Habillage fond de site

Volley-ball (Oceania) – Abel Temarii  : « Un bon vivier »

mardi 18 juillet 2017

Volley oceania

Difficile de tirer des enseignements des Oceania qui n’ont pas eu le niveau attendu. Les jeunes sélections tahitiennes ont toutefois démontré que le volley tahitien avait un solide réservoir. (© Benoît Buquet)

Les Oceania de volley-ball n’ont pas été du niveau escompté compte tenu des défections de certaines équipes étrangères. Abel Temarii, le président de la Fédération tahitienne de volley-ball est d’ailleurs resté très mesuré quant à la performance des sélections tahitiennes qui ont remporté toutes les finales. Il voulait toutefois retenir que le volley tahitien dispose d’un bon réservoir de jeunes espoirs comme l’ont démontré les sélections filles et garçons U19.

 

Tahiti a tout gagné, était-ce prévisible  ?

“Compte tenu des défections de certaines équipes étrangères et du niveau des tournois, il est tout à fait logique qu’on l’ait emporté dans tous les tableaux. Ceci étant, les matches ont été intéressants en juniors face à des équipes universitaires et nos succès démontrent que l’on a un bon vivier.

Nous avons depuis quelques années revu l’organisation de notre formation en repartant de la base et on en récolte les fruits aujourd’hui. Et on a la satisfaction d’avoir aujourd’hui plusieurs jeunes garçons qui évoluent en métropole et cela est d’autant plus valorisant qu’ils sont issus généralement de quartiers défavorisés et en particulier de Pirae. C’est une forme d’insertion sociale par le sport.”

 

Comment expliquer les forfaits alors que les équipes s’étaient engagées à venir à Tahiti  ?

“C’est principalement une question de coût et sans doute que les équipes n’avaient pas mesuré le budget qu’il leur fallait pour venir à Tahiti lorsqu’elles se sont inscrites aux Oceania. Tahiti souffre de l’éloignement par rapport aux autres pays du Pacifique Sud et c’est un frein pour organiser des compétitions internationales au fenua compte tenu des prix du transport aérien.

Mais c’est quand même assez décevant de travailler en amont pour organiser les Oceania et que ceux-ci se soient finalement avérés d’un niveau très moyen en l’absence de pays comme Tonga et Wallis et compte tenu que la Nouvelle-Zélande et l’Australie ont envoyé des équipes de seconde zone. On constate que les Oceania ne sont plus vraiment un objectif pour les Néo-Zélandais et les Australiens.”

 

Est-ce que les Oceania vous ont tout de même permis de tirer des enseignements quant à vos équipes  ?

“On aurait préféré que nos équipes évoluent dans un contexte plus relevé pour mieux juger leur potentiel. Mais on a tout de même tiré quelques enseignements du tournoi et nous avons pu notamment faire le point sur certains domaines que l’on doit plus particulièrement travailler à l’avenir.

On est déjà dans la préparation des Jeux du Pacifique de 2019 et même de 2023 et les Oceania s’inscrivaient d’ailleurs dans cette politique. Et je peux vous garantir que l’on aura de belles équipes tant en filles
qu’en garçons.”

 

‘’Développer le beach-volley’’

 

Le beach volley sera au programme des prochains Mini-Jeux du Vanuatu, où en est la discipline au fenua  ?

“On fait en sorte d’en développer la pratique car c’est une discipline particulièrement bien adaptée pour nos îles. Nous étudions la possibilité d’ouvrir une école de beach-volley d’autant que l’on sait qu’il y a du potentiel comme on a pu le constater lors des Championnats du monde scolaires. Et nous devrions disposer d’un terrain de beach dans le cadre du réaménagement d’Aorai Tini Hau.

Ce qu’il nous manque surtout actuellement, c’est l’encadrement technique et on va aussi s’efforcer d’évoluer dans ce domaine. On va signer prochainement une nouvelle convention avec la Fédération française et cela devrait nous aider dans la formation de cadres techniques, d’autant que la Fédé française est consciente qu’il y a plus de potentiel en beach en outre-mer et dans le Pacifique surtout par rapport à la métropole”.

 

Est-ce que les jeunes joueurs seront privilégies pour les prochains Mini-Jeux  ?

“Tout à fait, d’autant que les Mini-Jeux ne constituent qu’une étape sur la route des Jeux qui sont notre priorité. L’équipe masculine que j’entraîne personnellement sera composée de deux jeunes de 17 et 18 ans, et ce sont Vainui Tauraa et Lanahei Toua, nos deux jeunes filles de 14 ans qui ont brillé aux Championnats du monde scolaire à Toata qui nous représenteront. 

L’objectif à terme, c’est que ces jeunes aient le niveau pour viser l’or aux Jeux du Pacifique et que l’on retrouve les sommets dans la discipline, comme c’était le cas par
le passé.” 

 

Propos recueillis par Patrice Bastian

 

résultat oceania

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete