Un bonitier en panne avec quatre personnes à bord secouru

    samedi 16 mai 2015

    Un bonitier tombé en panne moteur à deux nautiques au sud-est de Hiva Oa, aux Marquises, a dérivé pendant plus de deux heures, hier matin, avant d’être remorqué à bon port par un second bonitier informé de l’avarie. 
    Quatre personnes se trouvaient à bord. Tout le monde est sain et sauf. C’est le patron de la station de sauvetage en mer de Hiva Oa qui a donné l’alerte après avoir intercepté sur la VHF, un message d’urgence de l’équipage du bonitier en détresse, vers 7 h 50.
    Les bénévoles de la station locale de la fédération d’entraide polynésienne de sauvetage en mer (FEPSM) ont immédiatement alerté le MRCC Papeete, tout en cherchant, dans l’urgence, de leur côté, une embarcation disponible pour porter assistance au bonitier. 
    “Malheureusement, au port de Tahauku, aucun moyen nautique n’était disponible pour intervenir”, précise la FEPSM. “Par chance, vers 8 h 30,  un autre bonitier rentrant de pêche a accepté de porter assistance au navire en panne. Il lui a fallu cependant refaire le plein en carburant de son propre navire avant de repartir. C’est donc seulement à 9 h 20 que ce moyen nautique de secours a appareillé du port en direction du bonitier à la dérive. À 10 h 15, les deux navires étaient enfin en remorque et le convoi a fait route vers le port de Hiva Oa.”

    Une action qui “repose trop souvent sur la chance”

    Les pêcheurs secourus sont finalement arrivés sains et saufs au port de Tahauku à 13 h 15. 
    L’organisation de l’opération a été menée depuis le sémaphore de Atuona où quatre bénévoles de la FEPSM se sont relayés pour maintenir le contact avec les deux navires et informer en temps réel le MRCC Papeete du déroulé des événements.
    “La FEPSM tient une fois encore à féliciter les bénévoles de la FEPSM de Hiva Oa qui assurent régulièrement une veille VHF 16 grâce aux systèmes de communication mis en place sur Hiva Oa par la FEPSM. Le sémaphore de Atuona est une fois de plus la preuve que les actions et les propositions de la FEPSM sont une solution cohérente au sauvetage en mer en Polynésie française.”
    Si la chaîne opérationnelle a contribué à un résultat positif, la FEPSM profite de cette intervention pour “tirer de nouveau la sonnette d’alarme et rappeler que sans moyens de sauvetage disponibles 24h/24h, comme la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) partout ailleurs sur le territoire de la République, l’action des sauveteurs en mer bénévoles de Polynésie française repose trop souvent sur le facteur chance et que les délais de mise en intervention peuvent être très longs”. “Le moyen nautique est intervenu 1 h 30 après le début de l’alerte. Que ce serait-il passé si, au lieu d’une panne moteur, le bonitier avait été en train de couler ? Que se serait-il passé si aucun navire de pêche n’était arrivé au port pour que la FEPSM puisse le solliciter ?”
    Les bénévoles de la FEPSM de Hiva Oa soulignent qu’ils “ne disposent d’aucun navire approprié pour ce type d’intervention et que les premiers moyens de secours maritimes et aériens de l’État, compétent en matière de sauvetage en mer, sont à 1 400 km.”
    La FEPSM, qui a soumis une proposition de plan quinquennal relatif au sauvetage en mer en Polynésie française, précise enfin n’avoir à ce jour reçu aucune réponse de l’État. 

    R.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete