Visite de Hollande – Les demandes d’audiences pleuvent sur le service du protocole

    samedi 13 février 2016

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que la venue du président de la République, François Hollande, en Polynésie française, suscite beaucoup d’intérêt, tant au niveau des syndicats qu’au niveau des différentes associations qui œuvrent sur le territoire, jusqu’à quelques particuliers qui souhaitent rencontrer le président François Hollande, ou l’un de ses conseillers, le 22 février.
    À ce jour, deux syndicats de l’Éducation nationale, un syndicat représentant les retraités du fenua, un syndicat défendant les intérêts des fonctionnaires municipaux, une association de défense de l’environnement, deux associations représentant les victimes des essais nucléaires, une autre défendant les intérêts des handicapés et trois personnalités plus ou moins connues en Polynésie française, sans oublier trois particuliers, ont sollicité les services du haut-commissariat afin de rencontrer le président de la République.
    Nul doute que cette liste devrait encore s’enrichir la semaine prochaine de nouveaux noms ou de nouveaux sigles d’associations ou de syndicats.
    Cela fait en effet 13 ans qu’un président de la République n’a pas foulé le sol du fenua, le dernier président à venir en Polynésie française avait été Jacques Chirac en 2003.

    P.M.

    TETUANUI Monil 2016-02-17 05:45:00
    L'Etat doit réparer les spoliations de Moruroa. Il doit surtout réparer les spoliations foncières, plus vieilles celle là que Moruroa. Président, le Tribunal Foncier ne va réparer les spoliations foncières. Il va certes activer les procédures sans jamais réparer les prescrpitions et y'en a, même les préméditées. Il nous faut une décision politique ,une Agence Foncière à l'instar de l'ADRA en Calédonie. L'Etat doit acheter les terres pour remplacer celles spoliées. Pour cela, il n'y a nullement besoin de se rendre dans une mairie qui ne respecte pas du tout la laïcité. Souvenez vous en, il y avait une très grande croix dans la salle du Conseil.... qu'on a voulu mettre à l'AT... L'Italie vient d'être condamnée par la CE pour une croix dans une école publique, ?Je vous avais posée une question très simple, un père vivant en 1888 , sous la pression du Service du Domaine a dû laisser faire ses 04 enfants qui se sont accaparés en revendiquant des terres familiales, aujourd'hui, la valeur du 1er est 908M, le 2ème 706M le 3ème 101 M et le dernier 90M, c'est ça le CC, l'égalité?
    Malbo 2016-02-15 07:04:00
    Monil, un commentaire vraiment intéressant, merci !
    TETUANUI Monil 2016-02-14 12:10:00
    La plus grande partie des malheurs des polynésiens en matière de spoliation de leurs terres sont les conséquences de l'application du décret du 24 août 1887. L'Etat a trouvé avec l'ADRAF en Nelle Calédonie les solutions pour réparer les spoliations foncières du colonialisme. En Corse, il y a le GIRTEC. Deux éminents juges en polynésie ont confirmé que le code civil ne convient plus en polynésie... Le Tribunal Foncier va être appliqué avec certainement les mêmes règles du code civil... un des deux juges a déclaré que ce tribunal ne va pas solutionner ces problèmes de spoliation... L'Etat est entrain de solutionner une infime partie de la spoliation de la bombe... Nous vous demandons de mettre en place une agence foncière entre l'Etat et la Polynéise pour réparer toutes les spoliations de nos terres par les colons français.... un ancêtre vivant en 1888 s'est vu ses terres revendiquées par 4 de ses enfants.. Aujourd'hui, l'un a un héritage de 908 M , l'autre de 706M, l'une de 101 M et la dernière de 90 M .C'est bien cela le code civil Monsieur le Président? Quelques avocats à Ppt nous disent ce n'est pas juste mais c'est la loi !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete