Habillage fond de site

VA’A – Hawaiki Nui – Steeve Teihotaata : “On s’entraîne peut-être moins, mais avec envie et bonne humeur”

lundi 6 novembre 2017

steeve teihotaata rete ebb

Les copains Steeve Teihotaata et Rete Ebb posent pour les photographes. (© Benoît Buquet)

À 26 ans, Steeve Teihotaata, “l’extraterrestre” au poste 4, est le capitaine de l’équipe EDT Va’a. Il est le pilier de la meilleure équipe de V6 du monde à l’heure actuelle, notamment victorieuse des quatre dernières Hawaiki Nui. Il a aussi conduit dimanche 8 octobre l’équipe Red Bull vers la victoire à la Molokai Hoe. Il est enfin l’un des meilleurs représentants tahitiens en stand up paddle.

Il nous parle de la “nouvelle vision du va’a” de l’entraîneur d’EDT, Heiarii Mama. Une méthode qui n’est applicable qu’avec des sportifs de ce niveau-là : surentraînés, et qui se connaissent par cœur.

 

Qu’est-ce qui vous rend si forts et si réguliers ?

C’est tout simplement l’amour qu’on partage tous pour ce sport. Et l’amour qu’on partage entre nous. On s’aime quoi. On ne vient pas ramer trois mois avant la course, dans un état d’esprit où tu ne veux pas ramer avec l’autre copain. On s’entraîne peut-être un peu moins que tout le monde. Mais quand on vient ramer, on vient avec notre envie, notre bonne humeur, notre envie de s’entraîner à fond. C’est ce qui fait la différence. On est tous comme des frères et on sait tous ce que l’on veut.

 

C’est incroyable : vous avez commencé les entraînements en commun deux semaines avant la course ?

Exactement. Ça fait même moins de quinze jours qu’on a repris ensemble parce que chacun avait ses objectifs personnels. Il y a eu notamment la Molokai Hoe. Voilà, on est contents d’avoir montré encore une fois à tout le monde qu’on est les meilleurs dans ce domaine. L’année dernière, on s’était dit : “Encore une année”. Et dès que tu passes l’arrivée cette année, tout le monde répète : “Encore l’année prochaine !”

 

Et alors, l’année prochaine ?

Vu que tout le monde est toujours sur pattes et prêt à gagner, on ne va pas hésiter, on va tout faire pour, si c’est possible.

 

Un mot sur votre coach, Heiarii Mama : c’est lui qui vous sublime ?

C’est juste un coach qui a une autre vision. On n’est plus trop dans la vision “old school” on va dire. Il a une nouvelle vision du va’a qui fonctionne depuis quatre ans.

 

Et quelle est cette vision ?

En fait, c’est juste que chacun aime ce sport, chacun s’entraîne de son côté, et chacun a ses objectifs personnels aussi dans la saison. Donc on s’entraîne chacun très dur de notre côté. Et ensuite on se retrouve deux semaines avant la course pour pouvoir régler le coup de rame, vu qu’on se connaît depuis cinq ans pratiquement. C’est cette vision-là qu’on aimerait apporter, comme ça chacun est libre de ses occupations personnelles.

 

Cette année encore, vous partagez cette vision avec vos copains hawaïens de Red Bull ?

Exactement. Je les remercie sincèrement d’avoir apporté leur pierre à cet édifice (Daniel Chun et Keakua Nolan, dans l’équipage vainqueur à Tahaa jeudi, NDLR). Sans eux, on n’aurait pas gagné aussi facilement, parce qu’ils nous ont quand même donné une avance confortable jeudi en gagnant la deuxième étape. Merci beaucoup aux copains. C’est un plaisir de partager ce sport. Et je suis plus que certain que c’est la meilleure voie pour faire avancer le va’a internationalement.

 

Hawaiki Nui finie, qu’allez-vous faire maintenant ?

Pour l’instant, je rentre à la maison voir le fiston que je n’ai pas vu depuis une semaine (son fils est né le 12 septembre à Tahiti, NDLR). Après, j’essaierai de me concentrer sur une autre compétition. Mais pour l’instant, je savoure. 

 

Propos recueillis par Benoît Buquet

 

• Retrouvez notre diaporama ici

 

Tous les classements de cette édition : Classement des juniors hommes Classement sénuirs et vétérans dames Classement général

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete