Habillage fond de site

Une vingtaine de nouveaux cas de BPCO dépistés chaque année

jeudi 16 novembre 2017

BPCO

C’est en mesurant la capacité d’air que la personne peut mobiliser et la vitesse avec laquelle elle peut souffler, que les professionnels de santé ont pu évaluer le degré d’obstruction des voies respiratoires, s’il y en avait une, des personnes dépistées. (© Jennifer Rofès)

À l’occasion de la journée mondiale de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l’association Arata’i et le pneumologue Pablo Ferrer ont organisé, hier, leur journée annuelle de dépistage gratuit à la mairie de Papeete.

Cela fait dix ans que le pneumologue a instauré ces journées de dépistage en Polynésie française car, selon lui, la BPCO est mal connue, alors même qu’elle est la quatrième maladie qui tue le plus dans le monde d’après le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La BPCO est, en effet, une maladie chronique, inflammatoire et lentement progressive des poumons et des voies aériennes qui se caractérise par une diminution irréversible de la capacité respiratoire. Sa cause vient à 90 % du tabagisme.

“On considère qu’on multiplie les chances de développer une BPCO dès lors que l’on fume un paquet par jour depuis 10 ans. Tout comme on sait que l’on multiplie les chances de développer un cancer des poumons dès lors que l’on fume deux paquets par jour depuis 10 ans ou un paquet par jour depuis 20 ans”, explique Pablo Ferrer.

Pour Jean Pierre Palvado, président de l’association des insuffisants respiratoires de Polynésie Française (Arata’i), la cigarette est un poison monstrueux.

“J’ai été diagnostiqué en 2003. Je suis allé voir mon médecin traitant, car je n’en pouvais plus de mettre 30 minutes à monter un petit escalier et à continuellement avoir du mal à respirer. On m’a annoncé que je souffrais de BPCO. Ma maladie vient de mon tabagisme, j’ai trop fumé. Les alvéoles de mes poumons sont totalement altérées et irréparables. Depuis, je suis appareillé jour et nuit et suis un traitement à base de vasodilatateurs”, confie-t-il.

Jean-Pierre Palvado a vu sa vie chamboulée du jour au lendemain car, malgré son sevrage tabagique, il ne peut plus se déplacer sans sa bouteille d’oxygène.

“Je ne peux pas aller au théâtre, au cinéma, parce que je dois me trimballer avec ma bouteille en permanence et si je suis pris d’une quinte de toux, je dérange tout le monde. Si j’ai un conseil à donner, c’est de ne surtout pas toucher à la cigarette”.

Selon Jean-Pierre Palvado, ils seraient aujourd’hui plus de 200, atteints de BPCO en Polynésie, à avoir été dépistés.

Pour le pneumologue Pablo Ferrer, cette journée de dépistage permet de déceler des gens qui n’étaient pas suivi.

“Je considère que trouver une vingtaine de nouveaux cas par an est non négligeable, d’autant que deux personnes sur trois atteintes de BPCO ne le savent pas. La plupart du temps, un fumeur qui tousse, crache ou s’essouffle pense que c’est normal.”

Hier matin, c’est donc par le biais d’un questionnaire et par un test du souffle permettant de connaître le degré d’obstruction des voies respiratoires que les professionnels ont pu dépister la population.

“On mesure le souffle en regardant la capacité d’air que la personne peut mobiliser et la vitesse avec laquelle elle peut souffler. Ensuite, on mesure le rapport entre les deux, afin de déterminer le degré d’obstruction, s’il y en a une. Quand le débit est inférieur à 80 % de la valeur théorique, on parle d’une obstruction modérée. La BPCO n’est jamais réversible, car ce qui a été détruit par le tabac est irrécupérable. Mais on peut ralentir les effets de la maladie ou estomper son évolution si la personne arrête de fumer”, a conclu le docteur Ferrer.

L’association Arata’i, accompagnée de professionnels de santé, organise une marche, suivie d’une collation dans la vallée de la Fautau’a, samedi, à 9 heures, pour continuer d’informer la population sur la maladie. 

Jen.R

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete