Visas américains – Les nouvelles demandes pourraient être traitées ici

    samedi 17 octobre 2015

    Le renouvellement de visa américain est désormais possible auprès de l’agence consulaire des États-Unis en Polynésie. Christopher Kozely espère pouvoir proposer prochainement le même service pour les nouvelles demandes. La consule générale des États-Unis pour les îles du Pacifique est actuellement à Washington pour plaider les intérêts de la Polynésie.`

    C’est une petite révolution qui pourrait faciliter les démarches des nouveaux demandeurs de visas américains. Rien n’est encore sûr, mais il est possible que les demandes de visas puissent prochainement se faire à Tahiti, sans avoir à se rendre au consulat des États-Unis d’Auckland en Nouvelle-Zélande ou de Suva à Fidji, comme c’est le cas depuis le début de l’année pour les renouvellements. “À long terme, on veut avoir le renouvellement et aussi les nouveaux visas”, explique Christopher Kozely, agent consulaire des États-Unis en Polynésie française.
    Pour les nouveaux visas, c’est une autre procédure. Si aujourd’hui encore il faut se déplacer jusqu’à Suva, c’est parce qu’on doit prendre les empreintes digitales des dix doigts du demandeur. Celles-ci sont entrées dans un ordinateur, et lorsque vous arrivez aux États-Unis, elles sont comparées pour voir s’il s’agit de la bonne personne, parce qu’il y a tellement de fraudes…
    Sans ces empreintes, on ne peut pas accorder de visa. Donc la solution qu’on a trouvée, c’est de faire venir une ou deux fois dans l’année un consul avec un système portable de relevé d’empreintes digitales. L’ennui, c’est que le gouvernement américain n’aime pas que ces mallettes se baladent parce que ce sont des mallettes de très très haute sécurité que les terroristes aimeraient avoir.

    Des nouvelles d’ici novembre

    Pour le moment, il y a un seul endroit au monde qui dispose de ce système, c’est Tonga. Ils ont droit à la mallette parce qu’il y a eu un accord avec le gouvernement américain. En échange de leur soutien aux États-Unis quand il y a des votes à faire à l’ONU, ils ont eu droit à la mallette des empreintes digitales. On essaie de l’avoir aussi. Maintenant que la France est un très bon allié des États-Unis, on a la même politique étrangère, nos présidents s’entendent très bien, donc on est dans un environnement idéal pour démarrer ce programme qui s’appelle LNIV : Laptop non-immigration visa program.” Les ressortissants français sont exempts de visa lorsqu’ils pénètrent le territoire américain en tant que touristes, tout comme les Américains lorsqu’ils sont présents sur le sol français pour les mêmes raisons.
    Cela fait partie du programme VWP pour Visa Waiver Program, des accords d’échange de tourisme signé par 38 pays, et qui permet de séjourner sur le sol américain pendant 90 jours ou moins sans visa. À condition également d’être à jour de son ESTA (Electronic System for Travel Authorization), qui est uniquement une autorisation de voyage, une sorte d’enregistrement.
    Mais pouvoir faire sa demande de visa américain pourrait soulager par exemple nos étudiants ou nos artistes qui n’auront pas à devoir payer le déplacement jusqu’à Fidji avant d’être autorisés à étudier aux États-Unis pour les premiers et à pouvoir se produire là-bas pour les seconds. Aujourd’hui, cela fait cinq ans que Christopher Kozely travaille de concert avec Leah George, la consule générale des États-Unis pour les îles du Pacifique, afin de convaincre le département d’État d’autoriser l’application du programme LNIV en Polynésie, cette fameuse mallette à empreintes digitales.
    “Nous avons eu une mention favorable du département d’État, confie Christopher Kozely, mais pas encore l’approbation finale. Leah George est actuellement en train de plaider les intérêts de la Polynésie française à Washington. Elle y est pour une formation et en a profité pour faire avancer le dossier.” Des nouvelles de ces avancées devraient arriver mi-novembre, en même temps que Leah George, qui sera de passage à Tahiti pour sa visite consulaire annuelle.

    Vaiana Hargous

    Renouvellement de visas : le bug informatique est résolu

    Depuis le début de l’année, le renouvellement de visas américains peut se faire auprès de l’agence consulaire des États-Unis en Polynésie française, dont le bureau est situé au centre Tamanu Iti de Punaauia. À condition toutefois de demander le même type de visa et que son dernier visa ne soit pas expiré depuis plus de 12 mois.
     Ce nouveau service, accueilli comme une très bonne nouvelle par les personnes concernées, a cependant été mis à mal par un bug informatique.
    “Pour renouveler son visa, il faut le prépayer, et le seul moyen possible actuellement est de le faire à travers Western Union (un service uniquement disponible à la Banque de Polynésie, NDLR), explique Christopher Kozely, agent consulaire des États-Unis en Polynésie française. Mais cela fait deux mois que Western Union nous cause des problèmes. La devise utilisée pour prépayer son visa est le dollar australien, mais sur les ordinateurs de Western Union, à la place du dollar australien était affiché le dollar américain. Mais c’était uniquement une erreur d’affichage, parce que le taux de change était le bon. À cause de ce bug, la banque de Polynésie était perdue, et le comptoir a tout simplement arrêté de faire les paiements en dollars australiens pour Fidji. Du coup, j’ai une dizaine de personnes qui essaient de renouveler leur visa et qui ne peuvent pas le faire…”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete