Va’a – Tetiaroa Royal Race – Interview de Dick Bailey, manager de TBSA (Tahiti Beachcomber)

    mercredi 14 septembre 2016

    tetiaroa

    Dick Bailey se réjouit de l’organisation de cette course qui participe à la promotion de l’atoll de Tetiaroa. (Photo : Jean-Marc Monnier)


    “Fiers d’être à Tetiaroa et de travailler au Brando”

     

    Qu’est ce qu’une course comme la Tetiaroa Royal Race peut apporter à Tetiaroa ?

    C’est énorme?! Cela nous ramène dans notre commune de Arue en commémorant, quelque part, les liens très forts
    qui existaient jadis à travers le va’a entre Tetiaroa et la commune de Arue.

    C’est également pour notre équipe, qui travaille sur l’atoll, une façon de se sentir intégrée et de faire partie de leur commune. Ils travaillent très dur dans leur temps de repos.

    C’est un moyen pour eux de participer à un événement sportif de premier niveau sur leur île et de montrer combien ils sont fiers d’être à Tetiaroa et de travailler au Brando.

    Et enfin, c’est un moyen pour nous de montrer que nous sommes capables de répondre aux attentes et aux désirs non seulement de notre staff, mais aussi de notre commune de Arue dans laquelle nous vivons.

     

    Y aura-t-il possibilité d’aller d’avantage à Tetiaroa grâce à cette course ?

    Nous sommes toujours d’accord pour accueillir des clients dans notre hôtel, bien entendu. C’est vrai que beaucoup d’hôtels de Bora Bora ou de Moorea, tout comme le Brando, sont des établissements touristiques qui ne sont pas pour tout le monde, et c’est une des caractéristiques déterminantes de notre industrie touristique ici en Polynésie.

    Le billet d’avion est coûteux, le séjour l’est également, mais nous avons besoin de ce marché haut de gamme pour couvrir le progrès social dont nous bénéficions tous en Polynésie française.

     

    Que savez-vous des échanges qui existaient autrefois entre Tetiaroa et Arue ?

    Ce que les experts nous expliquent, c’est que le siège de la famille royale étant situé à Arue, et l’atoll de Tetiaroa se trouvant dans l’extension de la vallée de Arue, c’était la réserve exclusive de la famille royale qui y maintenait un certain nombre de gardiens.

    Ces derniers amenaient souvent du poisson vers Tahiti d’où étaient envoyés du uru et d’autres fruits et légumes qui ne sont pas cultivés sur les atolls. Il y avait en revanche, à Tetiaroa, une culture de taro. Et nous savons même exactement où se situait la tarodière royale.

    Donc, il y avait un commerce presque quotidien qui se faisait en pirogue entre Arue et Tetiaroa. Et les experts nous disent qu’il y avait un millier de personnes qui vivaient auparavant à Tetiaroa, peut-être même plus, au service de la famille royale.

    La dimension culturelle de Tetiaroa est quelque chose de très passionnant et pour laquelle nos clients sont extrêmement curieux.

    L’association Tetiaroa Society collecte toutes ces données pour former nos guides qui transfèrent ensuite ces connaissances à nos clients.

     

    Propos recueillis par J.-M.M.

     

        Retrouvez dans notre édition du Mercredi 14 septembre 2016 :       

    • Parole à : Silvio Bion, Directeur de l’hôtel The Brando

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete