VOILE – Toutes voiles sur les JO de Rio pour Besson et Riou

    mardi 3 novembre 2015

    Si Billy Besson a pris l’habitude de venir se ressourcer auprès des siens sur son île natale, c’est une première pour son équipière Marie Riou. Venus séparément, ils ont pourtant un objectif commun et immédiat : décompresser et recharger les batteries. 
    Champions du monde de Na-cra 17 pour la troisième année consécutive, les deux athlètes en ont vraiment besoin avant de se lancer dans une année à la saveur particulièrement relevée, un nouveau titre de champions du monde ne serait pas pour leur déplaire mais, plus encore, ils ne peuvent s’empêcher de penser aux Jeux olympiques de Rio. 
    De l’humilité, qualité indispensable à tout marin, ils n’en manquent pas et se font très mesurés dans leurs propos dès lors qu’on aborde la question. Si leur palmarès parle pour eux, ils savent que rien n’est acquis et qu’il leur faudra au moins se maintenir à leur niveau actuel pour faire partie de la plus belle épreuve qui soit. 
    “Nous essayons de ne rien laisser au hasard et de faire le maximum dans notre préparation pour rester au moins dans les meilleures équipes. Et cela nous réussit bien puisqu’on arrive à réaliser de bonnes perfs’”, se justifie Billy Besson quand on évoque leur faculté à se maintenir au plus haut niveau. 
    “On travaille beaucoup lors de la période hivernale pour arriver au top dès les premières compétitions. Après, on prend les régates les unes après les autres, manche par manche, sans se poser de questions mais en ayant déjà tout planifié”, renchérit sa complice Marie Riou qui reconnaît qu’ils s’étaient un peu manqués lors de l’entame de la saison 2015 à Miami, même si le tandem a terminé à la troisième place. Cela ne les a pas empêchés, par la suite, de glaner des victoires sur une saison particulièrement longue où la priorité est donnée aux épreuves du Championnat du monde, puis à la Coupe du monde et, enfin, au Championnat d’Europe. 
    “Nous planifions notre saison et sommes obligés de faire des impasses. Notre priorité reste les cinq grandes épreuves du Championnat du monde qui rapportent le plus de points. Finir deuxièmes ou troisièmes d’une étape européenne, championnat ou coupe, nous est égal”, affirment-ils de concert. 
    Pour cette saison, il est une étape qu’ils ne manqueront pour rien au monde : la Coupe du Brésil à Rio. 
    Sur le spot des JO, tout le gratin mondial de la discipline sera présent pour prendre ses repères à quelques semaines des Jeux. Une étape capitale que connaissent bien Marie et Billy pour l’avoir remportée en 2014, avant de s’illustrer avec une deuxième place en août lors d’une manche servant à l’organisation des JO. 

    “Les dieux du vent seront avec nous”

    Capitale mais peut-être pas décisive car, à ce jour, la Fédération française de voile n’a toujours pas édicté ses critères quant au choix du seul équipage qui sera sélectionné ; la régularité des années passées, la meilleure place française lors du Championnat du monde à Clearwater en février aux USA, l’étape brésilienne ? Un flou qui pourrait paraître dérangeant pour certains, mais qui, en apparence, ne perturbe pas la sérénité affichée par les deux champions. D’autant que la présence de Franck Cammas, grand spécialiste de courses au large, débarqué l’année dernière en Nacra 17 pour participer aux JO, pourrait venir redistribuer les cartes. 
    “Nous ne voulons pas brûler les étapes. Peu importe le mode de sélection, le plus important dans l’immédiat reste le Championnat du monde en février. Après, on fera comme d’habitude, on se battra sur chaque course”, déclare Billy avant que Marie ne se livre un peu plus quand on lui parle d’une éventuelle désillusion de ne pas aller à Rio. “Oui, c’est sûr. Ce sera dommage de ne pas y aller par rapport à ce qu’on a fait depuis trois ans, même si on essaye de ne pas y penser. On est dans le coup pour l’instant et si l’on continue à respecter ce que nous avons l’habitude de faire, les dieux du vent seront avec nous.” 
    “Mais avant de nous occuper des autres, nous préférons nous concentrer sur nous-mêmes. On essaye de voir comment nous améliorer. Après, concernant la présence de Franck, qui est un très grand navigateur, il connaît des résultats en dents de scie ; parfois brillants, parfois moins. Nous savons que l’intérêt de la fédération est d’envoyer sur place le meilleur équipage, alors nous savons qu’elle sera objective”, renchérit Billy qui dit ne pas encore avoir rêvé de médaille olympique autour de son cou, ce qui n’est pas le cas de Marie. C’est, en tout cas, un sujet de conversation qu’ils avouent ne pas avoir eu ; c’est peut-être ça aussi l’esprit olympique. 
    Quoi qu’il arrive, toute la Polynésie française sera derrière Billy, l’athlète du fenua le mieux placé du moment pour être à Rio. 

    Luc Ollivier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete