Habillage fond de site

Vers une amélioration des transports en commun

lundi 29 janvier 2018

bus transport commun

La NTCE a réceptionné, vendredi dernier, quatre nouveaux bus. (© Élénore Pelletier)


La société Nouveau transporteur de la côte est (NTCE) a réceptionné, vendredi dernier, quatre nouveaux bus. Six autres devraient arriver en mai et juin. Un investissement pour la société alors que l’appel d’offres devrait être lancé dans quinze jours pour la nouvelle délégation de service public (DSP) concernant les transports en commun. Le cahier des charges de la nouvelle DSP imposera du changement dans le milieu des transports.

Ils ont été livrés jeudi matin. La société Nouveaux transporteurs de la côte est (NTCE), délégataire de service public sur la côte est et sur la Presqu’île de Tahiti, dispose de quatre nouveaux bus.

Six autres vont compléter la flotte de la société en mai et juin. Ils sont de marque chinoise : Yutong. Pourquoi ce choix ? Leur dimensionnement et leur aménagement sont adaptés aux besoins de la Polynésie, assurent le fournisseur, le transporteur et le ministre de l’Équipement et des Transports intérieurs, Luc Faatau.

Un investissement de 150 millions de francs pour NTCE qui n’a bénéficié d’aucune aide fiscale du Pays ni de l’État, alors que l’appel d’offres pour une nouvelle délégation de service public (DSP) est en phase de finalisation et devrait, selon le ministre, être publié au Journal officiel d’ici quinze jours. La société qui reprendra la DSP devrait être connue avant fin juin, pour un démarrage de son activité au 1er janvier 2019.

“Le délégataire NTCE prend des risques, car on ne sait pas encore qui va bénéficier de la nouvelle délégation de service public concernant les transports en commun”, commente donc le ministre.

“Cependant, dans la nouvelle convention, le délégataire sera tenu de reprendre la flotte existante au prix estimé par des experts ainsi que le personnel en place”, ajoute Luc Faatau, invité à la réception des quatre nouveaux véhicules.

Des changements, il y en aura dans la nouvelle délégation de service public (DSP). À commencer par le nombre de sociétés délégataires.

Aujourd’hui, trois sociétés se partagent le marché des transports en commun : la NTCE, le Réseau de transport urbain (RTU) et les Transports collectifs de la côte ouest (TCCO).

 

“Un minimum de 200 nouveaux bus”

 

Elles opèrent chacune dans un secteur géographique défini et assurent les correspondances de l’un à l’autre. Avec la prochaine DSP, il n’y aura plus qu’une société, qui aura la possibilité de sous-traiter, mais ce sera à elle de le décider.

Une nouvelle que Willy Chung Sao, directeur général de la NTCE, apprenait hier, en même temps que les médias… Ce qui n’a pas semblé le réjouir, étant donné l’investissement qu’il vient d’engager.

“Le nouveau délégataire devra avoir une assise financière solide, puisque le Pays, dans son cahier des charges, exigera la mise en circulation d’un minimum de 200 nouveaux bus”, a expliqué Luc Faatau.

Le Pays prévoit également une meilleure desserte des vallées, avec l’ouverture de nouvelles lignes. Des horaires de passages seront mis en place et devront être respectés par les conducteurs de bus. D’autre part, les transports en commun devront être assurés le dimanche toute la journée.

“Les bus seront équipés de matériels qui vont permettre à l’opérateur et à l’administration de contrôler le respect du cahier des charges imposé dans le cadre de la DSP : notamment le respect des horaires et du nombre d’arrêts effectués. En cas de non-respect, il y aura des pénalités financières”, affirme Luc Faatau.

Pour autant, tous ces changements ne devraient pas avoir d’impact sur le prix du billet de bus. “On travaillera de concert avec l’opérateur sur ce point, pour qu’il n’y ait pas d’augmentation, car l’objectif, c’est vraiment d’inciter la population à emprunter les transports en commun”, ajoute le ministre. 

 

Élénore Pelletier

 

bus transport commun convention bus bus transport commun bus scolaire

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete