Un médicament antitabac pourrait aider les Papous à arrêter de mâcher la noix de bétel

    mercredi 6 janvier 2016

    La noix de bétel est considérée comme la quatrième drogue la plus consommée après la caféine, l’alcool et le tabac. 600 millions de personnes mâchent cette noix dans le monde, principalement en Asie, mais aussi dans notre région, en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
    On sait que cela peut être dangereux pour la santé – la noix de bétel peut provoquer des cancers de la bouche et des cancers de l’œsophage. Elle accélère aussi le rythme cardiaque, explique le cardiologue Isi Kevau, de l’université de Papouasie-Nouvelle-Guinée : « On a donné des noix de bétel à des gens et on mesuré leurs fréquences cardiaques. On voit que ces fréquences cardiaques augmentent significativement. Par exemple, si vous avez un rythme cardiaque de 60 battements par minute, en l’espace de deux minutes, ce rythme va atteindre entre 78 et 90 battements par minute. »
    Il faut toutefois faire de plus amples recherches pour savoir si le fait de chiquer multiplie le risque d’avoir une crise cardiaque, précise Isi Kevau.
    Les chercheurs veulent aussi découvrir les effets provoqués par la noix de bétel sur le cerveau et comprendre ce qui rend les gens accros à son masticage.
    Le professeur Roger Papke, du département de pharmacologie de l’université de Floride, s’est intéressé à l’un des principes actifs de la noix : l’arécoline, qui cible les mêmes récepteurs que la nicotine : « On sait que ce sont ces récepteurs qui sont associés au manque que vous ressentez quand vous arrêtez de fumer. »
    Selon lui, si les mâcheurs de noix de bétel et les fumeurs présentent les mêmes signes d’addiction, alors la solution est peut-être la même ; les médicaments comme le Champix pourraient aider les Papous à délaisser cette drogue : « C’est comme cela que l’on traite les dépendances, en général : on leur donne un médicament qui prend la place du produit auquel ils sont accros. C’est la méthadone pour les héroïnomanes, et cela peut être le Champix pour les fumeurs. »
    Roger Papke entend tester sa théorie et cherche à réunir des consommateurs réguliers de noix de bétel pour faire une première expérience. Le géant pharmaceutique américain Pfizer est prêt à fournir les médicaments gratuitement, précise-t-il.
    Soulignons tout de même que le Champix est un médicament controversé : il aurait de possibles effets secondaires psychiatriques graves. Les autorités françaises ne le remboursent d’ailleurs plus depuis 2011.
    Même si les chercheurs parviennent à prouver que les médicaments antitabac peuvent aider à délaisser la noix de bétel, encore faut-il que ses consommateurs aient envie d’arrêter de la mâcher.
    Cela fait partie du quotidien, souligne le cardiologue Isi Kevau. Il rappelle que les autorités de Port-Moresby ont annoncé l’interdiction de la vente et de la consommation de la noix de bétel, il y a deux ans, mais que la mesure n’est pas respectée : « J’ai vu des gens être poursuivis par des agents de sécurité et par des policiers. Mais ces personnes qui sont censées leur retirer les noix de bétel, elles finissent par mâcher elles-mêmes ces noix, donc c’est un sujet complexe. »
    Signe que les Papous ne cherchent pas à se défaire de leur habitude, il n’existe aucun service d’aide pour les gens qui voudraient arrêter de consommer la noix de bétel en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
     
    Radio Australia
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete