Habillage fond de site

Vodafone sera fournisseur d’accès Internet

mercredi 27 juin 2018

Les deux opérateurs privés, Viti et désormais Vodafone, vont pouvoir proposer la même gamme de services que Vini. (© DR)

Les deux opérateurs privés, Viti et désormais Vodafone, vont pouvoir proposer la même gamme de services que Vini. (© DR)

Pacific Mobile Telecom (qui commercialise ses produits sous l’enseigne Vodafone) vient de l’emporter face au Pays. En ne répondant pas dans le délai prévu, le Pays avait opposé à la demande de licence de fournisseur d’accès à Internet une “décision implicite de rejet”. Il y a deux semaines, Viti, victime de la même manoeuvre concernant sa licence de téléphonie mobile, avait eu gain de cause. La décision d’hier sur Vodafone n’est donc pas une surprise.

L’OPT est le seul opérateur de télécoms en mesure de fournir à ses abonnés à la fois de la téléphonie mobile et de l’accès à Internet. De surcroît, l’OPT contrôle les infrastructures vitales, c’est-à-dire les câbles. Les nouveaux usages numériques ont fait grandir les besoins simultanément dans ces deux domaines, et les opérateurs privés doivent pouvoir, eux aussi, proposer des offres compètes à leurs abonnés.

On peut dire que le Pays aura tout tenté pour prolonger le monopole de l’OPT, alors même que l’Autorité polynésienne de la concurrence a rendu, il y a quelques semaines, un avis accusant Vini d’abus de position dominante et préconisant l’ouverture sans délai à la concurrence.

Pour contrer Vodafone, il se réfugiait derrière l’avis “réservé” de la Direction générale de l’économie numérique (DGEN), qui reprochait à l’opérateur privé de ne pas couvrir l’ensemble du territoire … alors que le code des Postes et télécommunications ne l’impose pas.

D’ailleurs, si Vodafone entend d’abord se concentrer sur Tahiti (2018) et Moorea (2020), l’entreprise prévoit un déploiement ultérieur dans les îles Sous-le-Vent puis les archipels éloignés – qui dépendra notamment des progrès du câble domestique et des tarifs de gros de… l’OPT.

La Polynésie française avait également mis en doute la “capacité financière” de Vodafone, argument vite démonté quand on connaît les moyens de Pacific Islands Energy, premier distributeur de carburant du Pacifique Sud et maison mère de PMT. Le tribunal administratif a donc annulé la décision de refus d’autorisation d’exploitation, et enjoint à la Polynésie française de délivrer sa licence à Vodafone, sous un mois, faute de quoi le Pays s’expose à une astreinte journalière d’un million de francs par jour de retard.

Vodafone devrait donc très prochainement commercialiser des offres de téléphonie mobile améliorées et des offres Internet fixe, tout comme Viti.

 

C. P.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete