XVes Jeux du Pacifique – Le point sur les journées de dimanche et lundi

    mercredi 15 juillet 2015

    La première semaine des Jeux du Pacifique avait laissé entrevoir une possible victoire de Tahiti au total des médailles d’or. Le va’a, la natation et le tennis de table, en particulier, avaient capitalisé bon nombre de récompenses en or et Tahiti était alors à la lutte avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Calédonie. Mais le début de la seconde semaine des Jeux n’a pas été favorable à la délégation tahitienne et celle-ci devra sans doute se contenter de la troisième place, nettement distancée maintenant par les Papous et les Néo-
    Calédoniens. L’athlétisme tahitien, qui est entré en lice en seconde semaine, n’a pas franchement bien démarré sa campagne, et le karaté n’a rapporté qu’une médaille d’or alors qu’on en escomptait plusieurs. Le taekwondo, grand pourvoyeur de médailles d’or pour Tahiti à Nouméa en 2011, risque d’être barré par l‘Australie et la discipline ne devrait que modérément augmenter la récolte en or de Tahiti. La délégation mise surtout sur la boxe qui mettra en jeu treize médailles d’or entre les hommes et les femmes, ce qui pourrait permettre à Tahiti de se relancer au tableau des médailles. D’autres médailles en or sont espérées, au niveau des sports collectifs notamment, football, volley-ball et beach-volley. Et si c’est le cas, elles ne permettront que de renforcer la place
    de Tahiti sur la troisième marche du podium mais nullement d’inquiéter la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Calédonie qui se disputeront la victoire finale.

    Patrice Bastian

    ATHLÉTISME – Des débuts décevants

    Les deux premières journées de l’athlétisme tahitien, lundi et mardi à Port Mo-resby (dimanche et lundi pour Tahiti), ont été décevantes. Une seule médaille décrochée et seulement de bronze, alors que le contenu du programme laissait envisager plusieurs médailles pour Tahiti. L’athlétisme fait recette aux Jeux du Pacifique, le stadium Sir John Guise affichant complet lors des deux premières journées, soit 25 000 spectateurs quotidiennement. Il est vrai que la Papouasie-Nouvelle-Guinée devrait faire une razzia de médailles dans cette discipline, ce que ne fera pas Tahiti qui n’a pas rempli ses objectifs quant aux podiums envisagés. Lundi soir (dimanche pour Tahtiti), Lucie Tepea a bien décroché la médaille de bronze qu’elle visait mais pour le reste, ce ne fut pas brillant. Toujours lundi, Salomé de Barthez et Heiata Brinkfield ont fini très loin du podium sur 5 000 mètres alors que la sélection tahitienne tablait sur au moins une médaille. Winsy Tama a pour sa part fini quatrième sur le 3 000 mètres steeple, mais sans jamais pouvoir lutter pour le tiercé de tête. La cinquième place au lancer du javelot du jeune Maiho Patu est en revanche logique. Petite satisfaction lundi avec les qualifications pour la finale du 800 mètres de Grégory Bradai et Louis Ligerot, et surtout celle de Vainui Neagle sur 100 mètres. Mais le lendemain, vraiment aucune satisfaction pour Tahiti et au contraire des déceptions. Mihiatea Gooding était programmée pour une médaille à la hauteur mais elle a échoué au pied du podium sur lequel figurait un trio papou. Grégory Bradai a fait cinquième en finale du 800 mètres mais très loin du trio de tête. Louis Ligerot, l’autre finaliste tahitien, s’est lui arrêté après 300 mètres de course pour se préserver pour le 1 500 mètres du lendemain (hier soir) où il avait des chances de podium. Pourquoi alors l’aligner sur le 800 mètres ? Ce type d’abandon fait tache surtout qu’il y a eu deux autres coureurs tahitiens qui ont abandonné en cours de route mardi soir (lundi pour Tahiti). Loïc Mevel s’est en effet arrêté après quatre kilomètres de course en finale du 10 000 mè-tres et Georges Richmond l’a imité trois kilomètres plus tard. Est-ce que ce ne sont pas les Jeux de trop pour Georges qui a atteint la cinquantaine. Il nous a promis une revanche sur le semi-marathon samedi (vendredi pour Tahiti). Vainui Neagle a fait huitième et dernière de la finale du 100 mètres, mais le fait d’y être était déjà une belle performance. Pris par les Championnats de France le week-end dernier, Raihau Maiau et Tumatai Dauphin sont arrivés en Papouasie hier. Il devrait rehausser les couleurs de l’athlétisme tahitien, l’un avec la longueur, l’autre avec le poids.

    Patrice Bastian

    TENNIS – Trois médailles possibles

    La journée de mardi (lundi à Tahiti) a été plutôt positive à Port Moresby pour le tennis tahitien. Favori de son quart de finale contre le Ni-Vanuatu Aymeri Mara qu’il avait battu l’année dernière aux Oceania, Heve Kelley a confirmé sereinement les pronostics. Breakant d’entrée dans les deux sets, le Tahitien a joué à sa main et en donnant l’impression de se ménager physiquement pour la suite du tournoi. Il n’a passé qu’un peu plus d’une heure sur le court pour s’imposer 6-2, 6-3. Mais son programme n’était pas fini car deux heures plus tard, Heve disputait un nouveau quart de finale, celui du double messieurs associé à Angelo Yersin. Les deux Tahitiens durent puiser dans leurs réserves car la partie s’est disputée en trois sets et a bien failli leur échapper lorsque la paire papoue Gibbons-Stubbings menait 6-2, 5-4. Mais ils trouvèrent les ressources pour retourner la situation dans le deuxième set (7-5) et dominer le tie-break (10-6). Mayka Zima n’a rien pu faire en revanche dans son quart de finale contre la grande favorite du tournoi, la Papoue Abigail Tere-Apisah. La Tahitienne a néanmoins bien résisté dans le premier set (6-4), mais a craqué dans le second (6-1) face à la puissance des coups de Tere-Apisah. Heve Kelley en simples et en doubles avec Angelo Yersin, et le double féminin Mayka Zima-Estelle Tehau étaient en lice mercredi à Port Moresby (mardi en fin d’après-midi à Tahiti) dans leur demi-finale de ta-bleaux. Une victoire et c’était la qualification pour la finale aujourd’hui, une défaite et il restait encore l’opportunité de décrocher une médaille de bronze. Cela n’apparaissait pas évident au départ que Tahiti soit encore en course dans trois tableaux pour l’ultime journée du tournoi.

    Patrice Bastian

    BODY-BUILDING – Ils espéraient mieux

    Tahiti a obtenu une médaille d’argent et deux de bronze pour cinq compétiteurs lundi (di-manche pour Tahiti) lors de la journée consacrée au body-building. C’est honorable mais la sélection visait mieux. Comme dans bon nombre de disciplines sportives, le niveau est nettement monté en body-building depuis les Jeux de Nouméa en 2011. Les spécialistes tahitiens connaissaient leurs principaux adversaires, à savoir les Papous, mais d’autres pays ont présenté des athlètes de haut niveau comme les Tongiens en particulier. Et si le niveau a bien augmenté ailleurs, ce n’est pas vraiment le cas à Tahiti où le body-building est victime de ses querelles internes.
    Les Tahitiens avaient tout de même l’ambition de décrocher de l’or et Stanley Bruneau était programmé pour cela en -90 kg. Très affûté, le Tahitien a fait une belle prestation, mais sa médaille d’argent était logique tant le Tongien Trevor Huni était sculpté à merveille et mérita sa médaille d’or. Dans les quatre autres catégories où Tahiti était en lice, l’or, voire l’argent, semblait difficile à atteindre, aussi les médailles de bronze de Gary Colombani (-65 kg) et Jean Maitere (-100 kg) satisfaisaient l’équipe tahitienne. Simon Luis (-65 kg) a fini au pied du podium tout comme Samuel Mercier (-80 kg), mais ce dernier avait pourtant été retenu dans les trois finalistes de sa catégorie le matin et il ne figurait qu’à la quatrième place à l’annonce des résultats. Les dirigeants tahitiens n’ont pas obtenu d’explications quant à ce revirement. Une médaille de bronze en plus aurait amélioré le bilan tahitien, mais n’aurait pas atténué la déception de ne pas avoir accroché au moins une médaille d’or.

    Patrice Bastian

    Volley-ball – Les Tahitiens premiers de leur poule

    Après la victoire (3-2) des Tahitiennes contre Fidji dans une rencontrequ’elles ne devaient surtout pas perdre suite à leur défaite contre les Samoa américaines le jour de leur arrivée, les garçons, qui s’étaient imposés  (3-0) dans leur premier match contre Kiribati, ont remis le couvert en battant (3-0) les joueurs du pays hôte des XVes Jeux du Pacifique. Dès le premier set, les hommes d’Abel Temarii faisaient preuve d’une belle combativité en s’imposant (25-22) malgré le très fort soutien des quelque 2 000 supporters papous venus encourager leur équipe nationale. Dans le set suivant, Tahiti s’imposait sur un score identique en ayant en permanence la Papouasie sur ses talons à un, deux voire trois points d’écart seulement. Mais les Tahitiens ne se laisseront pas rattraper et concluront dès leur première balle de set (25-22). Le troisième set sera le dernier bien que Tahiti l’a démarré dans de mauvaises conditions en manquant ses deux premiers services qui ont été droit dans le filet. Les Papous ont alors mené avec parfois jusqu’à trois points d’avance, mais Tahiti est revenu puis a égalisé (12-12). Les deux équipes se sont suivies de très près durant tout le milieu du set pour être à nouveau à égalité (18-18) avant que les Tahitiens ne reprennent finalement l’avantage (22-19) pour enfin obtenir une première balle de match qui sera réussie (25-20). Premiers de leur poule grâce à leurs deux victoires en deux matches, les Tahitiens rencontraient ensuite les Salomon qu’ils battaient facilement (3-0) mardi matin à Port Moresby (lundi pour Tahiti). Les filles, qui avaient à leur actif une défaite et une victoire, ont battu 3 set à 0 Wallis-et-Futuna.

    Jean-Marc Monnier

    Karaté – Deux médailles d’argent

    Les karatékas tahitiens avaient obtenu de bons résultats dès leur première journée de compétition, lundi à Port Moresby (dimanche pour Tahiti). Le jeune Noa Lucas avait décroché une médaille de bronze le matin en kata (technique) individuel, puis Vaitiare Tehaameamea se voyait attribuer une médaille d’or en kumite (combat) l’après-midi, dans sa catégorie de plus de 68 kg. Hélas, le lendemain, les Tahitiens n’ont pas été à la fête malgré de bons démarrages, laissant s’échapper deux médailles d’or pourtant à leur portée. Tout d’abord, Honoiti Lien, après avoir battu un Wallisien puis un Néo-Calédonien, montait sur le tatami pour disputer sa finale contre le Fidjien Joji Veremalua en catégorie des moins de 75 kg. Dans la première partie du combat, les deux adversaires se sont jaugés, puis, après quelques approches assez timides, le Fidjien réalisera une attaque suffisamment percutante pour qu’il récolte un point. La suite du combat sera par contre assez décevante puisque jusqu’à une quinzaine de secondes de la fin, Honoiti Lien restera passif, sans passer à l’attaque ni tenter d’égaliser. Ce n’est que dans les dix dernières secondes, et sous les interpellations de son coach et des quelques supporters tahitiens présents, que le Tahitien tentera quelques mouvements d’attaques. En vain, car le combat s’achèvera sur le score de 1-0 en faveur du Fidjien. Ensuite, Vaitiare Tehaamea-mea, après ses larges victoires contre une Salomonaise et une Ni-Vanuatu, affrontait en finale open la Néo-Calédonienne Morane Vacher. La Tahitienne marquait le premier point au bout d’une minute d’intenses échanges. Elle tentait ensuite d’alourdir le score mais son adversaire ne se laissait pas faire et, dans les dix der-nières secondes, la Taratoni lançait une ultime attaque
    avec un gyaku tsuki à la clé qui lui rapportait un point. À égalité au score, c’était le nombre de drapeaux levés qui allait déterminer laquelle des deux était la médaillée d’or. Et sur les cinq, il n’y en eut que deux pour la Tahitienne. À noter enfin qu’un autre Tahitien, Anapa Otcenasek, a décroché une médaille de bronze en kumite open mardi à Port Moresby (lundi pour Tahiti) en s’inclinant en demi-finale contre le Néo-Calédonien Frédéric Roumagne. Une médaille était également attendue pour Tahiti en classement par équipes.

    Jean-Marc Monnier

    Boxe – Tahiti fait forte impression

    La boxe a commencé mardi à 18 heures à Port Moresby (lundi à 22 h 00 pour Tahiti) et les trois Tahitiens qui ont démarré ce tour préliminaire ont tous connu le succès. Le premier à monter sur le ring était Jordan Tuihaa, en catégorie 64 kg. Il est sorti victorieux de son combat dis-puté en trois rounds de trois minutes contre le Fidjien Fineasi Tuipulotu. Ensuite, Teata Teihoarii, en 69 kg, était opposé à Derick-Dean Perman, boxeur des États fédérés de Micronésie. Ce dernier montra des signes de faiblesse avant la fin du premier round suite aux assauts constants du Tahitien. Les juges décidèrent alors de mettre un terme au combat à moins de 30 secondes de la fin du premier round, déclarant ainsi Teata Teihoarii vainqueur. En fin de soirée, Tautuarii Nena s’est imposé en 75 kg à l’nanimité des juges face au Tuvalu Patara Fabalele.

    Jean-Marc Monnier

    Beach volley – Tahiti en quarts de finale

    Les équipes de beach volley ont effectué un beau parcours depuis lundi à Port Moresby (dimanche pour Tahiti). En effet, les garçons ont gagné les matches qu’ils ont disputés contre Guam, les Cook et les Salomon. Et cela en deux sets à chaque fois. Ils sont donc premiers de leur poule. Les filles, quant à elles, ont gagné trois des quatre matches disputés dans leur poule. Elles ont battu Tuvalu, Salomon et Guam en deux sets, mais elles se sont inclinées face au Vanuatu (2-0). Les garçons avaient encore deux matches de poule au program-me mercredi à Port Moresby (mardi pour Tahiti), mais les deux équipes tahitiennes étaient d’ores et déjà assurées de jouer les quarts de finale qui ont démarré mercredi en fin de journée (mardi pour Tahiti) et qui se terminent jeudi (aujourd’hui pour Tahiti).

    Jean-Marc Monnier

    Football – Tahiti jouera pour l’or

    La sélection tahitienne a réalisé un match très solide hier en demi-finale des Jeux du Pacifique pour gagner 2-1 face à une équipe papoue poussée par son public. Les Tahitiens joueront la finale samedi (vendredi à Tahiti).
    Les tribunes du champêtre stade Bisini avaient fait le plein mercredi à Port Moresby (mardi pour Tahiti) pour suivre les deux demi-finales du tournoi de football, la première opposant la sélection papoue, qui apparaissait prenable au vu de ce qu’elle avait montré auparavant, à la sélection tahitienne qui avait eu huit jours de repos dans la mesure où elle n’avait pas participé au tournoi de qualification olympique. Les Tahitiens sont effectivement apparus plus frais en début de match en dominant les Papous et en produisant un jeu collectif bien léché. Mais lorsque la Papouasie-Nouvelle-Guinée monta en régime après le premier quart d’heure, le match changea de physionomie, les Papous profitant du vent pour jouer long dans la profondeur, les Tahitiens s’évertuant à défendre. Bien en place, ils ne furent jamais vraiment mis en danger en première période, mais ne se procurèrent pas non plus de franches occasions. Avec l’appui du vent en seconde période, Tahiti dominait à son tour mais en posant le jeu et en jouant court. C’est néanmoins sur un long ballon en profondeur que Fred Tissot ouvrait la marque en battant le gardien papou d’un petit lob (1-0). Totalement mis en confiance par leur but, les Tahitiens contenaient sereinement les fougueux Papous qui ne voyaient pas le ballon au milieu du terrain. La rencontre semblait jouée à la 76e minute lorsque Tauatua Lucas portait la marque à 2-0 d’une superbe frappe d’une trentaine de mètres. Mais les Tahitiens commettaient une grosse erreur défensive à la 83e minute sur une passe en retrait volontaire au gardien, Temauiarii Crolas étant obligé de se saisir du ballon dans un cafouillage et alors que la défense tahitienne aurait dû se dégager bien avant. L’arbitre sifflait logiquement un coup-franc dans la surface et le Papou Tommy Semmy profitait de l’aubaine pour réduire la marque 2-1. La fin de match fut épique avec le rush des Papous, mais ce sont bien les Tahitiens qui avaient les meilleures occasions en contres. Le score ne bougeait pas toutefois et faisait le bonheur de la sélection tahitienne qui disputera la finale des Jeux du Pacifique contre le vainqueur du match qui suivait entre la Nouvelle-Calédonie et Fidji.

    Patrice Bastian

    Golf – Démarrage des épreuves

    Après deux journées consacrées à la reconnaissance du parcours de 18 trous du Royal Golf Club de Port Moresby par les équipes, la compétition a démarré mercredi matin (mardi à Tahiti) pour les huit golfeurs tahitiens. Les quatre féminines ont démarré les premières par groupe de trois avec des Tongiennes et des golfeuses des îles Cook, puis les quatre garçons ont enchaîné, toujours par vague de trois, avec des concurrents des Tonga et du Vanuatu. Ils joueront durant quatre jours et, à l’issue des finales samedi (vendredi pour Tahiti), on saura à qui seront attribuées les quatre médailles d’or à distribuer, deux chez les femmes et deux chez les hommes, en individuel et par équipe. Théo Carlotti, très bien placé dans le ranking mondial, est parmi les favoris, mais “le niveau pour ces Jeux en Papouasie est très élevé”, confiait Temauri Foster, président de la Fédération polynésienne de golf, lors du top départ de la compétition.

    Jean-Marc Monnier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete