Habillage fond de site

Vhils, un jeune prodige du street art à Tahiti

lundi 27 février 2017

vhils

Vhils en Chine. (© DR)

Vhils, artiste « graffeur-graveur-sculpteur » est à Tahiti depuis aujourd’hui jusqu’au dimanche 5 mars pour une série de performances Ono’u à Papeete.

L’équipe du festival Ono’u a invité l’artiste qui est l’une des plus grandes figures actuelles du street art mondial, pour une résidence individuelle au musée du street art de Tahiti.

Originaire de Lisbonne, le jeune prodige portugais de 29 ans est déjà référencé parmi les plus grandes personnalités de l’histoire de l’art urbain contemporain.

« Il fait incontestablement partie du top 10 actuels des stars mondiales du street art et son œuvre impressionnante a déjà marqué l’histoire de l’art urbain. On le retrouve souvent cité au même rang que les Banksy, Os Gemeos, JR, Shepard Fairey, et sa cote artistique ne cesse de grimper », précise les organisateurs du festival Ono’u.

Après avoir commencé le graff à Lisbonne à l’âge de 10 ans, Alexandre Farto a ensuite troqué les bombes aérosols pour le marteau et le burin ou parfois même le marteau piqueur. Depuis plusieurs années Vhils laisse ses œuvres à travers le monde en taillant les murs des grandes villes pour créer des portraits géants.

Qualifié de « génie de l’art contemporain urbain » par l’ensemble des réseaux artistiques et culturels ainsi que par la presse internationale, il est le maître du « scratching ». Bien qu’utilisant des moyens techniques originaux et surprenant, la précision de ses performances impressionne.

Il travaille à merveille la matière, les contrastes et les reliefs pour donner de la profondeur aux regards, aux rides et aux détails des visages de ses personnages. De ses portraits se dégage une force d’expression captivante et spectaculaire.

« Je travaille les murs pour révéler les entrailles de la ville, en les creusant. Sculpter la ville, tout comme la ville nous sculpte, et comme nous la sculptons aussi » explique le graffeur portugais.

En créant le programme des résidences d’artistes « urban tiare », Ono’u offre l’opportunité de découvrir et suivre en action en Polynésie française les plus grands noms de l’art urbain contemporain.

L’équipe du festival Ono’u qui a déjà fait venir en Polynésie française l’élite du graffiti et du street art a établi une véritable passerelle entre Tahiti et les grandes villes mondiales.

Au musée du street art de Tahiti ,les visiteurs ont pu dernièrement découvrir des œuvres originales de graffiti en 3D, du « Trash art », du graff avec « mapping video », du « calligraffiti », du « light-graff », des anamorphoses, des assemblages et diverses installations fascinantes, réalisés par des artistes majeurs du graffiti et de l’art urbain tels que Askew (NZ), Bordalo (POR), Cranio (BRE), Hoxxoh ((USA), Inkie (ANG), Okuda (ESP), Peeta (ITA), Seth (FR)…

Un espace innovant que Sarah Roopinia la jeune polynésienne fondatrice du festival Ono’u et son équipe ont conçu comme un « laboratoire » de la création, totalement unique à Tahiti. Ce sera également un lieu de réception et de résidence des artistes du festival Ono’u.

« Pendant le festival du graffiti et du street art à Tahiti les artistes sont nombreux à être présents au même moment. Alors nous proposons aussi en 2017 le programme urban tiare au Musée du street art de Tahiti, pour permettre aux amateurs d’art de rencontrer et de regarder travailler individuellement ces grands noms de l’art urbain, en dehors des dates du festival », ont conclu les organisateurs.

 

Vous pourrez suivre toutes les informations sur la venue de Vhils du 27 février au 5 mars sur Facebook @onou2014, sur Instagram @onoutahiti et au Musée Ono’u du street art de Tahiti

12 rue Jeanne d’Arc – Centre Vaima – Papeete (ouvert du lundi au vendredi de 10h à 17h).

 

 

338
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete