Vente aux enchères des thoniers de Tahiti Nui Rava’ai

    lundi 8 août 2016

    bateaux

    Plus d’une centaine de personnes ont cherché la bonne affaire, samedi dernier. (Photo : Christophe Cozette)


    Petits prix pour vieux bateaux

     

    Petite prise pour certains, bonne pêche pour d’autres. Le moins que l’on puisse dire, malgré la centaine de personnes qui s’étaient déplacées samedi dernier, au matin, au port de pêche de Papeete, c’est que la vente aux enchères publiques sur liquidation judiciaire de la SEM Tahiti Nui Rava’ai (TNR) n’a pas été fructueuse.

    “Peu de poissons ont mordu à l’hameçon”, mais ces derniers, du coup, ont fait de bonnes affaires. Huit heures, cimetière des thoniers. Ils sont huit – entre autres – à attendre, à l’agonie pour certains, un éventuel nouveau propriétaire après que le projet flossien de flotte de thoniers polynésiens (fabriqués pour la plupart en Chine) soit tombé à l’eau.

    C’est le commissaire-priseur Serge Léontieff, habitué des liquidations judiciaires, qui est chargé de “mettre en valeur” les voitures, deux-roues, containers, caisses à outils, groupes électrogènes, camions mais surtout, les huit thoniers de la société de pêche en liquidation.

    Avec sa gouaille et non sans verve, le commissaire-priseur, parfois un coco glacé à la main, a mené tambour battant en reo ma’ohi et en français cette vente originale.

    Une première pour lui, comme il l’a confié à La Dépêche de Tahiti entre deux visites de containers. Mais même si le “show” est bien rodé et le public attentif, le commissaire-priseur a commencé les enchères par les véhicules et les ustensiles en tout genre afin de garder le meilleur pour la fin.

    “Cette vente se fait au plus offrant et dernier enchérisseur et au comptant, sans aucune espèce de garantie, aux risques et périls de l’acquéreur”, tient à rappeler le commissaire-priseur, alors que José repart avec son véhicule acheté 170 000 F, une Kangoo de Renault.

    “Je la connais, je l’ai entretenue, je vais la retaper”, avoue le nouveau propriétaire, qui a fait son baptême d’enchères. Plus loin, une bande de copains rêve tout haut de devenir acquéreurs d’un ou deux thoniers, pour les transformer en discothèque.

    “Cela serait super, un à Papeete, l’autre à la Presqu’île”, commente l’un d’eux, mais le vœu restera pieu.

     

    Une seconde vie

     

    Quatre bateaux sur huit ont été vendus samedi dernier, et pas forcément ceux en meilleur état. Tous les bateaux étaient mis aux enchères à un million de francs.

    Au final, sans réelle joute financière, trois ont été emportés, sans surenchère particulière, par Daniel Siu (le Meherio VIII, le Ava iti III et le Rava’ai Nui II), qui les avait déjà observés la veille, comme vu sur Polynésie 1ère, au journal télévisé de vendredi dernier. “Pourris”, s’était-il exclamé à nos confrères.

    Samedi matin, le patron de Tahiti Nui Pêche était sur le pied de grue pour tenter de rafler la mise pour récupérer ses joujoux puisqu’il les connaissait bien pour en avoir été l’un des patrons à l’époque de TNR.

    Le quatrième navire (le Meherio XII) a été vendu à Francky Wong, déjà propriétaire d’une unité. Malgré les travaux à effectuer, c’est une bonne “pêche” qu’ont réalisée les deux patrons, selon eux.

    “J’ai demandé qu’on baisse le prix de vente minimum, mais on me l’a refusé”, confie le commissaire-priseur, à l’issue de la vente aux enchères des navires de pêche.

    Qu’adviendra-t-il des bateaux invendus ? Seront-ils détruits ou proposés lors d’une nouvelle vente aux enchères, moins chers ? “Cela dépendra du tribunal de commerce”, explique Serge Léontieff, aguerri depuis des lustres aux ventes aux enchères.

    Deux explications à l’absence d’acquéreur, selon lui : la crise et l’immobilisation prolongée des navires. Des bateaux fantômes hors de prix, en quelque sorte.

    À l’époque, ils avaient été achetés entre 140 et 150 millions de francs pièce – ce qu’a confirmé Daniel Siu, samedi dernier. La société Tahiti Nui Rava’ai pensait vendre ses bateaux à 25 millions francs, comme l’espérait la chambre territoriale des comptes dans son rapport publié en 2015 sur la société. Un espoir qui tombe à l’eau…

     

    Christophe Cozette

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete