Habillage fond de site

Vianney ravi d’être à Tahiti

jeudi 14 septembre 2017

vianney

Vianney écrit et compose ses propres chansons depuis l’âge de 12 ans. Mais l’artiste n’a jamais cherché à faire de la musique son métier. (© Désiré Teivao)


Ses tubes Pas là et Je te déteste l’ont fait connaître du grand public en 2014. Depuis, Vianney enchaîne les concerts et les tournées dans toute la France. De passage au fenua pour trois dates exceptionnelles, dont une à Moorea samedi dernier, l’artiste se produira ce soir et demain soir à la Casa Mahina. L’occasion pour ses fans de le voir sur scène en live.

Vous êtes arrivés vendredi dernier au fenua. Quelles sont vos premières impressions ?

Je me sens hyperchanceux d’être là ! Mise à part le cliché de la carte postale et des atouts indéniables du pays, ce que j’apprécie aussi, c’est le rapport avec les gens. Ici, on ne fait pas de chichi et les rapports entre les personnes sont hypersimples. Je me sens très libre de communiquer avec les gens, il y a un truc qui est très fluide.

 

Vous vous êtes déjà produit à Moorea samedi dernier. Comment la soirée s’est-elle déroulée ?

Ça s’est super bien passé ! Le public a très vite et très bien réagi. Pour moi, c’est génial de jouer dans ces conditions. Quand je suis en guitare-voix devant des gens, je peux vraiment m’appuyer sur leurs réactions qui sont très spontanées. C’est quelque chose qui me motive et qui me pousse à tout donner sur scène pour eux.

 

Il n’y a aucun orchestre pour vous accompagner, mais juste vous et votre guitare…

C’est vraiment ce que je préfère car je suis plus libre d’improviser.

 

Comment vous est venu ce goût pour la musique ?

Mon père jouait beaucoup de chansons à la maison quand j’étais petit. Il m’a donné envie de jouer. J’ai commencé la guitare à 12 ans et tout de suite, j’ai commencé à écrire des chansons avec mon frère.

Ce n’était pas très fameux au début, mais plus j’avançais et plus je trouvais que ça s’améliorait. Je n’ai rien lâché, je me suis toujours appliqué à écrire et à composer, et c’est très vite devenu ma passion.

 

Et puis est venu le succès, avec des concerts et des tournées dans toute la France depuis presque trois ans…

Je ne cherche pas du tout la gloire et l’argent. Le succès ou la notoriété m’importent peu. Je pensais faire un autre métier, je voulais devenir styliste. Et la musique pour moi serait restée un loisir comme un autre.

Je me voyais juste jouer mes chansons pour ma famille et mes amis. Au final, ça s’est un peu inversé et c’est vraiment devenu ma vie et mon métier, mais ce n’était pas prévu. Mais si ça devait s’arrêter demain, ça ne me poserait aucun problème.

 

En plein Festival de ’ukulele, est-ce que vous avez eu l’occasion d’essayer cet instrument ?

On m’en a offert un ici. Le ’ukulele tahitien avec ses huit cordes, j’adore ça ! Je trouve que c’est un instrument génial et je suis très fier et très heureux d’en ramener un chez moi.

 

Comptez-vous en jouer un peu jeudi et vendredi (ce soir et demain, NDLR) ?

Oui, pourquoi pas ? C’est le moment ou jamais, je crois !

 

Un dernier mot pour votre public polynésien qui ne vous a pas encore vu en concert…

Je me sens très chanceux et très privilégié d’avoir un public ici. C’est quelque chose que je n’imaginais même pas. Ça m’a beaucoup touché de voir du monde à Moorea pour ma première.

Je me sens super bien ici et j’espère pouvoir revenir à Tahiti à l’avenir ! J’ai vraiment rencon-tré de superbes personnes ici. 

 

Propos recueillis par D.T.

 

vianney

68
0
3

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete