Qui veut étudier l’aquaculture à Shanghai ?

    vendredi 5 août 2016

    aquaculture

    L’Université de l’océan de Shanghai, qui accueillera dix Polynésiens pour une formation en alternance de sept mois à l’aquaculture de la mer de sept mois et en alternance. (Photo : DR)


    Hao : les candidats n’ont que 12 jours pour déposer leur dossier

     

    L’appel à candidatures est officiellement lancé : le Pays recherche dix futurs techniciens aquacoles destinés à exercer à Hao, sur l’exploitation que va créer la société chinoise Tahiti Nui Ocean Foods.

    Et si le projet n’en est même pas au stade des premiers terrassements, les candidats souhaitant intégrer ce qui est annoncé comme “une première promotion” n’ont pas de temps à perdre : la date limite pour constituer et déposer leur dossier est fixée au 17 août.

    Cette formation s’adresse à des personnes déjà munies d’un solide bagage. Deux types de profil sont recherchés : des bac+2 à bac+5 ou équivalent, scientifique ou technologique, en sciences de la vie ou en physique-chimie d’une part, et d’autre part des bac+4 minimum en gestion et management d’entreprises.

    Autres exigences de l’appel à candidatures, “être motivé” pour se former durant sept mois en Chine, en langue anglaise, et bien sûr être motivé pour travailler dans la ferme aquacole de Hao. La connaissance du mandarin est appréciée mais pas exigée.

    Contactée, la direction du service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi), qui a publié l’annonce et gère le traitement des dossiers, n’a pas souhaité s’exprimer.

    La formation sera dispensée en alternance, au département d’aquaculture de l’Université de l’océan de Shanghai de septembre 2016 à janvier 2017, puis en entreprise, de février à avril 2017.

    Elle sera totalement prise en charge financièrement. Le Pays a prévu un budget de 5,5 millions de francs pour les frais de transport entre le fenua et la Chine et une indemnité forfaitaire de 50 000 F par mois.

    Tahiti Nui Ocean Foods prend en charge tous les frais de scolarité, d’hébergement et de nourriture, ainsi que les frais de déplacement à l’intérieur de la Chine. Cette formation à l’aquaculture en mer sera sanctionnée par un certificat de qualification professionnelle.

    Le projet d’envoyer des Polynésiens se former en Chine n’est pas nouveau, puisqu’une convention dans ce sens avait été signée le 31 mai 2013 par Tearii Alpha, alors ministre des Ressources marines.

    L’investisseur chinois Wang Chen agissait pour Jingmin Fisheries, un véhicule d’investissement remplacé depuis par Tian Rui International, la société mère de Tahiti Nui Ocean Foods.

    En avril, le président Fritch, en voyage à Shanghai, avait visité, en compagnie de Wang Chen, le laboratoire d’aquaculture et les logements étudiants de l’Université de l’océan de Shanghai.

    Le 28 juin, lors d’une visite de Wang Chen à Tahiti, la présidence rappelait que dix candidats seraient sélectionnés pour aller étudier à Shanghai et que la procédure d’appel à candidatures serait lancée “très prochainement”. Cinq semaines plus tard, c’est chose faite.

     

    C.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete