Le voleur plaqué par sa victime

    mercredi 2 novembre 2016

    Le voleur est entré dans la maison à la recherche d’eau. Il en est reparti avec de l’électronique. (© archives LDT)

    Le voleur est entré dans la maison à la recherche d’eau. Il en est reparti avec de l’électronique. (© archives LDT)

     

     

    Le prévenu P.T. a l’allure d’une victime. Un de ses yeux est largement couvert par un pansement, tout comme ses deux genoux. Ce sont les séquelles d’un vol qui a mal tourné.
    Dimanche dernier, le jeune homme de 32 ans boit et fume du paka avec ses amis, à Haapiti, à Moorea. Mais c’est en cherchant de l’eau, explique-t-il au tribunal, qu’il est entré vers 17 heures dans une maison aux fenêtres ouvertes.

    Au lieu de s’hydrater, le voleur s’empare de tablettes numériques, téléphones et parfums. Le propriétaire de la maison, qui s’était assoupi, est réveillé par des bruits étranges. Il se lève et tombe nez à nez avec l’énergumène, qui prend la fuite. Le volé poursuit alors le voleur. Ce dernier comprenant qu’il va être rattrapé, se met en position de garde de boxe pour l’affronter. Le combat est inégal. Le voleur finit plaqué au sol et est maîtrisé avant qu’un membre de la famille, policier municipal, vienne lui porter renfort. La gendarmerie n’a plus qu’à venir le cueillir.

    Jugé lundi en comparution immédiate, P.T. a simplement formulé des excuses à sa victime. “J’avais bu”, a-t-il balbutié au moment d’expliquer son geste. Depuis 2006, P.T. a déjà été condamné à dix reprises lui valant au total neuf ans d’emprisonnement.
    Son dernier séjour à Nuutania a pris fin au mois de juin. Sans emploi, il ne semble pas vouloir vraiment en chercher. “Que signifie cette vie ?”, l’interroge le président du tribunal. “À peine sorti de prison, vous recommencez. Qu’est-ce que vous aimez dans la vie ? Quel travail pourriez-vous faire ?” Le jeune homme hésite… “De la maçonnerie.”

    C’est au tour du procureur de la République de prendre la parole. “Ce n’est pas la peine de lui demander ce qu’il pourrait faire, il a déjà une profession : voleur.” Incisif, le représentant du parquet dresse le tableau de ces voleurs de Moorea qui “troublent très gravement l’ordre public et économique de cette île”. “Un collectif de commerçants en a assez. Ils vont s’armer de chiens et de fusils harpons pour se protéger eux-mêmes. Sur les sites Internet, désormais, tout le monde dit qu’en Polynésie, les touristes risquent de se faire voler ou agresser”.

    Le procureur de la République indique également que la consommation de drogue et d’alcool n’est pas une circonstance atténuante à ce vol, au contraire. Avant de mettre en doute l’envie du prévenu de se lancer sur le marché du travail : “C’est risible, il avait onze ans pour le faire”. Il a requis deux ans de prison ferme avec mandat de dépôt.

    Quant à l’avocat de P.T., il a voulu “replacer ce type d’exaction dans le contexte de crise économique où, pour des jeunes désœuvrés, l’occasion fait le larron. L’oisiveté est mère de tous les vices et l’alcool qui les occupe facilite le passage à l’acte”. Il a demandé “une solution autre que la prison pour sortir de cette ornière récurrente”. P.T. a finalement écopé d’un an de prison ferme avec mandat de dépôt. Il est retourné à Nuutania depuis lundi.

    Compte rendu d’audience F.C.

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete