Le vice-président défend son action sur les sujets de l’énergie

    mardi 12 juillet 2016

    Nuihau Laurey accepte les critiques mais dit “rejeter les polémiques, la désinformation et le mensonge”. (Photo : Christophe Cozette)

    Nuihau Laurey accepte les critiques mais dit “rejeter les polémiques, la désinformation et le mensonge”. (Photo : Christophe Cozette)


    Réaction de Nuihau Laurey

     

    La bataille des chiffres et des mots continue. Le vice-président (VP), Nuihau Laurey, en charge du dossier de l’énergie – et donc du prix de l’électricité qui fait débat depuis de longues semaines maintenant –, a, hier après-midi, à la présidence, répondu point par point à ce qu’il qualifie de “campagne politique, mensongère, calomnieuse et diffamatoire” menée par Tina Cross, à l’assemblée et sur les réseaux sociaux notamment.

     

     

    Secosud

    Dressant un long historique sur le marché de l’électricité dans le sud de l’île de Tahiti, Nuihau Laurey a tenu à rappeler qu’afin “de faire participer plus activement Secosud (présidé par le maire de Taiarapu-Est, Anthony Jamet, NDLR) aux décisions publiques en matière de transport d’électricité notamment, j’ai proposé au conseil des ministres de nommer le président de Secosud au conseil d’administration de la TEP (société Transport d’énergie électrique en Polynésie, NDLR). Ce qui est aujourd’hui le cas.”

    Le VP dit aussi s’interroger sur la proposition de Tina Cross consistant à faire en sorte que les maires concernés puissent acheter directement leur électricité à Marama nui, pourtant filiale de EDT. Nuihau Laurey déplore que l’élue “s’insurge dans les affaires de Secosud alors qu’elle n’en fait plus partie”.

     

    Pas de baisse de prix de l’électricité, selon l’UPLD et le Tahoera’a

    Rappelant qu’il est à l’initiative de deux baisses (mars 2015 et 2016) du prix de l’électricité pour une moyenne de 9 % ainsi que du remboursement de la moitié de l’avance sur consommation payée par l’usager, le vice-président a tenu à rappeler le bilan de ses prédécesseurs.

    Auparavant, il a rappelé être à l’origine de la suppression de la Pétace (P (prix) = É (énergie) + T (transport) + ACE (autres charges d’exploitation)) et de la création d’une comptabilité qu’il juge appropriée, et “qui devrait être auditée chaque année”, occasionnant là “une prochaine baisse tarifaire à suivre”.

    Quel bilan pour Gaston Flosse et Bruno Marty, son ministre des Énergies ? Nul, puisque le premier n’a proposé aucune baisse alors que le second n’a pas changé la formule du prix de l’électricité, a dit en substance Nuihau Laurey. Les hausses du prix ? Ce sont leurs deux prédécesseurs à l’UPLD, a renchéri le VP, tenant en main les arrêtés parus au Journal officiel de la Polynésie française.

     

    Rachat de EDT par le Pays

    L’annonce faite à l’assemblée par la représentante Gilda Vaiho-Faatoa (Tahoera’a), qui proposait le rachat de EDT par le Pays, fait sourire le VP. “Et pourquoi ne pas racheter les grandes surfaces, les boulangeries ou les transports maritimes pour faire baisser les prix”, a-t-il ironisé, se demandant à voix haute pourquoi le président du Pays en 1999 (Gaston Flosse, NDLR) a prolongé la concession de EDT dix ans de plus. “La commission d’enquête devrait s’intéresser à ce dossier”, estime le ministre des Énergies.

     

    Gestion “personnelle” du dossier de l’énergie

    Rappelant que c’est le conseil des ministres – “et non le ministre, seul dans son coin” – qui fixe les tarifs de l’électricité, Nuihau Laurey a rappelé qu’il a présenté le plan de transition énergétique 2015-2020. “Jamais plan de transition n’avait fait l’objet d’une gestion aussi transparente et participative de l’ensemble des acteurs de la société civile” et le “plan de développement de l’hydroélectricité a reçu un avis favorable du conseil économique, social et culturel, à l’unanimité”, a-t-il ajouté.

     

    L’annulation de l’avenant 16 par le tribunal administratif

    C’est une “première dans l’histoire de la Polynésie”, selon le VP. Selon ce dernier, c’est le fonctionnaire conseillant le gouvernement en matière d’énergie – en l’occurrence Terii Vallaux, conseiller du ministre Jacky Bryant en 2012 – qui a porté plainte contre une décision en matière d’énergie du gouvernement qu’il est censé conseiller. Un autre sujet “intéressant” pour la future commission d’enquête, selon Nuihau Laurey.

     

    Pourquoi une commission d’enquête ?

    “Les individus ayant favorisé l’hégémonie de EDT sont ceux qui, aujourd’hui atteints d’amnésie sélective, me font le reproche de cette situation qu’ils ont eux-mêmes créée par leurs décisions publiques et privées”, estime le VP. Cette commission d’enquête qu’il souhaite voir naître aura, selon lui, également pour rôle “de déterminer les raisons de ces choix contraires à l’intérêt général”.

     

    Le Swac du CHPF et les éoliennes de Makemo

    “Le processus initial (concernant le Swac, NDLR) était trop risqué”, affirme Nuihau Laurey, expliquant ainsi l’interruption qu’il a demandée.

    “Au lieu d’avoir une seule entreprise chargée de concevoir, de réaliser et d’exploiter le Swac (climatisation par eau froide des mers, NDLR), avec laquelle nous serions pieds et mains liés, j’ai souhaité au contraire que plusieurs entreprises polynésiennes travaillent avec le Pays pour assister la puissance publique dans ce projet”, a-t-il expliqué, pour illustrer le découpage de l’appel d’offres initial, en plusieurs parties distinctes.

    “Je continuerai de demander le redressement judiciaire de la société Te Mau Ito Api”, a ensuite indiqué Nuihau Laurey, concernant le sujet des éoliennes à l’arrêt de Makemo. Une position motivée “par sa situation financière dégradée”.

    Détenue par le Pays et des actionnaires privés dont la Société d’études et de développement polynésienne (Sedep), Te Mau Ito Api est la société d’économie mixte délégataire de service public pour la fourniture d’énergie électrique sur l’atoll.

     

    Transition énergétique en route ou pas ?

    Plan climat, Espace info énergie, mesures fiscales pour les voitures électriques, centrales hybrides aux Tuamotu, panneaux solaires sur les bâtiments publics, entre autres : toute une série de projets très “transition énergétique”, a assuré le VP.

     

    Christophe Cozette

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete