Un projet d’Ecoparc au centre de l’île

jeudi 20 août 2015

Hier, Jean-Christophe Bouissou a présenté un nouveau projet innovant, s’inscrivant dans la politique de développement du tourisme que souhaite le gouvernement. Un projet d’Ecoparc, au cœur de l’île.
Non, le Mahana Beach n’est décidément pas la seule réponse touristique proposée à l’heure actuelle pour faire rester les touristes quelques jours de plus sur Tahiti avant de les voir partir pour les lagons des Tuamotu, les hôtels des Raromatai ou encore les vallées des Marquises.
L’île de Tahiti, longtemps considérée comme un lieu de transit vers les autres îles, dispose d’un potentiel touristique encore sous exploité. Les projets relatifs aux zones touristiques prioritaires (Tahiti Mahana Beach, Atimaono) concernent principalement des activités axées sur la mer.

“Un site de montagne exceptionnel”
“Le centre de l’île représente un site de montagne exceptionnel, ainsi qu’un lieu de mémoire permettant le développement de nombreuses activités de divertissement et de découvertes environnementales et culturelles”, expliquait hier Jean-Christophe Bouissou.
Porté par Jean-Claude Teriierooiterai, Alban Ellacott et Dominique Auroy, le projet s’établirait non loin du barrage hydroélectrique et concernera aussi le relais de la Maroto. La société Ecoparc souhaite poursuivre la mise en valeur des richesses naturelles et archéologiques de la vallée de la Papenoo, tout en préservant ses patrimoines culturel et naturel.
Ce projet comprendra un Ecoparc avec de multiples activités ludiques, culturelles, éducatives, sportives.
Une télécabine sera installée pour se rendre au sommet du mont Fare (alt : 1000m) pour permettre une vision panoramique sur l’ensemble de la caldera*. Un golf de 18 trous sera lui aussi construit, avec un hôtel 5 étoiles de 100 chambres ; le relais de la Maroto sera transformé en 3 étoiles et étendu à 50 chambres.
Les moyens seront donnés à l’association Haururu et aux autres associations de la vallée pour reconstruire dans son état d’origine les principaux sites archéologiques.
Un village d’artisanat complètera également l’Ecoparc ainsi qu’un spa alimenté par les sources naturelles riches en fer de la rivière.
Concernant les moyens de financement, 3 milliards de francs devraient être investis par le Pays pour rénover les routes.
La société Ecoparc investira 4 milliards de francs pour le parc, 4 milliards de francs pour l’hôtel 5 étoiles, 1,1 milliard pour le golf 18 trous et 900 millions de francs pour la rénovation du relais de la Maroto et le spa. Enfin, 3 milliards de francs devraient être investis pour la route et les autres activités.

Bertrand Prévost

* Il s’agit d’un terme géomorphologique ou géologique concernant une forme de destruction par l’activité volcanique elle-même.
 

Lire ci-dessous l’intégralité du compte-rendu du conseil des ministres

@PATRIOTE 2015-08-20 18:12:00
@PATRIOTE
Pour information, ce ne sont pas les taxes aéroportuaires qui représentent un gros pourcentage du prix total d'un billet d'avion, mais la surcharge carburant qui est souvent intégrée dans le montant des taxes.
Etrangement, les ccie aériennes augmentent cette surcharge carburant lorsque le pétrole augmente, mais "oublient" de les baisser lorsque le prix du baril baisse...
Patriote 2015-08-20 09:45:00
Cest le prix du billet d'avion qu'il faut baisser pour amener des touristes en Polynesie. C'est bien beau d'avoir un ecoparc, ou autre mahana beach, mais le prix du billet d'avion est un gros frein a la venue des touristes. Il suffirait de baisser les taxes aeroportuaires qui representent un gros pourcentage du prix total.
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete