Un charter chic pour Apia, aux Samoa

    mercredi 27 avril 2016

    Lupesina Frederick Grey, propriétaire de l’hôtel Méridien de Punaauia et des Sofitel de Bora Bora et Moorea, affrète un Airbus d’Air Tahiti Nui pour faire découvrir, à un peu moins de 300 heureux élus, son pays, les Samoa, et plus particulièrement, en avant-première, le Sheraton Samoa Aggie Grey’s Hotel & Bungalows, au centre de la capitale Apia.

    Parmi les Invités privilégiés qui ont décollé jeudi soir, Le ministre de l’Equipement, Albert Solia, le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ou encore le maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang. Ceux-là ne seront donc pas à l’assemblée de la Polynésie française pour la deuxième séance de la session administrative. D’autres personnalités comme Manouche Lehartel, Olivier Kressmann, Winiki Sage et Michel Monvoisin font aussi partie du déplacement. Le but ? Découvrir un hôtel de 200 chambres, mais surtout le casino, que l’homme d’affaires aimerait ouvrir aussi en Polynésie française. Le secrétaire général du gouvernement, Philippe Machenaud, qui fait lui aussi partie, du voyage y sera peut-être sensible.

    C’est à Apia que la grand-mère de Lupesina Frederick Grey, Aggie Grey, a ouvert en 1933 l’établissement à l’origine de la fortune familiale. Dévasté par le cyclone Evan de décembre 2012, l’hôtel a dû être entièrement reconstruit, pour 2,6 milliards de francs.
    Il rouvre au public le 27 mai, sous la marque Sheraton du groupe Starwood, qui en assurera le management pour dix ans. Avec quatre étoiles et demie, 200 chambres et les plus grandes salles de conférence des Samoa, ce sera le plus luxueux du pays.

    L’autre hôtel détenu par le Grey Investment Group, également sous management Sheraton, le Aggie Grey’s Resort à Mulifanua sur la côte nord-ouest, doit aussi être refait.
    Autre projet d’envergure qui doit démarrer cette année : les premiers condominiums en time-share des Samoa.

    À chaque hôtel son casino

    Mais ce n’est pas pour montrer aux Polynésiens un nouvel hôtel que le très discret Lupesina Frederick Grey se mue en tour-opérateur de luxe.
    Il ne s’en est jamais caché : il souhaite ouvrir un ou plusieurs casinos en Polynésie française. Samedi soir, à Apia, ses invités tahitiens auront l’occasion de découvrir le casino niché dans l’hôtel.

    C’est le second, après l’ouverture en juillet 2014 du White Sands, dans le resort de Mulifanua. Ce nouvel établissement comptera 220 machines à sous et 24 tables de jeu – roulette, baccarat, black jack et poker.
    Le gouvernement local a autorisé les casinos en 2010 pour aider à la reprise, après que le tsunami de 2009 ait balayé 30 % de l’économie samoane. Selon la loi, seuls les détenteurs de passeports étrangers peuvent jouer.

    Le programme concocté par Lupesina Frederick Grey comprend bien sûr les visites des établissements hôteliers et l’ouverture officielle en présence du Premier ministre samoan Tuilaepa Sailele Malielegaoi, suivie d’une after-party au
    casino.
    Les invités qui y auront survécu iront le lendemain en excursion-barbecue sur la plus belle plage de l’île, avant d’assister à un fiafia (fête traditionnelle samoane) et une beach party.
    Lupesina Frederick Grey, diplômé de la prestigieuse école de management hôtelier de Neuchâtel en Suisse, est le directeur général de l’entreprise familiale depuis le début des années 1990. C’est aujourd’hui le deuxième employeur des Samoa après le gouvernement.

    C.P

    Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2016-04-29 23:11:00
    "Le secrétaire général du gouvernement, Philippe Machenaud, qui fait lui aussi partie, du voyage y sera peut-être sensible."Euh, déjà qu'il a du mal avec la commission des recours de la commission d'admission au RST, ça m'étonnerait qu'il soit sensible aux SDF des casinos hohohohohohohohohoohoohoho rollstahiti@gmail.com
    Therese 2016-04-29 08:38:00
    C''est quand meme dur a projecter.
    Seulement ouvert Aux etrangers meme pas Aux locals.et aussi non Aux senior citizens.
    A Hawaii nous n''avons pas de casinos !
    En Guadeloupe et Martinique. Ont des
    Casinos. Mais pour Tahiti.,????
    proQ 2016-04-28 11:52:00
    Génial, on va pouvoir exporter nos millions en dehors de Tahiti, car cher bous on a pas le droits de le jouer, la République nous l’interdis.

    Au lieu que cette argent profite a notre économie , eh bien ils profitera a d'autre grâce a nos brillante lois.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete