Visite de George Pau-Langevin : les relations État/Pays au cœur des conventions

mardi 10 mars 2015

La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, a donné le ton hier d’une visite d’État à forte consonance communale.
La faute peut-être au report de l’étude de la convention sur le retour au financement de l’État au régime de solidarité (RSPF), c’est sur la base du contrat de projets, de la santé des communes et du tourisme que s’est placée hier la visite de la ministre.
Après le dépôt de gerbe au monument aux morts, la tournée des institutions et le petit tour au marché de Papeete, la ministre s’est arrêtée hier matin à la mairie de Michel Buillard pour prononcer son discours. Un discours entendu de tous les ministres avant elle.
“Aujourd’hui, je veux vous assurer que l’État, que la République restent présents en Polynésie française, que le gouvernement continue d’accompagner le pays dans son développement économique et social”, a-t-elle expliqué devant un parterre d’élus municipaux et du Pays.

Un discours que la ministre va devoir marteler pendant trois jours, tant les conventions passées ou proposées avec la métropole sont aujourd’hui sujettes à débat au sein des institutions.
En effet, si chacun se réjouissait en fin d’année 2014 du nouveau contrat de projets, nombreux étaient les élus, à peine trois mois plus tard, à faire la moue devant une convention scindée en deux.
38 milliards de francs pour les investissements du Pays et 12 milliards de francs pour les communes.
Une manne jugée nettement insuffisante par les intéressés qui doivent installer eau potable, assainissement et traitement des déchets chez eux.
Cependant, la signature à la présidence lundi matin de ce double contrat de projets faisait quand même du bien à l’économie polynésienne qui voit un potentiel nouveau de chantiers à venir.
Mais rapidement, Cyril Tetuanui, président du syndicat pour la promotion des communes (SPC), rappelait que selon une étude de l’Agence française pour le développement (AFD), ce sont 100 milliards de francs qui seraient nécessaires aux travaux pour mettre en place ces compétences prévues au code général des collectivités territoriales (CGCT).

“Nous disposons aujourd’hui de moyens financiers pour créer des chantiers, créer de la construction, afin que les entreprises y trouvent leur compte et embauchent”,  retenait pour sa part Édouard Fritch.

Alors que Michel Buillard positivait aussi, expliquant dans son discours que “cette nouvelle formule va permettre aux communes de promouvoir leurs propres projets de développement”.
Ce qu’il faudra aussi retenir de cette première journée de visite, c’est les doutes exprimés par de nombreux élus concernant la convention sur le retour de l’État au financement du RSPF (1,4 milliard de francs par an sur trois ans et des aménagements pour les évasanés).
Là encore une annonce qui avait fait bondir de joie la présidence en fin d’année 2014, mais qui prend une tout autre tournure aujourd’hui.
Marcel Tuihani, président de l’assemblée de la Polynésie française, faisait part déjà hier “des inquiétudes des uns et des autres”, et souhaitait que “des marges de manœuvre puissent être accordées afin d’apporter des modifications à cette convention”.

Michel Buillard, coiffant sa casquette d’élu à l’assemblée, abondait dans son sens. “On ne peut pas demander à la population de faire des efforts sur tout et attendre vainement le concours de l’État.”

Une inquiétude que la ministre des Outre-mer a entendu mais qui rétorquait de son côté que “des efforts doivent aussi être faits par la Polynésie française (…)”.
Alors que les discussions n’ont pas encore commencé en commission à l’assemblée de la Polynésie française, et que le vote de cette convention est loin d’être acquis en l’état, la ministre prévient : “S’agissant d’un sujet d’intérêt général, j’imagine mal que l’assemblée fasse traîner alors que c’est l’intérêt même des Polynésiens. L’État est prêt à avancer.”

Bertrand Prévost

Dossier en intégralité sur la visite de la ministre dans La Dépêche de Tahiti de mardi 10 mars ou sur notre feuilletage numérique.

 

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete