Une dizaine d’alarmes installées au domicile de personnes âgées isolées

mercredi 15 juillet 2015

“Il y a une quinzaine d’années, une mamie que j’aimais beaucoup, qui habitait Papeari, est tombée dans sa salle de bains. Elle n’a pas réussi à se relever”, se souvient avec émotion le taote Henri Loquet. “C’était pendant un long week-end de Pâques, on ne l’a retrouvée que le mardi. Elle était décédée.” 
Durablement marqué par cet événement, le médecin de Taravao a depuis suggéré au Rotary Club de Taravao Tahiti Iti, dont il est également membre, de mener un projet d’installation d’alarmes spécialisées, afin de remédier à une situation d’isolement à laquelle les personnes âgées vivant seules à leur domicile se retrouvent confrontées, à un moment ou à un autre. 
“Le problème de ces personnes âgées, c’est que le jour, elles ont de la visite  de la famille, d’une aide ménagère ou d’un infirmier, mais la nuit, elles se retrouvent souvent seules”, explique-t-il. “Je me suis renseigné, c’est un outil qui n’existe pas sur le territoire. Ça n’a pas été simple, mais on a réussi à faire venir dix alarmes, d’une valeur de 25 000 francs chacune.” 

Un dispositif sécurisant

La demande est bien réelle puisque, depuis le lancement de l’opération au mois de mai, les alarmes ont quasiment toutes trouvé preneur. Avec le soutien du Rotary Club de Papeete et de généreux donateurs, la moitié d’entre elles ont pu être installées à titre gracieux au domicile de personnes âgées de la Presqu’île. Lundi, c’était au tour d’Hélène Lucas, qui fêtera ses 93 printemps au mois d’août, de recevoir la visite des Rotariens de Tahiti Iti, chez elle, à Taravao, en compagnie de son fils, Christian Lucas. Le taote Henri Loquet a lui-même procédé à l’installation du dispositif, en connectant la centrale d’appel sur la ligne téléphonique. 
Six numéros peuvent ainsi être programmés et composés automatiquement à tour de rôle dès lors qu’Hélène, en cas de chute par exemple, actionne l’un des boutons poussoirs judicieusement installés dans sa maison, auxquels s’ajoutent un collier ainsi qu’un bracelet. 
Ce dispositif de sécurité, lorsqu’il ne s’agit pas d’une perte de connaissance, peut bel et bien sauver des vies. 
Bernadette Wasna, présidente du Rotary Club de Taravao Tahiti Iti, aimerait reconduire cette opération, malgré des conditions d’importation dignes d’un vrai “casse-tête”.  

A.-C.B.

Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique.

lebororo 2015-07-15 14:08:00
Super... pour les gens qui vivent encore! ☺
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete