet.

    Qu’ils nous expliquent exactement ce qui se passe”, demandaient les abonnés mécontents. “Nous avons droit à la continuité territoriale” , déclare le docteur Briot.

    Un habitant du village de Haramea explique sa situation : “Ici on n’a que les abonnements jusqu’à 2 mega je crois, mais ça, ça ne marche pas. On a souscrit avec Mana, un contrat pour un forfait d’un mega. Et même avec ça, on a du mal à avoir une connexion tous les jours.

    Cet employé de l’éducation évoque les influences de la météo : “Quand il ne fait pas très beau la connexion passe pas. Je pense aussi que ce n’est pas évident pour ceux qui travaillent avec internet. Je pense aux administrations par exemple. Mais surtout, à la fin du mois ces dysfonctionnements ne sont même pas pris en compte. Et nous, nous payons plein pot ! Ce n’est pas évident aussi pour nous, les gens des îles : on a l’impression d’être délaissés.

    Une gérante de pension pointe du doigt la longueur des téléchargements : “Télécharger des fichiers ça met un temps fou. Ça prend plus de temps que cela devrait. Parfois ça ne fonctionne plus du tout l’après-midi. ça marche un peu le matin mais dès qu’on arrive vers midi ce n’est même pas la peine d’essayer. Une fois, je n’ai plus eu de connexion internet pendant trois ou quatre jours. Pour ma pension, cela me fait perdre des clients. J’utilise très souvent Skype. Cela m’aide de pouvoir être en contact avec la famille. Je skype très souvent mais il y a des matins où ça ne marche pas. C’est vraiment un handicap.

    Cet autre habitant de Mataura est employé de la subdivision des Australes : “J’utilise Internet principalement dans le cadre de mon travail, Je suis souvent en contact avec d’autres personnes, pour des mails, etc. Internet, ici, fonctionne très, très mal. Et souvent, ça ne fonctionne pas du tout. Je déplore qu’on paye le même prix que sur Papeete, mais avec les inconvénients en plus. Maintenant s’ils doivent rembourser, je trouve qu’il faut qu’ils remboursent au moins la moitié de ce qu’on a payé.

    Un retraité de la commune de Mahu fait le même constat : “Moi j’ai le forfait minimum, et apparemment, il ne me sert à rien. Je suis loin d’obtenir satisfaction. Je l’utilise plus pour être en contact avec la famille de Tubuai et de métropole. En ce moment c’est impossible par Skype. Je travaille aussi avec des organismes sur Tahiti. Et là, je ne peux plus consulter mes comptes en banque sur internet. Parfois la connexion est inexistante, et si elle fonctionne, ce n’est que très, très lentement. Si parfois on a pu ouvrir une page, impossible d’en ouvrir une deuxième. Le problème c’est que trop souvent, on se retrouve sans connexion. Il n’y a rien. Ça peut être un problème de panne, mais ça dure un jour, deux jours, parfois même plus…

     

    Prêts à payer seulement si ça fonctionne

     

    Cette gérante entreprise de Mahu, elle, n’y a pas été par quatre chemins : “Nous avons préféré annuler notre abonnement internet. Même s’il n’y a qu’une seule personne qui utilise internet dans l’entreprise, ça rame, il y a des bugs … Il faut attendre trop longtemps pour que quelque chose s’affiche correctement. Franchement ça ne va plus, là. Il arrive que mes clients se plaignent. Pas de réseau vini, les clients qui ont besoin de me joindre et n’y arrivent pas, ne sont pas contents. Je leur explique bien que ce n’est pas ma faute, que ça ne capte pas le réseau, mais tout ceci n’est pas sérieux pour les relations avec la clientèle.

    Pour certains, l’installation d’un cable sous-marin est LA solution : “Plus vite il sera installé, plus vite cela améliorera la connexion. Peut-être que cela va alléger un peu le trafic pour les Australes. Vivement le câble.

    Y aurait-il assez d’espace pour tous les utilisateurs ?  “Quand c’est les vacances, ça va un peu. Quand c’est la rentrée, on constate que dès que les élèves ont fini de manger, tout le monde est sur son portable ; là, la connexion est difficile. Ils n’auraient jamais dû mettre en illimité dans les îles”, avance un abonné.

    Les jeunes et moins jeunes téléchargent énormément en illimité. dans les îles, quand on passe par satellite il faudrait penser à ça.

    Les consommateurs veulent être respectés : “Je pense que l’on paye déjà assez cher. En plus on paye pour une connexion qui est très mauvaise. Moi je veux bien payer cher, mais il faut que les résultats soient à la hauteur.

     

    Propos recueillis par
    notre correspondant TTT

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete