Habillage fond de site

Vive émotion sur le campus après l’agression d’un étudiant

jeudi 16 février 2017

agression UPF

Le campus était sous le choc au lendemain du drame. (© Catherine Quiniou/LDT)

En cette période de vacances, le calme règne à l’Université de la Polynésie française (UPF), la plupart des étudiants ayant déserté le campus pour la semaine. Mais c’est une image bien trompeuse, puisqu’une agression s’y est déroulée mardi soir. Un étudiant de formation continue âgé d’une trentaine d’années a été poignardé entre la halle des sports et le bâtiment G.

C’est en regagnant le parking, que la victime a surpris un homme voulant dérober sa voiture. En tentant d’intervenir, il a reçu un coup de couteau à la poitrine. Il est actuellement hospitalisé à l’hôpital de Taaone, mais ses jours ne sont plus en danger.

Hier, sur le campus, l’agression était au cœur de toutes les conversations. Les étudiants présents se disent réellement choqués. C’est le cas de Fareata et Kléa, toutes deux étudiantes en deuxième année de droit. “On n’arrive pas à réaliser. On pensait être en sécurité ici. Maintenant, on a peur. Parfois, on termine nos cours assez tard alors ce n’est pas du tout rassurant. On ne connaît pas les circonstances exactes de l’agression. On a reçu un e-mail de la présidence de l’université qui nous donne quelques détails, mais on n’en sait pas plus. On a vu passer ce matin (hier matin, NDLR) des gendarmes et la police municipale”, commentent les deux jeunes femmes.

C’est la première fois qu’une telle agression survient dans le campus. Dès hier matin, la direction de l’université a adressé un communiqué aux rédactions afin de “témoigner de son soutien à l’étudiant et sa famille, mais aussi de remercier les étudiants, le personnel et les gendarmes qui sont intervenus rapidement” sur les lieux de l’agression.

Dès hier soir, l’université a annoncé le renforcement de la sécurisation du campus en sollicitant, de sa société de gardiennage, du personnel supplémentaire.

 

“On a du mal à croire que ça se soit passé ici ”

 

Des vols ont lieu de temps à autre, mais rien d’aussi grave. Partageant sa pause déjeuner avec son amie Célina sur l’un des bancs situés à côté de la bibliothèque universitaire, Linda, étudiante à l’école supérieure du professorat et de l’éducation (Espé) , évoque aussi le fait divers survenu mardi soir. 

“On a du mal à croire que ça se soit passé ici. Je travaille aussi à la bibliothèque et je termine à 19 heures. C’était le cas mardi, mais je n’ai rien remarqué d’anormal. Je n’ai pas entendu de bruit suspect. Ça fait un choc. Heureusement, le soir, quand on ferme la bibliothèque, il y a un agent de sécurité qui est toujours présent, au cas où”, raconte Linda.

Des agents de sécurité de l’entreprise Jurion Protection veillent effectivement sur les lieux 24 heures/24. “Nous sommes trois à nous relayer. Mais on ne peut pas être partout, car on est tout seul pour surveiller tout le campus. C’est mon collègue qui était présent mardi soir. Personnellement, je n’ai jamais eu de soucis à l’université”, raconte l’un des agents.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de cette agression.

 

De notre correspondante Catherine Quiniou

 

 

263
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete