Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Tuihani père et fils claquent la porte du Tahoera’a

mercredi 7 juin 2017

marcel tuihani

Les Tuihani père et fils, deux grandes figures du Tahoera’a huiraatira, ont quitté leur parti hier matin. Finances et stratégie électorale présente et future sont les motifs de discorde. (© Archives LDT)

Marcel Tuihani Sr, trésorier du Tahoera’a huiraatira depuis une trentaine d’années, a démissionné de son parti hier matin, ont révélé nos confrères de TNTV. Son fils, Marcel Tuihani Jr, président délégué du même Tahoera’a et président de l’assemblée de la Polynésie (APF), a également démissionné.

Pour le trésorier du parti orange, la goutte d’eau aurait été le soutien que le Tahoera’a aurait pu apporter à l’indépendantiste Moetai Brotherson face à Patrick Howell au second tour des élections législatives dans la 3e circonscription. Il a fait le parallèle avec l’alliance du “7-7-7” : “On l’a fait une fois en 2007. Et on s’est pris une baffe en 2008 où on a perdu 25 000 voix !”

Mais au Tahoera’a, on estime qu’il ne s’agit là que d’un prétexte ; au conseil politique de lundi soir, Marcel Tuihani Sr aurait claqué la porte alors que la stratégie de l’entre-deux tours sur la 3e circonscription n’était pas encore décidée – elle devait l’être hier soir au grand conseil. 

Car la vraie raison serait à chercher côté finances plutôt que côté principes. Les caisses du parti ont connu des jours meilleurs, et les campagnes de cette année et de l’an prochain s’annonçaient difficiles pour le trésorier historique du Tahoera’a. Est-ce le sens de la petite phrase lâchée à TNTV : “J’ai été plusieurs fois condamné par solidarité avec mon parti mais depuis hier soir, la coupe est pleine” ?

Rappelons que dans l’affaire des emplois fictifs de la présidence, le trésorier a été condamné en appel à un an d’emprisonnement avec sursis et deux ans d’interdiction de droits civils, civiques et familiaux. La décision sur les intérêts civils doit intervenir le 5 octobre et pourrait coûter plusieurs dizaines de millions de francs à Marcel Tuihani Sr.

 

Mécontent des orientations du parti

 

Quant à Marcel Tuihani Jr, il ne cachait guère sa frustration depuis plusieurs mois, notamment sur le ralliement à Marine Le Pen, à qui il a refusé son parrainage pour l’élection présidentielle.

Au Tahoera’a, on prétend qu’il n’a jamais ouvertement exprimé son opposition à ce choix. Autre sujet de mécontentement : il aurait refusé d’être candidat aux législatives sur la 2e circonscription, pensant que Gaston Flosse cherchait à l’éloigner de Tahiti, car il visait à la fois les élections territoriales de 2018 et la mairie de Papeete aux municipales de 2020. Sans oublier qu’il doit à son appartenance politique deux passages en garde à vue, en 2014 pour la vaisselle et en 2016 pour les chargés d’études de l’assemblée.

Le président de l’assemblée a démissionné de son parti, mais pas de ses fonctions place Tarahoi. Il devrait donc être “non-inscrit” et conserver le perchoir. Le groupe Tahoera’a de l’APF passe donc à 15 élus et perd la cagnotte conséquente que représentent les prélèvements sur les émoluments et les crédits collaborateurs des élus.

Hier soir, au grand conseil du Tahoera’a, c’est Alice Tinorua qui a été désignée trésorière du parti, en remplacement de Marcel Tuihani Sr. Teura Iriti remplace Marcel Tuihani Jr à la présidence déléguée du parti.

Enfin, le grand conseil a finalement décidé de ne pas soutenir la candidature de Moetai Brotherson, au “soulagement” de l’assistance réunie au Tahiti Pearl Beach Resort. Quant à Vincent Dubois, qui a provoqué ce débat en ratant la marche du second tour et en déclarant son estime pour le candidat Tavini, il déclarait hier soir que “pour l’instant, il était au Tahoera’a”. À suivre. 

 

C.P.

 

Le trio du Tapura a déposé ses candidatures pour le second tour

Hier matin, Maina Sage, Nicole Sanquer et Patrick Howell se sont rendus au haut-commissariat de la République pour déposer officiellement leurs candidatures au second tour des élections législatives qui se tiendra le samedi 17 juin. Tous trois vont maintenant repartir sur le terrain pour aller chercher les voix des abstentionnistes, notamment dans la zone urbaine de Tahiti.

Maina Sage, candidate dans la première circonscription, mise sur l’expérience : “Mon souhait, c’est que le Tapura puisse avoir trois représentants, unis, soudés et complémentaires. Ce qui a payé, c’est le bilan d’une équipe. Les députés et sénateurs, le président, on a tous œuvré pour rétablir de bonnes relations avec l’État, et ça s’est vu, la population nous a envoyé un message d’encouragement pour poursuivre dans ce sens.”

Elle compte également mettre en avant les similitudes plutôt que les différences : “Pendant la campagne, j’ai entendu beaucoup de candidats soutenir l’accord de l’Élysée. C’est fondamental que nous puissions mettre en œuvre cet accord, il y a 60 mesures urgentes à réaliser et je peux vous dire que c’est essentiel que nous parlions d’une même voix au Parlement.”

Patrick Howell est devenu l’homme à abattre pour le Tahoera’a, qui avait laissé penser un temps que le parti appellerait à voter pour son adversaire, l’indépendantiste Moetai Brotherson.

Le candidat Tapura conservait alors son flegme face à cette décision : “Le Tahoera’a entretient une certaine confusion avec le concept de pays associé. Ça devient n’importe quoi. Il prône le contraire de ce qu’il défendait il y a cinq ans. Je compte sur les électeurs pour faire la part des choses. Je dois dire que j’ai de la sympathie pour Moetai (Brotherson, NDLR), mais je trouve la stratégie que j’ai en face de moi un peu brouillonne. Mais c’est l’électorat qui va trancher cette question-là.”

Quant à Nicole Sanquer, elle assure qu’“aucune alliance contre nature n’est prévue. Nous allons profiter des jours qui nous restent pour faire un travail de proximité, parce qu’on se rend bien compte que c’est ce travail qui nous donne ce résultat positif.”

 

C.P.

 

Teura Iriti élue présidente déléguée du Tahora’a

La démission de Marcel Tuhiani Junior et Senior fait parler d’elle. Après cinq heures de débats, les membres du grand conseil du parti au fe’i ont finalement élu à l’unanimité Teura Iriti, présidente du Tahoera’a Huiraatira.

Elle succède ainsi Marcel Tuhiani qui dans la journée avait démissionné. Quant à Marcel Tuihani Junior qui a suivi son père, il sera remplacé par Alice Tinorua au poste de trésorier.

Si pour certains sympathisants, cette démission a été vécut comme « un choc psychologique », la plupart n’ont pas été surpris par la nouvelle.

« Ça arrive au plus mauvais moment, mais on sentait qu’il y avait un malaise depuis quelque temps. Les Tuihani faisaient de plus en plus cavaliers seuls et ne participaient plus aux réunions  », confiaient des proches de Gaston Flosse, qui lui-même a confirmé « c’est la troisième ou quatrième fois qu’il se permet de crier, de se lever et de claquer la porte. Je n’ai jamais rien dit. Il revenait la fois d’après, on l’acceptait ».

Lors du grand conseil, Gaston Flosse a assuré qu’il n’y aurait pas d’alliance avec le Tavini, comme cela avait été évoqué la veille.

Tous les membres du parti orange auront la liberté de choisir leur orientation politique pour le second tour des législatives. Même si certains proches du Vieux lion reconnaissaient que « habituellement, au Tahoera’a on n’apprécie pas de voter Tavini, mais la tension est telle avec le Tapura qu’on est prêt à soutenir un candidat indépendantiste ».

 

 

ÉP

 

Gaston Flosse : « Dans leurs lettres de démission, ils me reprochent mes orientations politiques »

flosse

 

Quel était l’ordre du jour du grand conseil de ce soir  (mardi 06 juin – NDLR)?

L’ordre du jour a été modifié. La première convocation ne comportait que deux points : l’examen du bilan de cette première journée des élections législatives  et un deuxième point sur la préparation du second tour. Mais l’assemblée à l’unanimité a accepté de modifier l’ordre du jour pour débattre au sujet de la lettre de démission des deux Tuhiani – démission que nous attendions depuis un certain temps-, et pour décider de leur remplacement au sein du Tahoera’a Huiraatira, travail qui a été fait immédiatement.

Donc, Teura Iriti a été élue à l’unanimité et sous les applaudissements de la salle comme présidente déléguée. Alice Tinorua sera quant à elle notre nouvelle trésorière générale avec comme adjointe Liana Oopa. Le bureau exécutif a été recomposé ce soir et tout est rentré dans l’ordre.

 

 

Que vous reprochent les Tuihani père et fils?

Je ne sais pas. Dans leurs lettres de démission, ils me reprochent mes orientations. Justement, je me demande quelles orientations, puisque pour les élections présidentielles, ils ont voté avec les autres pour que le Tahoera’a soutienne la candidate du front national Marine Le Pen.

Aujourd’hui, pour le deuxième tour des législatives, nous avons laissé la liberté aux présidents de fédération avec les présidents de leur section de faire leur choix, fédération par fédération, commune par commune. Je ne vois pas de quelles orientations ils parlent.

 

 

Dans la troisième circonscription, une alliance avec le Tavini est elle d’actualité ?

Non, il n’y a pas d’alliance avec le Tavini. Chaque président de fédération choisira s’il soutient le Tavini ou non, s’il vote blanc ou non ou s’il s’abstient d’aller voter. Je le répète, on leur laisse toute leur liberté. Il n’y a aucune orientation à suivre, aucune obligation d’aucune sorte.

 

 

Pourtant, un soutien à Moetai Brotherson n’a-t-il pas été arrêté hier en conseil exécutif ?

Non, pas du tout. On a donné la liberté de négocier éventuellement avec tel ou tel candidat. Et ce soir dans la discussion générale, les positions sont vraiment très différentes par commune, par fédération.

 

 

Marcel Tuhiani sénior, c’est 30 ans de politique à vos côtés. Cette démission vous fait quoi ?

Ça me fait mal au cœur de voir quelqu’un partir comme ça sans raison. Avant il n’ouvrait jamais la bouche, il ne disait jamais rien, mais depuis que son fils est président de l’assemblée, c’est la troisième ou quatrième fois qu’il se permet de crier, de se lever et de claquer la porte.

Je n’ai jamais rien dit. Il revenait la fois d’après, on l’acceptait. Hier, on a eu droit au même scénario : il a crié un bon coup, il s’est levé, il est parti et son fils l’a suivi.

 

 

Le Tahoera’a Huiraatira a installé Marcel Tuihani au perchoir de l’assemblée de la Polynésie française, allez vous demander sa démission ?

C’est vous qui le dites. Marcel Tuihani dit que c’est grâce à son intelligence, à sa capacité de pouvoir résoudre les problèmes, et à tenir des discours qui sont supérieurs à ceux des autres… bref, que c’est grâce à lui qu’il est aujourd’hui président de l’assemblée, et non grâce au Tahoera’a. Moi, je pense en effet que c’est grâce au Tahoera’a qu’il est arrivé là ou il est et que logiquement, il devrait rendre ce siège au Tahoera’a, mais ça m’étonnerait qu’il le fasse.

 

 

Ce mardi, vous avez également rencontréle maire de Paea, Jacquie Graffe. Vous comptez sur son soutien pour le deuxième tour des législatives ?

On verra. J’ai appris qu’il attendait le retour du président pour discuter avec lui et lui faire des propositions sur son retour au Tapura. Retour conditionné par un certain nombre de membres de Jacquie Graffe. On verra sa réponse.

 

 

 

Propos recueillis par Élénore Pelletier

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Les extractions doivent-elles se poursuivre dans la vallée de la Papeno'o ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete