Habillage fond de site

Valls trahit Hamon et votera pour Macron

jeudi 30 mars 2017

valls

Soutien de Valls à Macron : une militante porte plainte pour “abus de confiance” contre le PS. Elle demande des sanctions ou le remboursement de ses deux euros de participation à la primaire à gauche… (© Éric Feferberg/AFP)

Manuel Valls a annoncé, hier, qu’il voterait pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. “Je prends mes responsabilités, a-t-il expliqué sur BFM-TV et sur RMC. Ce n’est pas une question de cœur, mais une question de raison.”

Une décision qui a immédiatement provoqué la colère de Benoît Hamon et de ses soutiens et a déclenché une série de réactions de colère au sein du Parti socialiste.

À la mi-journée, hier, le candidat de la primaire de la Belle Alliance populaire a lancé un “appel solennel” aux électeurs de gauche, leur demandant “de réagir” et “de sanctionner ceux qui se prêtent à ce jeu morbide”.

“Je vous demande (…) de tourner la page de cette vieille politique, de tourner le dos à ces politiciens qui ne croient plus rien et qui vont là où le vent va, au mépris de toute conviction.”

Depuis son QG, le candidat socialiste a ensuite appelé au rassemblement à gauche autour de sa candidature.

“J’appelle désormais tous les électeurs, ceux qui se sont engagés dans la lutte contre les injustices, j’appelle les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les Insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à réunir leurs forces aux miennes. (…) J’ai une position centrale à gauche, je suis le seul à pouvoir créer les conditions d’une majorité de gauche pour gouverner. Je refuse le vote témoignage.”

Arnaud Montebourg a signé l’attaque la plus virulente contre Manuel Valls.

“Chacun sait désormais ce que vaut un engagement signé sur l’honneur d’un homme comme Manuel Valls : rien”, a réagi, sur Twitter, l’ancien ministre de l’Économie, qualifiant son ex-collègue d’“homme sans honneur”.

La maire de Lille, Martine Aubry, a mis en avant sur Twitter, “[s]a conception de l’honneur et de l’éthique”, elle qui s’était fait battre par François Hollande, au second tour de la primaire de la gauche en 2011 : Patrick Mennucci a aussi critiqué Manuel Valls, s’adressant directement à lui sur Twitter  : “Tu nous fais honte.” Le député PS des Bouches-du-Rhône a par ailleurs déclaré au Monde qu’il se sentait “trahi par un Premier ministre dont [il a] soutenu le gouvernement pendant deux ans”. “Manuel Valls n’imagine pas le mépris qu’il génère […]. Aujourd’hui, je ne vois pas comment je pourrais m’asseoir dans la salle d’un congrès PS avec lui à la table”, dit-il.

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s’est dit “triste” de la décision de Manuel Valls de soutenir Emmanuel Macron, appelant “tous les socialistes au calme”, sans évoquer d’éventuelles sanctions.

Le ralliement d’Emmanuel Macron fait aussi réagir à droite. François Fillon a affirmé que le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron montrait que le candidat d’En marche !, “c’est François Hollande”. “Toute l’équipe de François Hollande est autour d’Emmanuel Macron. C’est ce que j’ai toujours dit, Emmanuel Macron, c’est François Hollande”, a déclaré M. Fillon, interrogé en marge d’une réunion au Conseil supérieur du notariat.

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete