Une loge maçonnique de Tahiti lève un coin du voile…

    dimanche 29 mars 2015

    Philippe Slowinski est assistant Grand Maître de La Grande Loge régulière de Tahiti et des archipels (GLRTA). Affranchie de la loge métropolitaine, la GLRTA s’est créée en 2011. Les 150 membres ont inauguré il y a quelques jours un nouveau Temple situé à Tipaerui.

    Qu’est-ce que La Grande Loge régulière de Tahiti et des archipels ?
    C’est une obédience maçonnique qui regroupe cinq loges. Dans chacune d’elle travaillent des frères qui se réunissent régulièrement dans le grand Temple par spécialités de rites.

    Pour nous éclairer, quelle est l’histoire de la franc-maçonnerie ?
    Elle est issue d’une nostalgie de la maçonnerie opérative qui remonte au Moyen-âge. Il faut comprendre qu’à l’époque, le métier était quelque chose d’important pour les gens et en particulier pour les maçons. Ces derniers construisaient des édifices sacrés comme les cathédrales. Tout le monde, compagnons et apprentis, gravitait autour d’un chantier et d’un maître, patron de ce chantier. Ils formaient une famille très soudée, dans l’amour du métier et un esprit de solidarité. Les francs-maçons voyageaient, c’était la seule corporation qui avait le droit de quitter un souverain pour un autre chantier. À l’époque, il n’y avait pas de diplômes, alors on se reconnaissait par des signes, des mots qui étaient secrets, pour être reconnus par la caste d’appartenance.

    Pourquoi ces petits signes secrets ?
    Pour préserver la caste, pour éviter l’usurpation et que quelqu’un touche un salaire auquel il n’aurait pas droit par manque de savoir-faire. C’était en effet très orchestré. Puis, les maçons ont commencé à se sédentariser. En restant sur place, ils n’avaient plus besoin de prouver qu’ils étaient apprentis, compagnons ou maîtres. C’est alors qu’il y a eu une transition d’une maçonnerie opérative à une maçonnerie spéculative où l’on a commencé à accepter au sein de ces groupes des personnes qui n’étaient pas du métier. Mais les symboles très forts de la maçonnerie opérative ont perduré.

    Quels sont ces symboles ?
    L’équerre, le compas, la truelle,… la maçonnerie est en effet devenue très symbolique. Pour notre part, ce n’est plus tant le métier qui prime mais les qualités humaines de tolérance, d’ouverture vers les autres et de spiritualité. Nous nous réunissons dans la fraternité.

    La franc-maçonnerie est-elle présente dans le monde entier ?
    Il y a six millions de maçons dans le monde, avec 180 à 200 Grandes Loges régulières. La franc-maçonnerie a pris son origine dans la veille Europe, et en particulier en Angleterre où la Grande Loge Unie a édicté certains préceptes qui sont, pour les principaux, la croyance au Grand Architecte de l’Univers et la spiritualité, même s’il n’y a pas de religiosité dans nos travaux. En effet, les francs-maçons réguliers doivent croire en Dieu, et ce quelque soit son nom. Nous travaillons sur la Bible, sur laquelle sont posés l’équerre et le compas. Ce sont les trois joyaux d’une Grande Loge régulière.

    La GLRTA a été créée il y a seulement trois ans à Tahiti ?
    La franc-maçonnerie existe depuis plus de 100 ans en Polynésie, et la franc-maçonnerie régulière depuis près de 20 ans. En 2011, les frères locaux ont pris la décision de couper le cordon ombilical avec la métropole et de fonder une franc-maçonnerie polynésienne. L’année dernière, nous nous sommes rendus au colloque de toutes les franc-maçonneries régulières en Roumanie. On y a été reconnu, on y a notre place, avec le drapeau polynésien. Une grande fierté !

    Quel est votre statut ?
    C’est une association type loi de 1901, à l’opposé d’une secte (rires) ! Nous avons un bureau, on présente nos comptes, et les membres cotisent chaque année 5000 francs.

    Comment devient-on membre ?
    Tout le monde peut être initié. Il n’y a que deux restrictions : un casier judiciaire vierge et croire en Dieu. En général, cela fonctionne par parrainage, et nous laissons toujours le choix à quiconque de nous rejoindre, ce n’est pas du recrutement !

    Certains parlent de club élitiste…
    Nous réunissons un large panel de notre société, des jeunes et des seniors, avec ou sans diplômes, et il n’y a pas de critères financiers hormis la cotisation.

    Vous réunissez-vous souvent et pourquoi ?
    La GLRTA englobe actuellement cinq loges maçonniques qui comptent chacune entre 20 et 40 frères. Une loge se réunit environ une à deux fois par mois et travaille selon le rituel attenant. Elle fait des cérémonies d’initiation de passage de compagnon, de maître.

    En quoi consistent ces cérémonies qui bousculent les imaginaires ?
    Il n’y a rien de particulier, et encore moins de rites religieux sortis des imaginaires (rires) ! Il y a dans n’importe quelle société des rites de passage et la franc-maçonnerie possède les siens. Cela représente symboliquement une “petite mort” pour renaître en phase avec ses frères.

    Organisez-vous des actions humanitaires ?
    Oui, mais toujours très discrètement car si la charité nous honore, cela peut rabaisser la personne qui reçoit. Nous donnons à des œuvres de charité, nous participons au soutien pour le Vanuatu mais nous ne souhaitons pas le communiquer en masse, nous ne voulons pas nous afficher.

    Vous êtes dans le culte du secret, n’avez-vous pas peur que cela vous desserve…
    C’est vrai que si dans la franc-maçonnerie il y a des obédiences qui cultivent le secret, d’autres s’affichent ouvertement comme la franc-maçonnerie anglo-saxonne. À Atlanta par exemple, le Temple est immense et localisé avec un grand néon. Un franc-maçon américain le note même sur sa carte de visite ! Pour ceux de la métropole, ce secret prend sa source lors de la Seconde Guerre mondiale, où de nombreux francs-maçons ont été exterminés par Adolf Hitler dans les camps. C’est resté dans les mœurs de se cacher… Mais la volonté de la GLRTA est justement de sortir du secret, nous sommes discrets mais pas secrets. Ainsi, nous organisons des conférences de presse, et parlons de nos évènements. Certes, nous ne communiquons pas à outrance et restons dans la discrétion, mais nous n’avons rien à cacher et nous voulons de la transparence. Toutefois, nous n’autorisons que les personnes initiées à assister à nos réunions de travail.

    Quel genre de travaux effectuez-vous ?
    En fonction des rites, cela peut être du travail de rédaction par exemple, toujours en lien avec les symboles pour expliquer les voix de progression des frères. Attention, nous ne parlons ni de politique ni de religion, ce n’est pas une tribune !

    Le Grand Maître Philippe Gestas va-t-il bientôt passer le relais ?
    Oui, à Teiva Godefroy très prochainement. C’est un grand évènement pour nous. C’est un grand honneur d’être choisi, tout comme d’être franc-maçon. Nos frères doivent en être fiers et ne doivent pas avoir peur de “l’extérieur”. Si je n’ai pas le droit de dévoiler leur identité, eux par contre peuvent le faire individuellement. Quelques-uns le font, d’autres n’osent toujours pas, par crainte du regard des autres.

    Propos recueillis par Caroline Valentin.

     

    Des projets vers la “transparence”

     Nous pensons ouvrir une loge au rite d’York en fin d’année, et nous réfléchissons à organiser des “tenues blanches” telles des conférences sur un sujet maçonnique ouvert au grand public. Mais j’ai aussi l’idée d’organiser des journées portes-ouvertes dans un esprit de transparence, pour prouver que nous ne sommes pas des “hommes de l’ombre” assure Philippe Slowinski.

    Roger 2015-10-20 14:18:00
    Bonjour
    J''aimerai savoir s''il y a un lien entre les tatoos polynesien et Ies francs-macons???
    Tôt of 2015-03-30 12:45:00
    Oui novice je suis d'accord mais la ça fait vraiment pub racolage, comme larticle qu'ils ont fait chez tahiti infos
    novice 2015-03-30 12:17:00
    quand, ils se cachent, on les critique, quand ils se dévoilent, on les critique, l'humain et la critique!!! un vieux couple, n'est-ce pas TOT OF!!
    Tôt of 2015-03-29 19:18:00
    Quelle pub! Ils recrutent ca se voient. On ne communique pas sans arrière pensee....'.'.'cest vrai que les gens discrets communiquent régulièrement, il n'y a qu'a voir les stars.....non mais arrêter de nous prendre pour des imbéciles...
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete