Un pédophile australien condamné grâce à Sweetie, fillette philippine virtuelle

    mercredi 22 octobre 2014

    Un Australien de 38 ans, piégé comme des milliers d’autres pédophiles par une fillette philippine virtuelle créée sur internet par une ONG, a été condamné à une peine de prison, une première résultant de cette opération inédite.
    Il a été reconnu coupable mardi par un tribunal de Brisbane pour avoir utilisé un fournisseur de services aux fins de communiquer de manière indécente avec un mineur de moins de 16 ans, a expliqué le greffe du tribunal à l’AFP. 
    Récidiviste, il a également été condamné pour violation des conditions de son contrôle judiciaire ainsi que pour pour possession de matériel à caractère pédophile. L’homme a déjà effectué 260 jours de détention provisoire et ne retournera pas en prison. 
    La branche néerlandaise de l’ONG Terre des Hommes avait annoncé en novembre 2013 avoir généré par ordinateur cette fillette de 10 ans, dans le but d’attirer des pédophiles du monde entier prêts à payer pour voir par webcam interposée une enfant se livrer à des actes sexuels. 
    Pendant 10 semaines, « Sweetie » avait été contactée par plus de 20 000 prédateurs de 71 pays, avait expliqué l’ONG. Un millier d’entre eux avaient été identifiés par Terre des Hommes et leur identité avait été transmise aux autorités compétentes. Parmi eux, plusieurs ont été arrêtés, dont certains en Pologne, aux États-Unis et en Australie, selon l’association.
    Scott Robert Hansen figure parmi 46 Australiens piégés, devenant la première personne à être condamnée à la suite de cette opération, a expliqué à l’AFP une porte-parole de l’ONG basée à Jakarta, Leny Kling. « Nous espérons que d’autres (condamnations) suivront », a-t-elle ajouté. 

    « Partie émergée de l’iceberg »

     
    La police fédérale australienne avait perquisitionné le domicile du suspect à la suite d’un échange par webcam avec Sweetie, au cours duquel il était nu et se masturbait, a précisé le site d’information news.com.au.
    Terre des Hommes, dont l’équipe d’enquêteurs était constituée de quatre personnes, avait expliqué s’être bornée à attendre que les pédophiles présumés contactent Sweetie sans prendre elle-même l’initiative de les approcher.
    « Se mettre dans la peau d’une fillette philippine de dix ans et voir ce que certains hommes veulent de vous a été une expérience choquante » pour ces enquêteurs, avait assuré l’ONG. « Il y avait des demandes et des gestes vraiment obscènes. »
    L’ONG arrêtait net les échanges dès que les personnes de l’autre côté de la caméra proposaient de payer pour voir des actes sexuels.
    L’organisation souhaitait sensibiliser l’opinion publique et les autorités au phénomène de la prostitution des enfants sur l’internet. Elle s’était indignée du nombre réduit de personnes interpellées pour « tourisme sexuel avec enfant par webcam », seules six dans le monde ces dernières années, selon elle.
    « Sweetie a attiré un grand nombre de pédophiles », a souligné Leny Kling. « On lui disait ‘Tu peux te déshabiller’, ‘Tu peux me montrer tes seins' », s’est-elle indignée. 
    Cette forme d’exploitation sexuelle des enfants fait des dizaines de milliers de victimes rien qu’aux Philippines, a ajouté la porte-parole. Les enfants cambodgiens et thaïlandais sont également des proies faciles. 
    « Nous voulons juste prouver que c’est la partie émergée de l’iceberg », a encore dit la porte-parole.
    Si Terre des Hommes a été capable d’identifier plus de 1 000 pédophiles présumés en si peu de temps, les autorités du monde entier devraient être en mesure d’en identifier beaucoup plus, a soutenu l’association.
    En novembre, citant des chiffres de l’ONU, l’ONG avait avancé que quelque 750 000 pédophiles pouvaient être, simultanément, en ligne sur internet.

    AFP

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete