Une victoire éclatante de Macron, mais des oppositions plus fortes que prévu

lundi 19 juin 2017

le gendre NKM

Gilles Le Gendre, le “tombeur” de NKM. (Photo : Martin Bureau/AFP)

La notion de victoire est souvent une question de point de vue. Celle d’Emmanuel Macron, lors de ce second tour des élections législatives, ne devrait souffrir aucune contestation. Avec quelque 361 sièges (dont 319 pour LRM et 42 pour le MoDem), selon les premières estimations, il réussit le pari incroyable de rafler la majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale, à la tête d’un mouvement qui n’a même pas deux ans. Il a désormais les coudées franches pour mettre en œuvre son programme, à commencer par sa réforme du code du travail par ordonnances, dès cet été.

Et pourtant, les promesses de la semaine passée, avec près de 450 sièges envisagés, ne se sont pas pleinement réalisées. Elles donnent un goût d’inachevé à ce résultat. Le tsunami annoncé a été rétrogradé au rang de simple vague.

Le parti Les Républicains, qu’on annonçait éparpillé, “résiste” avec une centaine de députés (et une vingtaine d’UDI). C’est le pire score de la droite depuis 1958 et c’est deux fois moins d’élus qu’en 2012.

Mais c’est deux fois plus que dans les pires projections de la semaine passée. Les députés LR “Macron-compatible” pouvaient s’imaginer prendre la tête d’un groupe réduit aux acquêts.

L’OPA s’avère désormais compliquée. La droite, même affaiblie, même divisée, pourra se prévaloir d’incarner la principale force d’opposition.

“La campagne intense que nous avons menée, circonscription par circonscription, a permis ce soir la constitution d’un groupe suffisamment important pour faire valoir nos convictions, pour défendre nos valeurs”, a déclaré dimanche soir François Baroin, chef de file de LR pour les législatives.

Christian Jacob (Seine-et-Marne), Thierry Solère (Hauts-de-Seine) et Éric Woerth (Oise) font partie des députés réélus. À Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a, elle, annoncé sa défaite.

Front national. La candidate d’extrême droite à l’élection présidentielle, Marine Le Pen, a annoncé sa victoire dans le Pas-de-Calais et s’est félicitée de la victoire d’au moins “six députés au FN”. Parmi eux figure notamment son compagnon et vice-président du parti, Louis Aliot, élu dans les Pyrénées-Orientales.

Gilbert Collard, député FN du Gard. Florian Philippot, également vice-président, a, lui, reconnu sa défaite dans la sixième circonscription de la Moselle face à Christophe Arend (LRM).

Parti socialiste. Avec seulement 65 candidats qualifiés au second tour, le Parti socialiste va envoyer à l’Assemblée un nombre historiquement bas de députés. Delphine Batho, l’ancienne ministre de l’écologie, conserve son siège dans les Deux-Sèvres. L’ancien ministre PS Jean-Jacques Urvoas est battu dans le Finistère. Idem pour Marisol Touraine, ancienne ministre de la santé, en Indre-et-Loire et l’ex-ministre du travail Myriam El Khomri à Paris.

L’ancien Premier ministre Manuel Valls a, lui, annoncé sa victoire de justesse dans l’Essonne, avec 50,3 % des suffrages.

Peu après 20 heures, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé sa démission du poste de premier secrétaire du PS : “Je prends cette décision sans amertume ni colère, conscient de mon devoir et du moment crucial que traverse la gauche. J’assume simplement, tranquillement, ma part de responsabilités.”

La France insoumise. Élu, Jean-Luc Mélenchon appelle à “la résistance”. Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, a annoncé sa victoire à Marseille, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Dans une allocution, il a appelé à “la résistance” face à la majorité présidentielle. “J’informe le nouveau pouvoir que pas un mètre du terrain du droit social ne lui sera cédé sans lutte.”

Tout l’enjeu sera l’alliance, ou non, avec les députés communistes. Selon les premières estimations, La France insoumise, avec 16 sièges, peut constituer un groupe seul (il faut 15 députés pour avoir un groupe).

Dans la Somme, le journaliste François Ruffin a été élu face au candidat LRM.

 

AFP

 

femme asseblée nationale législative abstention

    Edition abonnés
    Le vote

    Une proposition de loi du Pays, susceptible d'être prochainement adoptée, rendra plus accessible la stérilisation des animaux. Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete