Une mission scientifique envoyée à Rapa

    mercredi 15 octobre 2014

    À peine officialisée depuis quelques jours (La Dépêche de Tahiti du 30 septembre), l’organisation non-gouvernementale Pew met en place, avec la collaboration active du National Geographic, une première mission à vocation scientifique, avec pour cap l’archipel des Australes et plus particulièrement, l’île de Rapa. Cette mission, ainsi que l’ensemble des scientifiques y participant, a été présentée hier, sur le bateau exploratoire à quai à Papeete, avant son départ, prévu aujourd’hui, direction plein sud. Cette expédition scientifique aura lieu jusqu’au 2 novembre, à bord du Hanse Explorer, bateau à vocation scientifico-touristique. Une mission menée dans le cadre du programme Pristine Seas, un programme mondial mené et financé par National Geographic pour décrire la biodiversité des zones marines les plus préservées de la planète.
    Les données collectées lors de cette expédition seront intégrées à l’état des lieux scientifique sur l’espace marin des Australes, qui est actuellement mené par Pew et le Criobe IRCP en partenariat avec 25 experts locaux et internationaux.
    Un programme en totale adéquation avec l’objectif de Pew, à savoir la création de grandes aires marines protégées, en Polynésie française, notamment aux Australes, première étape de ces créations de zones protégées.
    “Rapa est une des seules îles de Polynésie où il existe un rahui, respecté par la population, c’est-à-dire un mécanisme de conservation des ressources naturelles, qui fonctionne encore extrêmement bien et qui est très performant, ce qui est pour nous, professionnels et scientifiques. C’est un modèle très intéressant de société civile de gouvernance, de gestion, qui doit nous inspirer pour d’autres îles”, a précisé Jérôme Petit, directeur de Pew Polynésie.
    L’objectif de Pew est de connaître précisément les milieux marins des Australes, mais aussi les aspects culturels qui sont liés à l’océan, ainsi que les aspects socio-économiques. Les données collectées par National Geographic devraient apporter du grain à moudre pour cet état des lieux de l’archipel des Australes.
    Intéressée par les fonds sous-marins, l’équipe de National Geographic, composée de huit scientifiques et de six documentaristes, en profitera pour réaliser un reportage dans le mensuel papier de National Geographic, mais également pour leur chaîne de télévision.
    L’ensemble des données collectées par cette mission scientifique seront présentées au retour de la mission, le 3 novembre.
     
    C. C.

    Yann Delmas 2014-10-17 07:48:00
    Attention la dangereuse ONG américaine vient coloniser la Polynésie non pas pour les intérêts des polynésiens mais pour le seul intérêt américain. Objectif Reserve marine pour repousser la pêche et champs libre pour l''exploitation des fonds marins.
    MUDAFAKA 2014-10-17 07:36:00
    faaturamotu, vous devez sans doute avoir un lien avec cette association.

    Vous pouvez lire ça aussi : http://www.huffingtonpost.fr/richard-honvault/peche-en-eau-profondes-enjeu-geopolitique_b_5860874.html?fb_action_ids=679300968850879&fb_action_types=og.likes&fb_source=feed_opengraph&action_object_map={%22679300968850879%22%3A826549860718863}&action_type_map={%22679300968850879%22%3A%22og.likes%22}&action_ref_map=[]

    encore un article diffamatoire, diffusé sans vérifications...
    faaturamotu 2014-10-16 15:30:00
    Article cité ci-dessus diffamatoire, sans aucune logique ni fondement scientifique, diffusé sur internet sans vérification des informations.
    mudafaka 2014-10-16 11:12:00
    Un article intéressant à lire sur cette association "à vocation scientifique"...
    http://theatrum-belli.org/les-trusts-caritatifs-anglo-saxons-comme-instrument-de-pouvoir-dans-les-espaces-maritimes-par-yan-giron/
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete