Un écomusée sur l’île sœur en 2018

    mercredi 21 octobre 2015

    Serges Planes, directeur du Criobe, a reçu, lundi matin, des représentants de différents services du Pays et du monde associatif afin de les informer de la mise en chantier prochaine d’un écomusée ou Fare Natura.  Conçue suivant des lignes très attractives, cette structure accueillera des expositions permanentes et tournantes pour devenir une vitrine scientifique de la terre et de la mer en Polynésie.  Le projet est actuellement au stade du permis de construire. Le premier coup de pioche est prévu courant du premier semestre 2016 pour environ 18 mois de travaux.

    Le projet trottait dans la tête de Serges Planes, le directeur du centre de recherche insulaire et observatoire de l’environnement (Criobe) ,depuis sept ans. Mais, monter un projet aussi ambitieux de façon à ce qu’il puisse un jour tenir la route, a nécessité beaucoup de temps et de rencontres. Aujourd’hui, tout semble prêt pour en parler officiellement. C’était la raison d’une rencontre lundi matin au Criobe avec les différents représentants des services du Pays et du monde associatif concernés par cette nouvelle structure aux lignes, à la fois futuristes et traditionnelles : un écomusée L’implantation de ce Fare Natura, nom qui est pour l’instant privilégié, se situera sur une parcelle de terre appartenant au Pays et mise à disposition du Criobe, entre l’actuel centre de recherche et la route de ceinture.
    Il sera adossé à une petite colline, posé sur des pilotis aux abords de l’actuelle marina du centre.
    L’architecte a souhaité par ses formes de coque à l’envers, rappeler deux éléments essentiels à sa mission de sensibilisation et d’éducation, celui d’un palmier voyageur pour ce qui est de la “Terre”, et d’un coquillage pour ce qui est de la “Mer”.

    Mieux comprendre la biodiversité terrestre et maritime

    Deux thèmes généraux qui seront abordés au cours de différentes expositions pour mieux comprendre la biodiversité terrestre et maritime de notre environnement. Un espace d’exposition de 500 m2 au total est prévu dont 375 m2 pour les expositions permanentes et 130 m2 pour les expositions temporelles. Sur place, les visiteurs découvriront des aquariums, des bassins tactiles, un mur végétal, des vitrines d’expositions et deux espaces, aux extrémités du bâtiment, réservés soit à une aire de repos, soit à des animations..
    Le coût total de l’opération est chiffré à 650 millions de francs financés par le contrat de projet (50 % Pays 50 % État) dont
    350 millions F pour la construction de la structure, 80 millions F pour l’installation solaire qui sera la source d’énergie essentielle de ce complexe qui se veut avant tout écologique. Le reste des dépenses étant prévue pour l’aménagement intérieur et des espaces verts.
    Hier, lors de la présentation du site, il a beaucoup été question des thèmes qui seront abordés dans ce musée qui veut mettre sous les projecteurs la riche biodiversité locale, tout en mettant l’accent sur le développement durable. L’un des soucis majeur étant de ne pas faire doublon avec l’existant tel que le musée de Tahiti et des îles et le bassin archéologique que renferme Opunohu et qui lui aussi a ses projets d’aménagement. Les premiers travaux devraient donc débuter au premier semestre 2016.
    D’ici-là d’autres réunions seront prévues pour finaliser le contenu du projet, tâche qui incombe à deux techniciens : Cécile Gaspar présidente de l’association Te mana o te moana et Pierre Mery, ancien directeur du département recherche et technologie.

    De notre correspondant Jeannot Rey

     

    Teriihaue 2015-10-22 13:36:00
    Et surtout un lycée pour nos enfants et ceux des îles
    Lena 2015-10-21 15:33:00
    J'espère que la route de ceinture de Haapiti quartier Varari sera refait avant quand même !!!!!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete