XVes Jeux du Pacifique – Bilan général

    mardi 21 juillet 2015

    La délégation tahitienne n’a jamais gagné les Jeux du Pacifique, mais elle fait preuve de constance au plus haut niveau en ayant terminé sur le podium de treize des quinze éditions du grand rendez-vous sportif océanien. Ce fut encore le cas en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

    L’objectif de gagner les XVes Jeux du Pacifique

    La loi du nombre, avec près de 800 athlètes en compétition, une préparation pointue à l’appui d’un budget sans commune mesure avec les autres pays qui a permis à la majorité des athlètes papous de s’entraîner en Australie pendant plusieurs mois, et l’appui d’une population papoue enthousiaste ont permis à la Papouasie-Nouvelle-Guinée de survoler “ses” Jeux au tableau des médailles. La délégation tahitienne avait l’objectif et la volonté de remporter pour la première fois les Jeux du Pacifique selon les déclarations de Tauhiti Nena, le président du Comité olympique de Polynésie française, avant le départ pour Port Moresby. Mais les dirigeants et les sportifs tahitiens comprirent rapidement que le pays hôte serait intouchable. Et si Tahiti fit quasiment jeu égal avec la Nouvelle-Calédonie lors de la première semaine, les sportifs du caillou prirent le dessus en deuxième semaine pour compter au final 20 médailles d’or de plus que Tahiti. Troisième en Papouasie-Nouvelle-Guinée avec 113 médailles, dont 39 en or, la délégation tahitienne a terminé en retrait par rapport aux Jeux de Nouvelle-Calédonie en 2011 où elle avait totalisé 143 médailles, dont 59 en or, pour prendre la deuxième place du rendez-vous néo-calédonien. La différence s’explique en partie par l’ample moisson de médailles d’or des Papous qui en ont décroché une soixantaine de plus qu’à Nouméa, et certaines dans des disciplines où les Tahitiens s’attendaient à faire fort, la boxe notamment. Mais gros déficit en particulier pour le taekwondo qui avait décroché quatorze médailles d’or à Nouméa et qui en a totalisé six à Port Moresby. Cela s’explique principalement par la présence dans la discipline des Australiens qui ont trusté les plus hautes marches des podiums. L’athlétisme, qui est passé de huit à deux médailles d’or, et le body-building, de quatre à zéro, n’ont pas eu non plus la même réussite entre Nouméa et Port Moresby. L’athlétisme est en phase de transition entre deux générations et ceci explique cela. Le body-buildding est victime de ses dissensions internes au fenua et n’a pas envoyé la meilleure sélection possible.

    Une concurrence accrue

    En revanche, deux disciplines se sont particulièrement distinguées à Port Moresby pour le bonheur de Tahiti. Le tennis de table a réussi le grand chelem en décrochant les sept médailles d’or en jeu et la sélection masculine de natation a dominé son sujet avec un total de 21 médailles dont huit en or. Seule la star papoue, Ryan Pini, a fait de l’ombre aux Tahitiens en les empêchant de décrocher quatre ou cinq médailles d’or de plus. Le va’a a aussi été comme de coutume un grand pourvoyeur de médailles d’or pour Tahiti, mais les rameurs du fenua n’ont pas fait le grand chelem attendu en cédant deux médailles d’or, une grande première dans l’histoire des Jeux du Pacifique depuis que le va’a y figure (les Jeux de 1995 à Tahiti). Mais si Tahiti a connu un déficit de 20 médailles d’or entre Nouméa et Port Moresby, que dire des Néo-Calédoniens qui sont passés de 120 médailles d’or à 59. Ils avaient bénéficié de l’effet “domicile” en 2011, mais comme pour les Tahitiens, ils doivent aussi composer désormais avec une concurrence plus large. Les Jeux de Port Moresby ont réuni 4 000 athlètes et 24 pays, un chiffre record dans l’histoire des Jeux. Il va d’ailleurs être difficile désormais aux “petits pays” d’organiser les Jeux du Pacifique et Tonga, qui devait recevoir l’événement en 2019, a fait part d’un possible renoncement. Le Vanuatu a par contre confirmé qu’il serait prêt dans deux ans pour accueillir les Mini-Jeux dont le nombre d’athlètes et de disciplines, et par voie de conséquence de structures, est beaucoup moins lourd à assumer. Tahiti y sera, mais principalement avec des jeunes pour déjà préparer l’échéance de 2019.

    Patrice Bastian

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete