Tubuai – Fêtes de juillet. Trois soirées de concours de danse

    mardi 28 juillet 2015

    Durant trois soirées, les groupes de danse de l’île ont présenté leurs spectacles et concouru dans le cadre du Heiva i Tupua’i 2015. Les tamarii Toerau ont été les premiers à se lancer dans l’arène. Le jeudi 16 juillet, ils ont dansé sur le thème de L’union impossible. L’histoire des amours contrariées de la fille du roi Arii Teriinui éprise du pêcheur Roonui, de la classe des Manahune. Ce dernier fut sacrifié par le roi sur le marae à la déesse Hinaitemarama. La princesse Tehina fut si attristée par la perte de son bien aimé qu’elle mourut en mettant au monde leur enfant. La troupe Tamarii Toerau a voulu retracer une partie des relations très codifiées entre les classes sociales de l’époque qui régissaient la vie de nos ancêtres. Ces règles établies ne pouvaient en aucun cas être brisées. Le lendemain, c’était au tour des tamarii Taahueia de présenter leur spectacle, bâti autour de
    l’origine des îles Australes. Cette histoire est basée sur le récit d’une habitante originaire de Raivavae, et écrite par Jean-Claude Hauata. En plusieurs tableaux les danseurs ont raconté l’histoire de Hao, des Tuamotu, le père, qui tomba éperdument amoureux de Maria avec qui il eut cinq enfants, trois garçons et deux filles. l’aînée est Rapa, le cadet Raivavae, Tubuai le troisième. Viennent ensuite Rurutu et Rimatara. Ses enfants formeront les îles de l’archipel des Australes.

    Vaincre la malédiction

    Un jour, Hao, décide d’aller à la pêche et disparaît. Les enfants partent à la recherche de leur père malgré l’opposition de leur mère. Mais à leur tour les enfants disparaissent. La mère, Maria invoque alors “Otuu” l’oiseau totem afin de les retrouver. L’oiseau authentifiera leur disparition en rapportant à Maria des objets ayants appartenu aux enfants : tapa, cheveux, perles, vêtements… Une nouvelle qui fera mourir la mère de chagrin. Les troisièmes et derniers à se présenter ont été, le samedi 18 juillet, les tamarii Narai avec “Maudit sois-tu, Tematauira toi et ta descendance”, une réflexion sur l’amour qui doit triompher de la malédiction qui pèse sur les enfants, libérer les générations futures et ainsi, leur ouvrir une vie forgée dans l’amour et la compassion. Vendredi dernier, le jury, après délibération a attribué la première place des concours de otea, hivinau, et orchestre aux tamarii Toerau. Le prix du meilleur danseur est attribué à Tamarii Narai, et celui de la meilleure danseuse revient à Tamarii Toerau. Le meilleur paoa a été attribué à tamarii Toerau, et le meilleur costume à la troupe de Taahueia. En aparima c’est Narai qui obtient la première place, ainsi qu’en kaina (hua, valse).

    De notre correspondant TTT

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete