Habillage fond de site

Vahine Orama à nouveau mobilisée plage Temae

lundi 28 novembre 2016

Vahine Orama

Le groupe de Vahine Orama et quelques intervenants, dont la gendarmerie et des membres de SOS Suicide. (© Jeannot Rey / LDT)


À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Vahine Orama a investi la plage Temae, samedi dernier. Pas de grande manifestation cette année, mais des stands pour prévenir et informer. Le public a aussi pu participer à quelques ateliers et animations sportives et de détente.

 

Vahine Orama Moorea a organisé, comme chaque année, des ateliers et des animations à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Aux côtés des membres de l’association, samedi dernier, à la plage Temae, des représentants de SOS Suicide ont fait le déplacement, en compagnie de Pierre Benghozi, thérapeute spécialiste dans les agressions sexuelles. La gendarmerie était, comme de coutume, sur place, représentée par l’adjudant-chef Christian Pellier-Cuit. Ce dernier a fait un exposé sur le rôle de la gendarmerie dans ces cas précis et sur les conduites à tenir, en cas d’intervention ou face à une victime.

Cette sortie sur le terrain était donc l’occasion pour le public de s’informer sur les actions de Vahine Orama, sur le rôle des intervenants de quartiers et sur les aides qu’une victime peut obtenir par le biais de l’association.
Les membres du bureau et les adhérentes ont gardé intact leur motivation pour poursuivre leur difficile mission.

Une trentaine d’interventions par an

Lucie Pereyre, présidente de Vahine Orama no Moorea, a rappelé une nouvelle fois que l’on parle ici de violence physique ou psychologique, la plupart du temps au sein des couples, avec ce constat alarmant que les jeunes sont de plus en plus concernés par ce fléau. Il y a trois semaines, l’association avait, lors d’une assemblée générale, fait un état des lieux financier plutôt bon, grâce notamment aux dotations financières et logistiques diverses provenant de l’État, du Pays et de la commune, mais elle avait aussi fait un point sur les interventions dans l’année.
Leur nombre est toujours aussi préoccupant, avec une trentaine de cas “traités” par an, et une violence constatée dans les couples, qui se traduit par des brutalités physiques ou des violences verbales pouvant amener les victimes à des gestes de désespoir allant jusqu’aux tentatives de suicide. Les raisons de cette violence qui touche de plus en plus de jeunes couples sont toujours les mêmes, à savoir une carence éducative, des frustrations de tout ordre, les provocations, la précarité dans les couples, l’alcool et la drogue. Ce problème de société ne peut être combattu que par des actions de solidarité, de proximité, de prévention, de formation ou d’information.
C’est ce que tente d’apporter à son niveau et avec les moyens dont elle dispose l’association Vahine Orama et sa petite vingtaine de femmes qui n’hésitent pas, parfois, à mettre leur personne en danger, notamment lorsqu’elles doivent intervenir dans les familles “touchées” par la violence. K
De notre correspondant
Jeannot Rey

Orianne Obrize
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete