Une première sur le quai des ferries : Polynesian Airsoft à l’assaut du Corsair de la compagnie Aremiti

    lundi 26 octobre 2015

    Non, ni le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), ni le groupe d’intervention de la police nationale (GIPN), ni les groupes d’intervention de la gendarmerie et de la police n’ont participé hier à une intervention à l’intérieur du Corsair de la compagnie Aremiti.
    Malgré la tenue ultra-ressemblante de certains intervenants, et pour cause puisque certaines étaient identiques à celles portées par les forces de l’ordre, il n’y a pas eu de prise d’otage sur le Corsair. C’était simplement une activité liée à l’airsoft, menée sous l’égide de l’association Polynesian Airsoft, qui regroupe 200 membres. Compte tenu de la configuration des lieux, seuls 70 d’entre eux se sont relayés sur le bateau toute la journée, pour exécuter deux scénarii.
    Le premier concernait la récupération, par dix hommes armés de répliques d’armes réelles, du drapeau de la compagnie Aremiti caché à fond de cale et défendu par dix autres hommes également lourdement armés. Le deuxième scénario concernait, quant à lui, la localisation et le désamorçage d’une bombe factice cachée dans le bateau et défendue par dix hommes bien déterminés à éliminer les dix assaillants.

    À chacun sa tenue de combat

    Si certaines tenues sont basiques, d’autres sont identiques à celles utilisées par les forces de l’ordre en intervention, comme le précise Stéphane Bouthéon, président de l’association Polynesian Airsoft : “Les participants s’habillent comme ils en ont envie. Certains adoptent la tenue des chasseurs ou des pêcheurs, d’autres préfèrent les tenues réalistes des équipes d’intervention ou du Swat aux États-Unis. Les armes, que l’on appelle officiellement répliques, sont des reproductions fidèles d’armes réelles qui tirent des billes de plastique biodégradables. Lorsqu’un participant est touché, il lève la main et il sort du jeu. C’est un jeu ou le fair-play domine, malgré l’engagement des participants à réaliser leur mission”.
    Stéphane Bouthéon tient à remercier les autorités du Port autonome et la direction du groupe Degage pour leur soutien et leurs autorisations à pratiquer l’airsoft sur un bateau, ce qui est, selon lui, “une première dans le monde”.

    Pascal Martin

    Contacts
    Mail :
    polynésianairsoft@gmail.com
    lysb@mail.pf
    Tél. 87.23.73.86

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete