Une grève générale se profile

    samedi 30 avril 2016

    Vendredi matin, la centrale syndicale O Oe To Oe Rima réunissait l’ensemble de ses représentants syndicaux au sein de l’amphithéâtre du centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF).
    Cette réunion avait deux objectifs, le premier, permettre à l’ensemble des délégués d’en savoir un peu plus sur la réforme de la protection sociale généralisée.
    C’est d’ailleurs pourquoi le secrétaire général de O Oe To Oe Rima, Atonia Teriinohorai, avait invité le directeur de la CPS, Régis Chang, à se joindre à eux.

    Une invitation que l’intéressé a acceptée. “Il ne s’agissait pas de convaincre les délégués syndicaux, mais de leur expliquer la situation réelle de la retraite. J’ai voulu qu’ils sachent ce qu’on pouvait faire et surtout ce qui allait se passer si on ne faisait rien”, a expliqué Régis Chang. “L’objectif, c’est de pérenniser la retraite et d’aller vers plus d’équité sociale. La réforme n’est absolument pas décidée. Aujour­d’hui, il faut la construire. C’est pourquoi je souhaiterais que les partenaires sociaux reviennent à la table des discussions car cette réforme concerne tous les Polynésiens”, a-t-il conclu à la fin de son intervention.

    Beaucoup de délégués syndicaux ont, par la suite, exprimé leurs craintes en fonction de leur situation.
    Si certains ont semblé dubitatifs, d’autres ont donné l’impression de mieux comprendre ce qui se jouait. Pour autant, l’autre objectif de ce séminaire était d’annoncer un mouvement de contestation à venir.
    Tunia Terevaura, secrétaire général adjoint de O Oe To Oe Rima, a annoncé qu’il était probable qu’une grève générale soit lancée dès la semaine prochaine.
    “Nous avons effectivement prévu, avec les trois autres centrales syndicales, de partir en grève pour la bonne et simple raison qu’après un mois et demi de participation à un atelier avec la ministre Téa Frogier, dans lequel nous avons fait plusieurs propositions, rien n’a été retenu.”

    Le syndicat estime qu’aujourd’hui que la réforme de la PSG2 se fait dans la précipitation et qu’elle va en léser plus d’un. “En gros, il s’agit d’augmenter les cotisations, de prolonger les anuités et de toucher moins”, a simplifié Tunia Terevaura.
    Le secrétaire général adjoint demande, à l’instar de CSTP-FO, Otahi et CSIP, que “le gouvernement prenne ses responsabilités et rembourse les sommes colossales qu’il doit à la CPS”. “Dès lors, on pourra commencer à travailler et mettre en place des propositions fiables, d’ici deux ou trois ans.”
    Le syndicat a promis près de 11 000 préavis de grève et le blocage des institutions.

    Jen.R.

    NEUTRALITE 2016-05-01 00:05:00
    Pourquoi ne pas prendre exemple sur le régime des retraites Suisse ... retraite de base plafonnée à x2 entre les plus petits et les plus gros salaires ... mais tu as raison LEBORORO ils préfèrent copier la France ... champion du monde des inégalités, des régimes spéciaux, de la dette, des impôts, du chômage, des assistés, des retraites indexées ...
    lebororo 2016-04-30 22:17:00
    Tout le monde copie leur mère... "France"
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete