Visite du haut-commissaire : des airs d’inauguration à la station d’épuration

    mercredi 15 juin 2016

     

    Le haut-commissaire René Bidal a visité, hier, la station d’épuration de Papeete, qui sera mise en service à Fare Ute, en septembre. (Crédit Marie Guitton)

    Le haut-commissaire René Bidal a visité, hier, la station d’épuration de Papeete, qui sera mise en service à Fare Ute, en septembre. (Crédit Marie Guitton)

    Le haut-commissaire René Bidal a visité hier, en compagnie du maire de Papeete, Michel Buillard, les installations de la Polynésienne des eaux, dans la vallée de la Fautaua, et la station d’épuration, en phase de test à Fare Ute. Le représentant de l’État s’est félicité de la “maîtrise de l’eau potable”, désormais acquise, et a rappelé que l’État est “un partenaire actif des investissements qui sont faits dans la capitale”. À Papeava, le tavana a, quant à lui, annoncé qu’un “accord a été pris” pour que Pirae et Arue se raccordent, à l’avenir, à la station d’assainissement de Papeete.

     

    Le haut-commissaire René Bidal a visité mardi deux installations clés de la commune de Papeete en compagnie du maire Michel Buillard : la Polynésienne des eaux, dans la vallée de la Fautaua, et le chantier de la station d’épuration de Fare Ute, entré en phase de rodage début mai.
    “Beaucoup de nos concitoyens ne s’imaginent pas ce que cela représente en matière d’investissements. L’État nous aide, le Pays nous aide, on a eu beaucoup de chances d’obtenir le financement de ces opérations-là, donc je voulais montrer au haut-commissaire notre volonté de protéger notre environnement via l’assainissement des eaux usées, mais aussi que le service de l’eau pouvait être de qualité irréprochable à Papeete”, a expliqué le tavana.
    Depuis 1992 en effet, la Polynésienne des eaux, filiale de Suez qui intervient en délégation de service public à Papeete, fournit une eau 100 % potable à ses habitants et usagers.
    Grâce à une dizaine de forages horizontaux et verticaux qu’a pu entrevoir René Bidal mardi, la vallée de la Fautaua subvient à elle seule à 90 % de leurs besoins.
    La rénovation des canalisations, l’individualisation des factures et un partage des “bonnes pratiques” ont par ailleurs permis d’importantes économies ces dernières années.
    “Avant, on arrosait la route quand il y avait de la poussière…”, a expliqué en souriant le tavana au nouveau haut-commissaire.
    La consommation aurait été divisée par quatre depuis le remplacement des forfaits par une tarification réelle ! “On a maintenant une maîtrise de l’eau potable, a donc observé le représentant de l’État. Cette ambition a été portée politiquement par M. le maire, elle est aujourd’hui techniquement maîtrisée par la Polynésienne des eaux.”

    Une station pour trois communes ?

    Le haut-commissaire a ensuite pu visiter la station d’épuration de Papeete, sur le remblai de la Papeava.
    Comme nous vous l’annoncions récemment, la centrale traite d’ores et déjà les effluents de la zone pilote située entre le marché et l’hôtel de ville.
    Les autres propriétaires situés entre Vaima et Fare Ute pourront s’y raccorder à leur tour, et à leurs frais, à partir du mois de septembre.
    “C’est un aboutissement !”, s’est félicité hier, sur le chantier, Paul Maiotui, le premier adjoint au maire en charge des services techniques et qui dirige Te Ora No Ananahi, la société d’économie mixte locale qui exploite le réseau collectif.
    Ce qu’il considère comme “un sacré challenge” aura coûté au total 4 milliards de francs de travaux, financés en grande partie par le contrat de projets.
    Le Fonds européen de développement a également validé le financement de l’extension du réseau de collecte jusqu’à To’ata, puisque dans sa configuration actuelle, la station d’assainissement pourra aussi traiter les effluents des habitants de cette partie de la ville.
    À plus long terme, jusqu’à 50 000 m3 d’eaux usées pourront être assainis chaque jour, soit les effluents de toute la partie basse de la capitale, mais aussi des habitations en contrebas de Pirae et Arue.
    “Le principe d’une association entre nos trois communes est acquis”, a en effet révélé hier Michel Buillard.
    Au final, le haut-commissaire a estimé que sa visite reflétait “l’ambition de Papeete”.
    Interrogé sur l’aide financière de l’État, il a rappelé que ce dernier était “un partenaire actif des investissements qui sont faits dans la capitale”, ajoutant que ceux-ci étaient “forcément de longue haleine”.

    Marie Guitton

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete