XVes Jeux du Pacifique – Bilan des sports individuels (2e partie)

    vendredi 24 juillet 2015

    Le bilan est contrasté dans les sports individuels : certains ont vraiment “cartonné” comme le tennis de table
    qui a raflé l’intégralité des médailles d’or, d’autres comme le golf ont fait chou blanc. Le va’a, la voile, la boxe,
    le karaté ou le taekwondo ont quant à eux manqué des médailles dorées pour des raisons diverses qu’il conviendra d’analyser pour faire mieux lors des prochains Jeux.

    Jean-Marc Monnier

    Tennis de table : premier carton plein

    Les frères Belrose ainsi que Melveen Richmond, tous trois médaillés d’or en tennis de table à Nouméa, ont remis le couvert à Port Moresby en entraînant dans leur sillage une nouvelle génération de pongistes tahitiens qui ont excellé dans leurs matches, contre les Néo-Calédoniens notamment. Du coup, et pour la première fois de son histoire, le tennis de table polynésien a réalisé un grand chelem en remportant les sept médailles d’or de ces Jeux. En outre, nos pongistes ont réalisé à plusieurs reprises des podiums avec des représentants sur d’autres marches, dont un 100 % tahitien, en double mixte. Un résultat qui faisait suite à un travail minutieux tant au niveau du coaching que de l’entraînement des athlètes, preuve que la préparation est toujours gage de résultats, et qui démontre que le fait de faire revenir les meilleurs pour les Jeux s’avère payant, Océan et Alizé Belrose étant revenus de métropole pour rallier Port Moresby afin de défendre les couleurs tahitiennes.

    Va’a : “seulement” dix médailles d’or sur douze

    En V1 comme en V6 et V12, Tahiti devait, comme c’était le cas depuis 1995, date de l’entrée du va’a aux Jeux du Pacifique, rafler l’intégralité des médailles d’or à Port Moresby. Mais cela n’a pas été le cas et ces XVes Jeux resteront gravés dans l’histoire du va’a comme étant ceux où les rameurs tahitiens ont laissé filer, pour la première fois, non pas une mais deux médailles d’or. La première en V12 femmes 500 m au profit des Papoues qui avaient reçu un coup de main dans leur entraînement de la part de Tauhiti Nena, venu quelques mois avant les Jeux à Port Moresby pour leur donner des conseils dont elles ont su tirer partie ; la seconde en V1 femmes marathon dont la course a été remportée par une rameuse des îles Cook au détriment de Vaimiti Maoni qui avait bien failli terminer troisième, avec une Néo-Calédonienne à ses trousses. Pour autant, le bilan tahitien reste très satisfaisant avec dix médailles d’or sur douze. Mais l’ouverture de l’or à d’autres nations va certainement encourager ces dernières à persévérer dans la pratique du va’a ; Tahiti devra en tenir compte pour les prochains Jeux.

    Voile : du bronze malgré les champions australiens

    Les Tahitiens ont souffert de la présence des Australiens dans les régates organisées à Port Moresby, mais également de l’absence des champions de Tahiti de Hobie Cat 16 en titre, Didier Arnould et Mateata Vitrac, partis disputer les Championnats d’Europe en Italie. De plus, Teiva Véronique, capitaine de l’équipe et médaillé d’or en Hobie Cat à Nouméa quatre ans auparavant, courait cette année sur Laser et n’a pu lutter contre la suprématie australienne ; même chose pour Élise Djénadi en Laser féminin. Une médaille a tout de même été ajoutée au compteur de Tahiti, en l’occurrence de bronze en Hobie Cat par équipes, médaille dédiée par les récipiendaires au navigateur Laurent Bourgnon disparu quelques jours auparavant lors d’une plongée aux Tuamotu.

    Boxe : beaucoup de finales mais peu d’or

    Avec seulement deux médailles d’or obtenues sur les “sept ou huit” espérées par Tauhiti Nena avant le départ pour Port Moresby, force est de constater que ces XVes Jeux du Pacifique ont mis K.-O. la boxe tahitienne qui tenait pourtant la dragée haute aux nations de notre région ces dernières années. En effet, sur les trois femmes et dix hommes envoyés par la Fédération polynésienne de boxe, seuls Heimata Neuffer, en catégorie 82-91 kg, et Ariitea Putoa, en super lourd +91 kg, ont ramené de l’or au fenua. Les autres boxeurs ont dû se contenter de médailles d’argent ou de bronze, voire aucune. Et une boxeuse ayant précédemment concourue en taekwondo a même été écartée du combat avant de pouvoir monter sur le ring. La faute aux Papous qui ont étrangement remporté toutes les finales dans lesquelles ils étaient opposés aux Tahitiens ? Pas facile à dire avec certitude, même si l’on connaît certains rouages du milieu de la boxe où les décisions des arbitres sont parfois surprenantes. Toujours est-il que la délégation tahitienne a tout de même réalisé un beau parcours avec, outre les deux médailles d’or, quatre argent et trois bronze, soit neuf médailles pour treize combattants, qui feront mieux la prochaine fois avec moins de Papous sur leur chemin.

    Tir : beau tableau de chasse à la carabine et au pistolet

    Avec dix médailles récoltées, dont trois en or, pour huit tireurs sélectionnés, la Fédération polynésienne de tir avait visé juste et réalise donc un beau carton. Maeva Darius a été la première à décrocher l’or à Port Moresby, en pistolet à air comprimé à 10 m. Gabriel Lan Sam en fit autant dans la même catégorie, la troisième étant attribuée au ball-trap avec le tir à la carabine par équipes en DTL (down the line) “point score”. Quatre médailles d’argent et trois de bronze viennent compléter le tableau. Et lorsque l’on sait que le ball trap n’a fait son apparition aux Jeux du Pacifique qu’il y a seulement quatre ans en Nouvelle-Calédonie, on ne peut que féliciter le président de la fédération locale qui n’avait pas pu se rendre à Port Moresby pour raison de santé. Quant aux tireurs à l’arme de poing, qui inauguraient leur participation, ils ont aussi mis dans le mille avec désormais une cible à atteindre : conserver leurs médailles d’or à Tonga dans quatre ans, du moins si ce sport figure à nouveau au programme des prochains Jeux.

    Golf : aucune médaille et une dernière place

    La sélection tahitienne de golf a souffert de plusieurs facteurs qui ont été la cause du retour bredouille des ses athlètes. L’absence tout d’abord de grands golfeurs locaux a pénalisé l’équipe car, outre Théo Carlotti, ne figuraient à Port Moresby ni Coraline Pétras, qui se remettait d’une blessure, ni Mahatua Bernière, qui jouait sur le circuit européen, Teremoana Beaucousin ayant lui privilégié le circuit américain. Outre cette carence des meilleurs Tahitiens, la délégation de la Fédération polynésienne de golf a souffert de la jeunesse de sa sélection, mais également de la méconnaissance du 18 trous papou sur lequel se déroulaient les épreuves. Vallonné et truffé d’obstacles, contrairement aux golfs de Papara et de Moorea, le parcours du Royal Golf Club de Port Moresby a posé de sérieux problèmes aux golfeurs tahitiens et cela dès le premier jour, alors que les autres concurrents soit le connaissaient déjà, soit s’en sont mieux sortis que les Tahitiens, et surtout que les Tahitiennes qui ont fini dernières du classement par équipes.

    Taekwondo : Australiens et Néo-Zélandais en travers du chemin

    Le chemin vers les plus hautes marches des podiums a été particulièrement obstrué lors de ces XVes Jeux par des ressortissants du Commonwealth. En effet, en plus des Papous, très bien préparés, Australiens et Néo-Zélandais y participaient en taekwondo, avec parmi eux rien moins que des champions du monde en titre, venus entre autres pour glaner des points en vue de participer aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Pour autant, les Tahitiens, entraînés par Sylvain Defaix, n’ont pas baissé les bras et ont tout de même ramené six médailles d’or, dont deux chez les femmes et deux chez les hommes, remportées de haute lutte contre des sujets de sa Majesté la reine d’Angleterre. Les deux autres médailles d’or ont été remportées par équipes contre des Papous au dernier jour des Jeux, alors que ni Australiens ni Néo-Zélandais n’étaient présents. Ce qui prouve que le niveau des taekwondoïstes locaux est tout de même au top dans le Pacifique.

    Karaté : un manque évident d’expérience

    Une médaille d’or, deux d’argent et trois de bron-ze, soit six médailles pour sept compétiteurs dont une
    féminine, la Fédération tahitienne de karaté et disciplines associées avait réalisé une bonne sélection pour Port Moresby, même si celle-ci a souffert d’un manque évident d’expérience dans les combats internationaux. La délégation a tout d’abord été motivée par son unique fille, Vaitiare Tehaameamea, qui a remporté une mé-daille d’or dès le premier jour. Hélas, celle-ci échouera d’un cheveu le lendemain dans sa tentative de réaliser le doublé en catégorie open contre une Néo-Calédonienne. Malgré l’égalité au point, la victoire était attribuée aux drapeaux à son adversaire taratoni. Honoiti Lien échouera lui aussi en finale contre un Fidjien plus expérimenté et plus entreprenant, preuve que les participations aux tournois océaniens et autres challenges interrégionaux sont indispensables pour acquérir l’expérience suffisante afin de s’imposer aux Jeux.

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete