Vladimir Poutine rejette toute responsabilité indirecte dans l’attaque du MH17

    mercredi 12 novembre 2014

    Tony Abbott et Vladimir Putin se sont parlés mardi en marge du sommet de l’APEC à Pékin. Au centre de la conversation: la possible implication de la Russie dans l’attaque du MH17 au-dessus de l’Ukraine. Le missile a tué 38 Australiens en juillet dernier. 

    Tony Abbott avait promis un coup d’éclat – concrètement, de « shirtfront » Vladimir Putin, un terme de football australien qui décrit l’action de se heurter à l’adversaire, poitrine contre poitrine.

    À l’arrivée, l’humiliation est cinglante. Tony Abbott affirme que l’Australie a reçu des renseignements selon lesquels le MH17 a été abattu par un missile lancé par un système BUK, transporté sur un camion russe.

    Une thèse rejetée en bloc par Vladimir Poutine. Et toute la Russie est derrière lui, comme par exemple Alexandre Roussakov, le Recteur de l’Université d’Etat de Yaroslavl P.G.Demidov, au micro de Norman Hermant : « Je ne crois pas que les Russes, ou les forces russes, ou quoi que ce soit de russe ait quelque chose à voir avec la tragédie du MH17. »

    De son côté, Vyacheslav Nikonov réclame des preuves. Ce député russe est un fervent soutien de Vladimir Poutine : « La source d’information des Australiens ne peut être que le gouvernement ukrainien et/ou les services de renseignements américains, qui soutiennent de toute façon le gouvernement ukrainien. Clairement, nous aimerions voir des preuves. Si ce ne sont que des mots, alors le Premier ministre australien se conduit fort mal. »

    Tony Abbott a demandé des excuses à Vladimir Poutine et des compensations financières pour les familles des victimes du MH17. Il n’a obtenu ni les unes, ni les autres. 

     

    Radio Australia

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete