Vers une professionnalisation des pensions de familles

    vendredi 30 janvier 2015

    Rendre les pensions de familles aussi compétitives que les grands hôtels, tel est l’objectif affiché de Mélinda Bodin et de son équipe. La présidente de l’association des hôtels de famille de Tahiti et ses îles (HFTI) a annoncé hier, la date du premier séminaire Ia Ora, à l’intention des professionnels de l’hôtellerie. Ce séminaire se déroulera du 2 au 4 février, entre 8 et 17 heures à la chambre de commerce. Durant ces trois jours, les partenaires institutionnels et privés auront l’occasion de se rencontrer et d’échanger sur ce secteur d’activité. Ils pourront également assister aux conférences-débats d’une durée d’une heure à une heure et demie, données par plusieurs services du territoire : le service du tourisme, la chambre de commerce, la Banque de Polynésie ou encore la caisse de prévoyance sociale. Ils auront également la possibilité de prendre connaissance des stands d’informations, mis en place par les partenaires de l’événement. Pour la CPS, il s’agira de stands sur la santé et la sécurité du travail entre autres, tandis que pour la Banque de Polynésie, la question du moyen de paiement sera abordée.
    C’est un séminaire “fait pour nous, par nous et avec nous” rappelle la présidente de l’association HFTI. L’association des hôtels de famille de Tahiti et des îles a vu le jour en juin 2010. Depuis quatre ans, elle a pour objectif d’aider les maisons d’hôtes et les professionnaliser. Après la création du label, ensuite du guide, le mois prochain, la plateforme web devra entièrement être peaufinée. “On demande à ces pensions de famille d’être encore plus performantes”, déclare Mélinda Bodin. Désormais, il faut qu’elles assurent la qualité du service rendu, de l’accueil, du repas, et bien d’autres facteurs. Des points qu’il est important d’aborder à seulement quelques jours du Salon du tourisme qui se déroulera du 6 au 8 février !

    Vivre une expérience locale

    La petite hôtellerie est un secteur qui attire aussi bien les touristes que les locaux. C’est en effet une activité qui permet aux hôtes de vivre une expérience locale et de la partager avec les propriétaires de la demeure. La particularité des pensions de famille est qu’elles promeuvent un tourisme de proximité avec la population polynésienne, en diffusant leur tradition et leur convivialité. Il existe environ 300 pensions de familles dans tous les archipels de la Polynésie. Un chiffre qui n’est pas sans signification et qui témoigne de l’importance de ce secteur qui va en grandissant. Seulement un total de 82 pensions a signalé leur présence pendant les trois jours de séminaires Ia Ora. Pour la présidente de l’association HFTI, “elles ont besoin de savoir qu’elles sont les règles de sécurité et d’hygiène”. Durant les trois jours de rencontre, de nombreux thèmes seront abordés, notamment ceux de la mise à jour des procédures, les réglementations, ainsi que les offres adaptées au métier d’hôtellerie. Des thématiques destinées à rendre un meilleur service aux hôtes, ainsi qu’à informer les pensions de familles sur le secteur hôtelier. Pour Mélinda Bodin, ces maisons d’hôtes n’ont rien à voir avec les grands hôtels “où tu es un numéro”.
    Elles permettent un échange de culture, une proximité et un partage des expériences qui ne peuvent être effectifs dans les chambres d’hôtels.
    Le souhait du vice-président de l’association est “que la petite hôtellerie puisse rivaliser dans quelques années avec les grands hôtels”.

    Nadia Yonker

    loiseau des iles 2015-02-09 16:42:00
    Très intéressant mais il faudrais que notre chère administration ce mette au niveau des archipels et des îles.
    Il ne faudrais pas que la législation et la règlementation TUE nos traditions
    Car la Polynésie n'est pas TAHITI et encore moins PAPEETE.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete