Wave info, un espace par et pour les jeunes

    jeudi 21 janvier 2016

    La ministre de l’Éducation, en charge de la Jeunesse, a inauguré hier officiellement l’espace Wave info, situé sur le Front de mer de Papeete.  Le local, qui a ouvert ses portes en avril dernier, est un lieu d’échanges et d’information pour les jeunes, disposant de deux ordinateurs connectés à Internet et libres d’accès pour leur permettre, par exemple, d’envoyer des candidatures. Aujourd’hui, trois employés sont épaulés par une dizaine de jeunes en CAE, service civique ou en stage, qui s’activent pour faire vivre la structure.

    Jeune, dynamique, et multiple. L’espace Wave info, qui a ouvert ses portes en avril dernier à l’angle du boulevard Pomare et de l’avenue Pouvana’a-a-Oopa, est à l’image de sa page Facebook, où les photos de l’événement Artistreet (des battles de danse et de graffiti organisés samedi dernier au parc Bougainville) succèdent à des postes sur les nouvelles modalités du régime de solidarité territorial (RST) et un concours de recrutement de gardiens de la paix.
    Jusqu’à hier, il manquait toutefois à ce lieu d’information et d’échan­ges, destiné aux 16-30 ans, un petit zeste de reconnaissance. Il lui aura fallu, en effet, neuf mois de gestation avant d’être officiellement inauguré, en présence de la ministre de l’Éducation, en charge de la Jeunesse, Nicole Sanquer-Fareata.
    “Dès 2014, sous l’impulsion de mon prédécesseur, l’action de la direction de la jeunesse et des sports (DJS) a été réorientée afin d’offrir aux jeunes une meilleure qualité d’écoute et d’accompagnement”, a-t-elle rappelé dans les locaux d’une soixantaine de mètres carrés, aménagés au sein de la DJS. C’est dans cet objectif que Wave info a été imaginé, pour et par les jeunes, et c’est là sa plus grande originalité.
    Les responsables du local ont notamment pu s’appuyer sur quatre stagiaires de l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie (Isepp) pour inventer son nom et son logo, et choisir les thématiques abordées. “Dès la conception, nous nous sommes entourés de jeunes, raconte Lydie Tekurio-Marty, chef de la cellule Wave info. On avait besoin de leur regard et de leurs propositions. C’était opportun de prendre ce temps pour leur offrir un lieu convenable.”
    Aujourd’hui, la structure a pignon sur rue, en face des jardins de Paofai, pour éviter aux jeunes de passer par les couloirs de la direction. Les graffitis réalisés samedi dernier ornent les murs extérieurs.
    À l’intérieur, deux ordinateurs permettent de se connecter à Internet gratuitement pour faire des recherches sur la santé, les formations ou envoyer des candidatures par exemple, à l’instar de Honoarii, 22 ans, qui a postulé hier pour un service civique. Des prospectus traînent dans tous les coins, sur le RSMA, l’adoption, la cigarette, les nuisances sonores, la parentalité, la couverture sociale, le logement, la gestion de l’argent de poche ou les cours de sport. À l’entrée, des fiches sont épinglées sur les CAP maçon et pâtissier, non loin d’un article de La Dépêche de Tahiti sur la jeune présentatrice Lovaina Chapman. Une citation a été surlignée en jaune fluo : “Rien n’est impossible à qui veut.”
    Pour attirer les jeunes motivés et les aider à concrétiser leurs projets, Wave info emploie trois salariés mais aussi une dizaine de jeunes d’une vingtaine d’années en CAE, en service civique ou en stage, qui s’activent pour organiser des événements comme Artistreet, gérer la page Facebook, publier des fiches métiers sur le web ou directement conseiller les autres jeunes, dont ils connaissent parfaitement les galères…
    “Les jeunes ont besoin d’un accompagnement personnalisé, individualisé, allant au-delà de ce que le Sefi  peut offrir en raison des missions générales importantes qu’il assure déjà”, a rappelé hier Nicole Sanquer-Fareata. À terme, Arorani Tihopu, 23 ans, en stage à Wave info, espère que la cellule deviendra une sorte de “guichet unique” où la jeunesse trouvera réponse à toutes les questions qu’elle se pose, sans devoir écumer, un à un, tous les services administratifs.

    M.G.

    Lire les interviews dans La Dépêche de Tahiti ou en vous abonnant au feuilletage numérique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete