Vanuatu : la santé sous surveillance

    samedi 4 avril 2015

    Trois spécialistes de la santé publique du Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS) sont partis pour Port-Vila et l’île de Pentecôte le week-end dernier, a fait savoir l’organisation basée à Nouméa. Le but est de soutenir le ministère de la Santé du Vanuatu dans ses efforts de surveillance, de diagnostic et de prise en charge des maladies à potentiel épidémique et autres urgences de santé publique.
    La CPS a dépêché, dans un premier temps, deux épidémiologistes et un spécialiste des techniques de laboratoire, en réponse à la demande de soutien formulée par le gouvernement du Vanuatu et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).
     
    Diagnostic. « Nous sommes heureux de pouvoir apporter un appui technique à nos collègues du Vanuatu, en étroite collaboration avec nos partenaires de l’OMS et du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies », a déclaré Yvan Souares, directeur adjoint de la division santé publique de la CPS. « Nos spécialistes se relayeront toutes les deux à trois semaines en soutien aux services locaux d’épidémiologie et de laboratoire afin d’assurer une présence constante à Port-Vila et sur l’île de Pentecôte pendant les deux prochains mois », a-t-il ajouté.
    Durant trois semaines, les deux épidémiologistes de la CPS – Paul White et Jojo Merilles – seront basés sur l’île de Pentecôte (province de Panama), où ils seront appelés à participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de dispositifs d’alerte précoce et de réponse pour les maladies à potentiel épidémique, telles que le paludisme et la rougeole, ainsi que d’autres maladies émergentes, ou plus généralement, tout cas de maladie transmissible.
    Vijesh Lal, spécialiste des techniques de laboratoire à la CPS, sera pour sa part posté à Port-Vila pour une période initiale de deux semaines. Il participera à l’évaluation des besoins des laboratoires et au diagnostic rapide des maladies à potentiel épidémique ou de toute autre menace pour la santé publique, dans les deux hôpitaux de référence de Port-Vila.
     
    Vaccination. D’après de récentes estimations établies conjointement par la division statistique pour le développement de la CPS et le Bureau national des statistiques du Vanuatu, avant le passage du cyclone tropical Pam, 68 % des 14 280 enfants de moins de deux ans vivant au Vanuatu n’avaient pas été vaccinés contre la rougeole, soit 9 960 enfants non protégés.
    Face au risque d’épidémie de rougeole, le ministère de la Santé et ses partenaires, dont l’Unicef, ont accéléré les campagnes de vaccination ciblant les enfants de moins de cinq ans, à Port-Vila et dans d’autres secteurs, notamment à Tanna.
    Ces campagnes ont déjà commencé à porter leurs fruits puisque d’après les chiffres de l’Unicef, à la date du 26 mars, 8 707 des quelque 10 000 enfants de moins de cinq ans ciblés à Port-Vila avaient déjà reçu une première dose de vaccin contre la rougeole, la poliomyélite et le tétanos.
    En tant que principale organisation technique et scientifique au service des priorités de développement dans le Pacifique, la CPS annonce vouloir continuer d’épauler dans la durée ses pays membres touchés par le cyclone tropical Pam.
     
    LNC

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete